Accueil >> Université >> Université >> Portraits

Vie étudiante, ESIT

Portrait de Juliette Dubois diplômée de l'ESIT

le 30 janvier 2018

Rencontre avec Juliette Dubois, diplômée de l’ESIT, qui est aujourd'hui traductrice Senior à SDL

Photo.jpg
  • Quel est votre parcours académique avant l'obtention du Master Traduction de l’ESIT et quelle a été selon vous l'expérience décisive qui vous a orientées vers la traduction ?

Dès le collège, j’ai développé une passion pour les langues ce qui m’a poussée à intégrer une section internationale anglais en seconde. J’ai commencé à penser devenir traductrice au lycée, parce que ce métier combinait rédaction en français et langues étrangères, mes deux domaines de prédilection. Je pense que le « déclic » est venu des cours de littérature étrangère, car l’étude comparée des œuvres originales et de leurs versions traduites me passionnait. J’envisageais au départ une carrière de traductrice littéraire, mais j’ai compris assez vite que ce n’était pas un choix très judicieux économiquement. Une fois mon baccalauréat série L et mention européenne en poche, j’ai suivi un double cursus DEUG LLCE Anglais/DEUG LLCE Allemand, avec en ligne de mire le concours d’entrée à l’ESIT, que j’ai intégrée en section traduction avec la combinaison FR/EN/DE.

  • Quelle fonction exercez-vous chez SDL ?

L’intitulé de mon poste est « Senior Lead Translator » ce qui, concrètement, correspond à une double casquette de traductrice/relectrice et de chargée de projets. En production, je suis amenée à traduire/relire quotidiennement des contenus en anglais ou allemand source. J’ai une spécialisation en marketing, rédactionnel et transcréation, mais peux ponctuellement traiter tous types de contenus, en fonction des besoins de nos équipes à l’instant T. Pour ce qui est de la gestion de projets, je suis responsable du bon déroulement des projets qui me sont confiés (en termes de délais, de planification et d’assurance qualité), que j’intervienne directement en production ou pas. Je suis garante de la qualité et du respect des attentes du client. Au fil du temps, j’ai développé des compétences complémentaires, notamment en tant que formatrice et que référent pour certains aspects (post-édition, transcréation).

  • Avez-vous un conseil à donner aux étudiant.e.s de la Sorbonne Nouvelle ? 

Pour un traducteur, la qualité première est la rigueur. Cela peut surprendre, mais la parfaite maîtrise de la langue d’expression (orthographe, grammaire et style) n’est pas toujours au rendez-vous. Selon moi, la lecture (dans toutes les langues de travail) est un outil très précieux : cela permet de garder le contact avec l’évolution de la langue, d’améliorer sa maîtrise « sans s’en rendre compte » et d’enrichir ses connaissances et sa culture générale. Il faut aussi être prêt à se confronter à des domaines nouveaux, sans appréhension.


Type :
Portrait

mise à jour le 5 février 2018