Accueil >> Université >> Présentation >> Portraits

Violaine Amiot et Yazgi Giray étudiantes en M2 Pro Communication des entreprises et des institutions participent au projet "Start Up Ambassadeurs"

le 19 février 2015

Violaine et Yazgi suivent le Master 2 Pro Communication des entreprises et des institutions en alternance et ont trouvé le temps et l'énergie pour participer au projet "Start Up Ambassadeur" proposé par Region Lab Incucateur.

violaine-et-yazgi.jpeg
  • Violaine, Yazgi pouvez-vous présenter vos parcours respectifs ? 

Violaine Amiot :

En 2009, obtention de mon bac pro secrétariat. C’est cette formation qui me donne le goût de la communication. La communication interne dans un premier temps. Ensuite j’enchaine avec un BTS communication des entreprises à l’ISEFAC, puis un bachelor communication à l’IICP. Au second semestre de mon bachelor, j’étudie à la PUCRS de Porto Alegre, au Brésil. A mon retour, je décide de marquer une pause dans mes études pour avoir ces fameux « 6 mois d’expériences  minimum ». J’opte pour un Service civique et passe six mois au comité de Paris de la Ligue contre le cancer, en tant qu’assistante chargée de communication. Belle expérience. L’année suivante, je reprends ma formation. Un master 1 en communication culture et média, à l’université de Paris 13. Aujourd’hui me voilà en Master 2 Communication des entreprises et des institutions, en alternance chez Orange.

 
Yazgi Giray :

Pour ma part, après un bac littéraire je me suis dirigée vers la licence Média, Culture et Communication de Montpellier. J'ai ensuite intégré la licence 3 Information et Communication à la Sorbonne Nouvelle. Cette année a été décisive dans mon parcours car j'ai pu effectuer des stages en journalisme et intégrer le Master 1 Information et Communication. Ce master a été l'occasion de diversifier mes expériences grâce à un stage en agence de communication sur Paris et un séjour linguistique à New York. C'est après mon expérience de 6 mois en communication externe des entreprises que j’ai décidé de m’orienter vers la communication plutôt que le journalisme. Cette année j'évolue au sein du Master 2 Professionnel Communication des Entreprises et des Institutions avec Violaine, je suis chargée de communication en alternance au CNFPT.
 
  • Vous participez au projet « Start Up Ambassadeur », proposé par Paris Région Lab Incubateur en quoi cela consiste-t-il ?

Ce projet se donne pour objectif de « stimuler et accompagner les étudiants des universités parisiennes en leur permettant de s’immerger dans l’écosystème professionnel innovant ». Il s’agit donc de mettre en contact des étudiants universitaires avec des start up. La start up propose une mission à l’étudiant (ou au petit groupe d’étudiants volontaires) qui la réalisera et pourra ainsi justifier d’une première expérience professionnelle concrète. C’est un moyen de faire correspondre l’offre à la demande : les start up ont besoin d’une vision nouvelle sur leur projet et disposent de peu (voire pas) de moyen de rémunération et les étudiants ont souvent du mal à trouver des stages sans une première expérience. Chacun y trouve son compte. D’autant plus que les étudiants peuvent en profiter pour élargir leur réseau et observer de près le quotidien d’un entrepreneur. Un point non négligeable. L’ensemble du projet est encadré par Fabien Rault, de Paris Région Lab Incubateur. Il organise notamment des moments de rencontres et d’échanges entre tous les participants, cinq étudiants et cinq start up.
 
  • Vous avez choisi de collaborer avec la start up SIMPKI, comment s'est opéré ce choix ?

Parmi les start up volontaires pour participer à ce projet pilote, il y avait SIMPKI. Après un petit tour sur le site internet et les réseaux sociaux de la start up, nous avons décidé de la mettre en tête de notre liste de choix. Afin que les « équipes » conviennent à tous, Fabien Rault nous avait demandé de faire une sélection de trois start up avec lesquelles nous aimerions collaborer sur cette mission.
 
  • Quel est le concept de SIMPKI ?

« SIMPKI sélectionne les meilleures offres d’hébergement sur les plus grandes plateformes de location entre particuliers et compare l’ensemble des moyens de transports pour créer des associations Hébergement+Transport détonantes qui challengeront votre budget. »

Autrement dit c’est le moteur de recherche de voyage qui propose différentes formules pour chaque recherche. On gagne du temps, de l’argent et parfois on découvre qu’il existe des options encore mieux que ce qu’on avait imaginé.

Mais le mieux, si vous voulez notre avis, c’est encore de découvrir le site par soi même : www.simpki.co
 
  • En quoi consiste votre mission auprès de SIMPKI ?

Au début, notre mission n’était pas déterminée de façon précise. Nous avons contribué à la définir lors de notre premier rendez-vous avec Nicolas. Nicolas c’est l’un des co-fondateurs mais surtout notre contact sur ce projet. Ensemble nous avons établi que notre mission serait de promouvoir le site et la future application SIMPKI auprès d’une cible étudiante. En parallèle nous pouvons être amenées à relire le contenu du site et nos remarques sont toujours bien accueillies. Nous sommes dans un échange d’égal à égal c’est très agréable. Il n’y a pas de limite à notre mission, toutes nos idées sont les bienvenues pour Nicolas. Il fait ensuite le tri et gère les priorités.

Depuis mi-décembre nous avons rendez-vous tous les quinze jours en moyenne pour faire le point. Les google docs c’est bien mais les échanges en direct c’est quand même plus sympa et plus productif.
 
  • Quels bénéfices retirez-vous de cette première expérience ?

La première phase du projet pilote start up ambassadeur – celle à laquelle nous participons – s’achèvera à la fin du mois de mars. Nous pourrons en dire plus à ce moment là. Pour l’instant nous sommes ravies de notre implication dans ce projet. La mission nous pousse à être créatives avec peu de moyens. C’est enrichissant de participer au développement d’une start up, même si c’est de courte durée. Le fonctionnement et les codes sont différents des grandes entreprises auxquelles les étudiants sont habitués. En plus, nous avons la chance de travailler avec une start up, et plus particulièrement Nicolas, qui fait preuve de beaucoup de pédagogie, d’ouverture d’esprit et de sympathie. Bref, tout se passe bien.
 
Type :
Portrait
Contact :
Brigitte Chotel : Chargée des relations entreprises

mise à jour le 12 octobre 2016