Accueil >> Vie de campus >> Vie du personnel >> Personnel et handicap

Quelques bonnes pratiques face à une personne en situation de handicap

Etant donnée la diversité des situations de handicap, tous les postes de l’université doivent être ouverts et peuvent être exercés par des personnes handicapées. Il appartient à tou.te.s de veiller à garantir l’autonomie des personnes et l’accessibilité aux lieux, aux documents et à l’expression.

Ce n’est pas à vous de demander la nature et l’origine du handicap mais à la personne de décider s’il est opportun de vous en parler.
  • Vous organisez une réunion, une formation, un événement ? Pensez à garantir l’autonomie de vos collègues : lieux accessibles, boucle magnétique sont de bons réflexes. Pensez aussi à communiquer sur l’accessibilité voire l’autonomie du lieu.
  • Plan d’accès au site Censier depuis les transports en commun et liste des lieux accessibles à l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3
  • Pensez à distribuer vos documents sous format accessible et adapté : a minima en format .rtf.
  • Ayez les bons réflexes selon le type de handicap de vos vis-à-vis (collègues, étudiants, prestataires…) :

Handicap auditif

Dans le cas de personnes malentendantes lisant sur les lèvres, il est inutile de crier ou de parler trop lentement. En revanche, il est nécessaire de se tenir face à elles et de parler distinctement en utilisant des phrases simples et courtes. Faites attention aux contre-jours.
Dans le cas de personnes ne lisant pas sur les lèvres, elles sont généralement appareillées. Il est alors nécessaire de veiller à la limitation du bruit ambiant.
  • Lorsque des réunions ou des événements sont organisés, si cela est possible, envisagez d’équiper la salle de micros avec lumières rouges signalant l’orateur ou de boucles magnétiques, qui amplifient les sons. En cas de surdité profonde, il faut assurer la présence d’un interprète et/ou d’une audiodescription en direct.
  • Afin qu’elle puisse réunir un maximum d’informations visuelles, pensez à positionner la personne de façon à ce qu’elle ait le champ de vision le plus large possible.
  • Choisissez un environnement calme et réduisez si possible les bruits de fond (fermer les portes, les fenêtres, etc.). Lors de réunions ou de conversations en groupe, évitez de parler en même temps. Utilisez lorsque c’est possible des supports de présentation écrits.
  • Vérifiez que la personne a compris et répétez, reformulez ou écrivez le message si nécessaire, sans faire preuve d’impatience.
  • Si certaines informations ont été communiquées oralement (messages sonores diffusés, signaux d’alarmes), pensez à les retransmettre à la personne.
  • Pour indiquer une direction ou lorsque vous citez un nom propre par exemple, n’hésitez pas à utiliser l’écrit et soyez précis.
  • Pour pallier les difficultés induites par l'impossibilité de communiquer par téléphone, utilisez les courriels, les SMS ou le fax. Créer des groupes de travail sur WhatsApp par exemple : ouvrir la communication au groupe et discussion instantanée.

Handicap intellectuel

Adoptez une attitude bienveillante pour mettre la personne en confiance.
  • En cas de changement, la personne peut être déstabilisée, n’hésitez donc pas à l’accompagner.
  • Exprimez-vous de façon claire en utilisant des phrases simples et courtes.
  • N’hésitez pas à reformuler et assurez-vous que la personne a bien compris.
  • Laissez le temps à la personne de s’exprimer et parlez lentement.

Handicap moteur

Aménagez le passage et l’accès aux lieux de travail.
  • Si vous fixez un rendez-vous à une personne ayant une mobilité réduite, assurez-vous de la présence d’un ascenseur, d’une place de stationnement proche et expliquez-lui la façon la plus aisée de s’y rendre.
  • Essayez de limiter les déplacements et les manutentions à effectuer par la personne.
  • Si la station debout lui est pénible, proposez à la personne de s’asseoir ou cédez lui la priorité (ascenseur, toilettes, file d’attente, etc.).
  • Lors des réunions, laissez une place à l’avant pour les personnes en fauteuil roulant.
  • Ne vous appuyez pas sur le fauteuil roulant d’une personne et ne le poussez pas sans lui en avoir demandé la permission préalablement.
  • Il peut exister des chiens d’assistance : dans ce cas, laissez la personne handicapée le diriger elle-même.

Handicap psychique

Quasiment toujours invisible, le handicap psychique reste méconnu car les personnes choisissent souvent de ne pas en parler. Il peut concerner quelqu’un ayant des difficultés à communiquer, ayant des réactions inhabituelles et pouvant surprendre, une personne sensible au stress, etc.
Souvent mal compris, le handicap psychique peut créer des tensions dans les équipes de travail. Pourtant, lorsqu’elle est bien accueillie et bien suivie médicalement, il sera facile d’intégrer la personne.
  • Mettez la personne en confiance pour qu’elle puisse effectuer son travail dans les meilleures conditions.
  • Veillez à exprimer vos consignes clairement et évitez trop de sollicitations simultanées.
  • Faites preuve d’écoute et demeurez calme. Laissez la personne s’exprimer sans l’interrompre.
  • Évitez l'isolement de la personne.
  • Evitez l'évolution brusque de l'environnement de travail.

Handicap visuel (de la malvoyance à la cécité)

Dans le contexte du travail, beaucoup d’informations sont transmises par des supports visuels sans que nous nous en rendions toujours compte : documents papiers, outil informatique, informations indirectes... Quelques réflexes à adopter si vous travaillez avec une personne ayant une déficience visuelle :
  • Quand vous vous adressez à la personne, présentez-vous au préalable et nommez-la car elle ne reconnaîtra pas nécessairement votre voix ni que vous vous adressez à elle.
  • Proposez à la personne de lui lire certains documents lorsqu’elle ne peut en prendre connaissance seule.
  • Quand elle pénètre dans des locaux pour la première fois, n’hésitez pas à lui décrire l’agencement de la pièce et à la lui faire visiter. Par la suite, ne déplacez pas les objets sans l'en avertir.
  • Pour circuler, proposez votre aide à la personne. Si elle l'accepte, vous pouvez lui demander la façon dont elle préfère être guidée. Elle peut tenir votre bras, poser sa main sur votre épaule ou être guidée verbalement. Pensez à annoncer les changements de direction, à ralentir et annoncer les obstacles, la première et la dernière marche d’un escalier…
  • Ne changez pas les objets de place et faites attention à ne pas laisser traîner d’objets sur son passage. Rangez par exemple les câbles des ordinateurs.
  • Dans un bureau, en réunion ou à la cafétéria, amenez la personne jusqu’à sa chaise et posez sa main sur le dossier afin qu’elle puisse s’asseoir seule.
  • Ne laissez pas les portes entrouvertes mais grandes ouvertes ou complètement fermées.
  • Si la personne est accompagnée d’un chien-guide, laissez la le diriger elle-même.

Troubles du langage et de la parole

  • Prenez si possible en considération les besoins de la personne : correcteur d’orthographe, logiciel de reconnaissance vocale, difficultés ou empêchement à prendre la parole en public…

Au-delà des conseils prodigués, l'attitude à adopter avec une personne en situation de handicap relève du bon sens.

mise à jour le 19 septembre 2016