Accueil >> Université >> Université >> Portraits

Diplômés, UFR LLCSE

Portrait d'Inès Astito

le 21 mai 2019

Rencontre avec Inès Astito, étudiante en Master 1 Management de Projets Internationaux, et en contrat de professionnalisation au Pôle Universitaire Léonard de Vinci

Photo d'Inès Astito
  • Pouvez-vous vous présenter ?

J’ai commencé mon parcours universitaire par une Licence d'Études européennes internationales à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ). J’ai eu l’opportunité de réaliser mon dernier semestre de licence à Long Beach en Californie.

Je n’avais pas de projet de master précis, donc j’ai décidé de faire une année de césure après la licence. Je voulais néanmoins faire quelque chose qui resterait dans le monde académique pour m’aider à trouver une voie de spécialisation en master. J’ai eu la chance de bénéficier du partenariat entre l’UVSQ et Clark University et pendant 1 an, j’ai été teaching assistant (lectrice de français) à Boston, Massachusetts. Cette expérience a été très enrichissante et m'a permis de connaître le système éducatif américain.

Je voulais rester dans les études internationales alors j’ai commencé un master de Relations Internationales à la London School of Economics (LSE). La vie à Londres était super mais le système d'enseignement ne me convenait pas : le master était trop théorique, très axé sur la recherche, il y avait peu de pratique et, à l'issue de cette année, je devais pouvoir travailler mais je ne m’en sentais pas capable.

J'ai donc décidé d'arrêter pour me concentrer sur mon projet de vie : je savais que je voulais travailler dans les relations internationales dans le domaine académique et je voulais trouver un parcours professionnalisant. C’est à ce moment-là que l’idée de l’alternance est venue. J’ai trouvé le Master Management de projets internationaux et j’ai eu la chance d’obtenir une alternance dans mon domaine de prédilection un peu niche.

 

Je suis Coordinatrice des relations internationales. Je m’occupe de “l’incoming”, c’est-à-dire, de préparer l'arrivée des étudiants étrangers, de gérer leur arrivée une fois en France, d’assurer un suivi personnalisé tout au long de l’année. Je me charge aussi de “l’outgoing”, c’est-à-dire de l'allocation des bourses Erasmus et des démarches pour les étudiants de l'université qui partent à l’étranger dans le cadre d’un stage.

J'apprends beaucoup avec l’alternance : je règle tous les problèmes liés à la gestion de projets, même si ce n’est pas de la gestion de projets en soi.

J’ai assisté ma tutrice Alice Eyraud dans l’organisation de 2 événements dans l’année : la Study Abroad Fair (l’appel à participation pour des professeurs et représentants de partenaires de l’université dans le monde entier), et la International Week (36 intervenants de tous les continents sont venus enseigner 3 cours en anglais pour donner un avant-goût des cours à l’étranger, dans les systèmes anglophone et asiatique).

 

  • Quels bénéfices retirez-vous de cette expérience ?

J’ai une attention aux détails plus prononcée, notamment grâce à la gestion des problèmes de dernière minute. J'ai gagné en réactivité. J’ai développé mes “computer skills” avec Excel. J’ai surtout pu apprendre le monde du travail complexe et ambigu, le travail en équipe, ainsi que la culture d’entreprise différente de la culture de la vie de tous les jours.

  

  • Parlez nous de votre carrière sur YouTube.

J’ai toujours voulu m’exprimer sur la plateforme YouTube. J’ai commencé sans avoir de domaine précis. J’avais le temps après mon Master à Londres. 

Depuis un an, je me suis mise à fond dans ce projet et j'ai cerné ma niche : j'ai toujours été attirée par le paranormal, l'étrange, le mystique donc maintenant, mes vidéos portent sur le paranormal, l’ésotérisme et les théories du complot. Avant, je ressentais le besoin de cacher le domaine de ma chaîne ; je me disais : “Qui irait voir ce genre de vidéo ?”. Je n’avais pas confiance en moi. C’est une amie qui m’a poussée à partager mes vidéos.

Toutes mes vidéos sont en anglais. Créer une chaîne youtube m’a appris comment monter une vidéo, optimiser son temps dans la préparation et dans le produit, à savoir comment on se présente, comment on s'exprime, comment créer un persona, sa marque, etc. Et il faut savoir se démarquer, apporter une plus value et surtout ne pas avoir peur de la mettre en avant.

Je trouve que Youtube est en quelque sorte thérapeutique dans la recherche de qui je suis et de ce que je veux pour plus tard. Ça m'a appris la persévérance.

Le Master Management de Projets Internationaux m’a appris à appréhender les projets et à visualiser le processus de gestion de projet de A à Z. Et ce que j’apprends au sein du Master s’applique totalement à mon projet de création de contenu, y compris dans le domaine du paranormal.

 

  • Quels sont vos projets ?

Pour le moment, je souhaite continuer dans le monde des relations internationales universitaires. Sur le long terme, j’aimerais faire de ma passion, de Youtube, ma carrière. J’ai plein de projets en tête !

 

  • Avez-vous un conseil à donner aux étudiant.e.s de la Sorbonne Nouvelle ?

Ne pas avoir peur de changer de voie, d’aller hors du chemin tracé.


Retrouvez Inès sur Youtube et sur son blog !


Type :
Portrait
Contact :
Frida Fofana - aide au développement du réseau Alumni en Service Civique

mise à jour le 21 mai 2019