Accueil >> Université >> Présentation >> Portraits

Portrait Faustine Fayette

le 7 mai 2012

Faustine Fayette-3.jpg
Quel est votre parcours à la Sorbonne Nouvelle ?

Je suis arrivée à la Sorbonne après 2 années de prépa en Hypokhâgne et Khâgne. J'ai fait une année de licence de Lettres Modernes suivie d'un master 1 de Lettres Modernes avec un mémoire sur l'adaptation au cinéma du conte du "Petit poucet" de Charles Perrault et enfin un Master 2 du Département : Institut de la communication  mention "Journalisme culturel". Dans le cadre de ce Master 2 , j'ai réalisé 2 stages : 4 mois au journal Spectacle du monde (mensuel du groupe Valmonde) et 1 mois au Figaro Hors-série. 

Pourquoi avoir fait le choix de la Sorbonne Nouvelle ?


Je m'étais inscrite en équivalence à la Sorbonne Nouvelle car je trouvais intéressant l'ensemble des UFR Lettres, Théâtre, Cinéma, Communication. Ne sachant pas si j'obtiendrais le concours de Normale Sup, l'ensemble des disciplines me permettait de bifurquer éventuellement dans d'autres domaines que les lettres, susceptibles de m'intéresser. Je m'aperçois effectivement que ce fût une richesse dans ma formation car j'ai bénéficié de quelques cours transversaux (comme littérature et opéra ou littérature et cinéma) qui ouvraient la porte à des spécialisations professionnelles intéressantes.

Quel est votre parcours professionnel ? Quels savoirs mobilisez-vous ? Avez-vous conservé des contacts avec des étudiants de votre promotion ?

A la sortie de mes stages, j'ai commencé à écrire comme pigiste pendant 3 mois pour Spectacle du Monde. J'ai réalisé des reportages visites de lieux prestigieux pour Spectacle du Monde : Château de Fontainebleau ou Bibliothèque de l'institut.
J'avais rencontré le rédacteur en chef du journal hebdomadaire, Famille Chrétienne, au cours d'un voyage de presse pendant mon stage. Il recherchait un profil pour des critiques musicales. Ma formation spécifiquement culturelle grâce au master, mes convictions proches de leur ligne éditoriale, et mes compétences personnelles musicales l'ont rapidement décidé. Ainsi, je travaille depuis 2007 comme pigiste régulière pour la rubrique "Culture" de ce journal. Les articles qui me sont commandés traitent de la musique, des musées, des expositions. Les cours de critique artistique m'ont clairement aidée dans ce cadre-là.

Puis une opportunité s'est rapidement  présentée à moi : le poste de rédacteur en chef pour la revue de l'Eglise catholique dans les Yvelines : Sources. Un premier poste intéressant en mi-temps CDI à Versailles. Un beau projet avec refonte du journal. Pendant deux ans, j'ai travaillé à une nouvelle formule. Ce fût passionnant et j'ai pu utiliser mes connaissances suite à mon stage puisque, quand je suis arrivée à Spectacle du monde, la rédaction entamait un travail de nouvelle formule.  J'ai travaillé mon mémoire-rapport de stage sur la problématique de cette situation où un journal réfléchit à son identité, son contenu, son lectorat : évoluer sans se renier est toujours une réflexion intéressante. Je suis à Sources depuis 4 ans.

J'ai également travaillé à Radio Notre Dame pendant un an à mi-temps comme assistante de production pour l'émission de société "Le Bistrot de la vie". Ce fut très dur et enrichissant. Davantage portée naturellement par l'écrit, il m'a fallu découvrir l'univers de la radio, le stress d'une émission quotidienne pour laquelle je devais trouver 3 invités par jour, faire des pré-interviews, les fiches antennes du présentateur et sélectionner les appels d'auditeurs pendant l'émission. Là, ce sont moins mes connaissances de cours auxquelles j'ai fait appel, mais la débrouillardise, l'autonomie et la réactivité que j'avais commencé à apprendre en stage. L'apprentissage de l'interview téléphonique aussi.
Au bout d'un an, j'ai eu envie de passer devant le micro. J'ai créé et proposé une chronique culturelle au ton très personnel comme un billet d'humeur : "Les Petits Bonheurs !" à retrouver en podcast sur le site http://radionotredame.net/emission/les-petits-bonheurs/
Cette chronique a fait ses preuves et je la fais quotidiennement depuis 3 ans.
Bénévolement, je suis également rédactrice en chef de la revue des anciennes élèves de la légion d'honneur. Là encore dans le cadre d'un projet de nouvelle formule pour une grosse association qui m'a permis de continuer à faire mes armes dans les projets de renouvellement d'un journal. Nous sommes passés d'un journal en noir et blanc réalisé sur Word à un journal en quadrichromie réalisé avec un graphiste indépendant. J'apporte mon regard de journaliste professionnelle et mes contacts, et je reçois d'autres contacts, un réseau énorme et l'opportunité de réaliser dans ce cadre-là des articles et interviews variées et intéressantes : interview de Vincent Bolloré, parrain de la promotion BTS de l'école de la Légion d'honneur, de Laurence Equilbey, chef d'orchestre et ancienne élève, reportage avec la princesse Napoléon, visite des Invalides... Dans ce cadre associatif, J'ai appris également à prendre en charge toute la chaîne de réalisation d'un journal. Appel d'offre de maquettistes, choix de l'imprimeur, contact avec la poste et le routeur, campagne de communication pour la promotion du journal nouvelle formule, et bien sûr nouvelle ligne éditoriale, nouvelle maquette et remplissage des pages et formation de rédactrices bénévoles.

Quels sont vos projets professionnels ?


Voici 4 ans que je suis dans le monde du travail. J'ai acquis désormais une certaine confiance dans mes compétences et ma formation, qui me permettent d'être plus audacieuse dans les projets à venir. Je me suis créée un réseau, mon nom est désormais connu d'un certain nombre de journalistes et des attachées de presse. Je suis contactée pour des piges par des rédacteurs en chef qui ont entendu parler de moi.  Je souhaite suivre une formation en photo pour réaliser plus de reportages de terrain. Et éventuellement une formation vidéo, mais cela a un coût. 

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants de la Sorbonne Nouvelle ?

S'intéresser à tout et cultiver sa personnalité et ses loisirs qui peuvent, en journalisme, être une porte ouverte pour des projets d'articles. Ecouter les aînés, ne pas être arrogant mais savoir être malin et débrouillard. Savoir demander de l'aide, c'est montrer aussi qu'on est humble, qu'on veut apprendre et ça valorise la personne à qui l'on demande. Etre réactif et rapide dans les demandes et les réponses à donner. Ne pas sous-estimer et mépriser les petits médias ou petits jobs, c'est souvent là qu'on apprend le plus sur soi et sur ses capacités.

Type :
Portrait
Contact :
Sous-Direction de la Communication : Brigitte Chotel / Marcelline Guiffan

mise à jour le 6 juin 2013