Accueil >> Université >> Présentation >> Portraits

Rencontre avec Audrey Parmentier

le 10 avril 2012

Audrey Parmentier est diplômée du Master 2 Professionnel - Formation à la pratique du journalisme européen - Parcours Allemand. Installée à Berlin, elle travaille pour la radio Deutsche Welle...

mostras.net_003.jpg

Pouvez-vous présenter votre parcours à la Sorbonne Nouvelle ?

Après des études d'allemand LCE à l'Université Lumière Lyon 2 et l'obtention d'un CAPES d'allemand, j'ai eu envie de concret, et de combiner langue et journalisme :  j'ai alors découvert sur le site de la Sorbonne Nouvelle l'existence d'un DESS de journalisme franco-allemand, qui s'appelle désormais «  Master 2 Professionnel - Formation à la pratique du journalisme européen. Parcours Allemand ». J'ai envoyé mon dossier de candidature, passé les épreuves écrites et orales. Et j'ai fait le DESS pendant l'année universitaire 2001-2002.

Quel métier exercez-vous aujourd'hui ?

Je suis actuellement correspondante à Berlin pour le programme Afrique francophone de la radio internationale allemande Deutsche Welle. Je travaille également pour l'émission Accents d'Europe de RFI, et je donne des cours de radio à la Sorbonne Nouvelle ainsi qu'au Frankreich Zentrum de l'Université de Fribourg en Allemagne.

Quel a été votre parcours depuis la sortie de l'université jusqu'à l'exercice de votre emploi actuel ?

J'ai d'abord fait plusieurs stages dans le cadre du DESS : d'abord à l'hebdomadaire « Charlie Hebdo » puis au quotidien régional allemand « Dresdner neueste Nachrichten », au site Internet Le Monde.fr et enfin au sein de la rédaction Afrique francophone de la radio Deutsche Welle à Bonn. Cette dernière étape a été une véritable révélation : j'ai su que je serais journaliste radio, et j'ai eu la chance de pouvoir remplacer une collègue qui a changé de rédaction très peu de temps après mon stage, en janvier 2003. Puis les choses se sont enchaînées :  d'abord pigiste, j'ai ensuite eu plusieurs types de contrats qui étaient renouvelés tous les un à trois ans.

En 2010, j'ai eu l'opportunité de remplacer la correspondante à Berlin de la rédaction : j'ai donc quitté l'ancienne pour la nouvelle capitale, où je suis désormais installée.

Y a-t-il des compétences que vous avez acquises à l'université qui vous servent dans l'exercice de vos fonctions aujourd'hui ?

J'ai découvert véritablement le journalisme pendant mon année de DESS : jusqu'à ce moment-là, je savais que cette discipline m'intéressait mais je ne m'étais jamais vraiment penchée sur la question. A l'université, j'ai pu explorer toutes les facettes du journalisme et, à partir de ce moment-là, je n'ai plus jamais lu un journal ou écouté la radio de la même manière ! L'année universitaire était très axée sur l'écriture journalistique, et tout ce que j'ai appris  me sert encore aujourd'hui à chaque fois que je rédige un papier ou un reportage.

 Quel(s) souvenir(s) gardez-vous de la Sorbonne Nouvelle ?

Je garde de très bons souvenirs de cette année universitaire : pour la première fois, un enseignement était concret.  On devait aller interviewer des gens dans la rue, travailler quasiment dans les conditions du direct, faire des critiques de films : rien de tel pour dépasser sa timidité ! L'ambiance avec les autres étudiants et les enseignants était excellente, et nous avons pu découvrir de hauts lieux du journalisme, tels que la rédaction de Libération ou encore celle du Canard enchaîné.

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants d'aujourd'hui ?

D'essayer TOUTES les facettes du journalisme, autrement dit de multiplier les stages : télé, radio, Internet, presse écrite pour savoir ce qui leur plaît vraiment ! Et en profiter pour multiplier les contacts, et faire des propositions de sujets. Parce que tout commence bien souvent par un stage !

 


Type :
Portrait
Contact :

mise à jour le 5 janvier 2015