Accueil >> Vie de campus >> Vie étudiante >> Portraits

Vie des personnels, Vie étudiante

Solène Potier de Courcy, une passion pour l'art, un compte instagram et un livre !

le 4 décembre 2023

Passionnée par l'art, Solène Potier de Courcy - ancienne étudiante en Information-Communication et Journalisme Culturel à la Sorbonne Nouvelle - a créé le compte 𝐎𝐡 𝐏𝐞́𝐭 𝐀𝐑𝐓 où elle essaie de rendre l'histoire de l'art accessible à tous.

photo Sorbonne Nouvelle.jpeg

Solène, pouvez-vous vous présenter ? 

Je suis Solène Potier de Courcy, je viens de Normandie où j'ai commencé mes études par une licence d'Arts du spectacle option Théâtre (à Caen) et un double cursus d'un an en histoire de l'art (diplôme universitaire en accéléré). Une passion pour l'art qui m'a toujours suivie et dont je vis aujourd'hui grâce à mon compte Instagram Oh Pét.ART (@ohpet.art) sur lequel j'essaie de dépoussiérer un peu l'histoire de l'art et de la rendre accessible à tous. 

Quel est votre parcours à la Sorbonne Nouvelle et votre parcours professionnel ? 

Je suis arrivée à Paris en 2014 pour débuter un master 1 en Information Communication à la Sorbonne Nouvelle. Après quoi, j'ai enchaîné avec le master 2 Journalisme culturel qui m'a donné toutes les bonnes bases pour débuter dans le métier, notamment grâce au stage qui est très professionnalisant. 

Une fois mon diplôme en poche, j'ai commencé à écrire pour un titre de presse féminine web. Pendant 2 ans, j'y ai été rédactrice, puis cheffe de rubrique, avant d'aborder un aspect plus marketing en devenant conceptrice-rédactrice pour les campagnes publicitaires du média. Il y a un côté plus créatif qui me plaisait beaucoup. 

Après cela, j'ai continué d'exercer pendant 3 ans en tant que conceptrice-rédactrice au sein d'une start-up qui a développé une application dédiée à la maternité. Et en parallèle, pour retrouver l'aspect artistique et culturel qui me manquait, j'ai créé en septembre 2019 mon compte Instagram Oh Pét.ART (@ohpet.art) sur lequel j'ai commencé en partageant des œuvres d'art légendées façon "memes". À la base, je faisais ça pour m'amuser quand j'allais visiter des expositions, mais petit à petit, le confinement et le besoin de divertissement des gens aidant, le compte a pris beaucoup d'ampleur à partir de 2020. 

Vous animez le compte instagram @ohpet.art qui connaît un très grand succès ? Quelle est la ligne éditoriale de ce compte ? 

Chaque jour, je continue de poster des memes à base d'œuvres d'art pour faire (re)découvrir des œuvres plus ou moins connues par le biais de l'humour, ce qui a toujours été le cœur de mon compte. Mais pour enrichir mon contenu et transmettre plus de savoir, j'y ai aussi développé des formats de vulgarisation d'histoire de l'art, notamment via de la vidéo, pour rendre le sujet de l'art, qui peut paraître obscur et même effrayant pour certains, plus accessible à tous, et pas seulement aux initiés. Je travaille ainsi régulièrement avec des institutions culturelles qui souhaitent élargir leur public et faire connaître leurs expositions, travaux, fonctionnement, spectacles, etc. 

Vous venez de publier un livre Oh Pét'Art ! qui reprend la plupart de vos publications, pourquoi l'idée d'un livre ?

J'ai été contactée par une apporteuse de projet qui avait repéré mon compte et a présenté le projet d'un livre aux Editions Leduc, qui n'ont pas tardé à accepter. Nous avons réfléchi ensemble à la meilleure manière de transformer mon compte en livre, et personnellement, je ne voulais pas que ce soit un simple recueil de mes meilleures publications, je souhaitais que ce livre apporte des connaissances et qu'il s'inscrive dans la veine de ce que je propose avec mes contenus de vulgarisation. Il a donc été décidé que je partirai des grands thèmes de société que j'aborde le plus souvent sur mon compte (amour, dating, sexe, famille, amis, travail...) pour faire un parallèle entre la situation actuelle et la façon dont chaque thème a pu être traité dans l'histoire de l'art au fil des siècles. Le but était vraiment d'inscrire l'art dans la vie pour le rendre le plus accessible possible. Et évidemment, toutes les œuvres qui illustrent les propos sont légendées comme sur mon compte. Et une grande partie des memes est inédite ! 

Avez-vous conservé une anecdote de vos années à la Sorbonne Nouvelle ? 

Nous devions régulièrement réaliser des travaux en groupe, ce que je trouvais génial ! Comme on avait tous un peu notre domaine de prédilection (écriture, vidéo, etc.), chacun avait des choses à apporter aux autres, et malgré le fait qu'on était encore étudiants, ça avait déjà quelque chose de professionnalisant. Par exemple, j'avais une amie (que j'ai gardée précieusement !) qui était trop forte en vidéo et moi, j'étais plutôt douée en écriture, donc on se complétait super bien ! Et aujourd'hui encore, alors qu'on est toutes les deux freelances dans des domaines différents mais qui se rejoignent, on continue de s'entraider comme on peut, en se conseillant, etc. Comme quoi le réseau amical qu'on se crée à la fac est hyper important, autant professionnellement qu'humainement. 

Un conseil à donner aux étudiantes et étudiants de la Sorbonne Nouvelle ?

On a souvent l'impression que faire une école c'est mieux que la fac sur laquelle beaucoup ont un a priori négatif. Pourtant, ayant passé toutes mes études sur les bancs de la fac, je pense que c'est faux. Certes, il faut peut-être faire preuve d'un peu plus de rigueur envers soi-même car on est moins tenu par la main, mais la fac a beaucoup de choses à apprendre : l'entraide, la débrouillardise, la créativité... Et si on y a peut-être moins accès à un gros réseau professionnel, il faut absolument s'y créer un réseau amical et ne pas le lâcher, car c'est une énorme richesse pour les études et pour la suite !


Type :
Portrait
Contact :

mise à jour le 26 janvier 2024