Accueil >> Vie de campus >> Vie étudiante >> Portraits

Vie étudiante

Portrait d'Albien Gakegni

le 7 décembre 2020

Étudiant en doctorat, Albien Gakegni est également étudiant élu. Il nous parle de son parcours et de son engagement.

20201123_103425.jpg
  • Albien Gakegni, vous êtes à la fois étudiant en doctorat et étudiant élu, pouvez-vous nous présenter votre parcours universitaire ?

J’ai commencé mes études à la Sorbonne Nouvelle en 2014. J’ai effectué une première année de Licence en Sciences du langage puis j’ai passé une Licence en Lettres Modernes et j’ai poursuivi en Master Littérature Générale et Comparée (LGC). Par la suite, j’ai fait une seconde année en Master 2 Études de genres et littératures francophones afin d’obtenir une meilleure moyenne pour poursuivre en thèse. À l’issue de cette année supplémentaire, j’ai pu m’inscrire en thèse et je commence, dès le mois de décembre 2020, mon doctorat. Actuellement, je siège au Conseil d’Administration de l’université.

  • Avez-vous eu quelques expériences professionnelles liées à vos études  ?

J’ai enseigné le français en 2015 à Goussainville, durant toute l’année scolaire, lors de modules de tutorat auprès d’élèves de 5ème et de 2nd présentant des difficultés en français. Cette expérience m’a permis de comprendre plusieurs choses : comment s’y  prendre avec un élève et créer un lien entre l’enseignant.e et les parents. Le contact avec les élèves m’a beaucoup apporté. J’envisageais déjà le métier d’enseignant et ce travail m’a offert une expérience professionnelle supplémentaire.

  • Quels sont vos projets à l’issue de votre doctorat ?

J’envisage de travailler en tant qu’ingénieur chef de projet dans l’édition de technologie mais je suis également intéressé par l’enseignement à l'université, cela a toujours été mon ambition. Toutefois, je n’ai pas pu obtenir de contrat doctoral car j'avais soutenu mon mémoire de Master un peu tardivement et cela m’a empêché de candidater pour un poste de chargé de cours à l’université, mais cela reste une ambition.

  • Avez-vous d’autres projets professionnels que vous souhaiteriez réaliser ?

J’aimerais également travailler comme journaliste pour la presse écrite. Cela fait 2 ans que je suis rédacteur au sein du journal Nouvelles Vagues à l’université. L’écriture me passionne. J’ai d’ailleurs un travail d’écrivain en parallèle. J’essaie de relier mon engagement étudiant avec mon travail de rédacteur en mettant en place une politique de communication interne et externe en faveur des étudiant.e.s. D’ailleurs, j’ai effectué mon stage d’observation de Licence au sein d’un groupe de communication où il était question de créer une ligne éditoriale pour un journal de presse écrite. Je souhaiterais pouvoir allier professorat, journalisme et mon travail d’écriture.

  • Vous êtes étudiant élu, pouvez-vous nous parler de votre engagement ?

En avril 2017, j’ai présenté ma candidature pour intégrer le syndicat UNEF (Union nationale des étudiants de France) afin d'aider les autres après avoir été aidé moi-même, et j'ai été élu. J’ai aussi été élu comme adjoint suppléant au Conseil Académique de l’USPC (Université Sorbonne Paris Cité), qui n’existe plus à présent.

J’ai effectué un mandat de 2 ans, de 2017 à 2019. J’allais aux réunions et je faisais partie du groupe Culture et du groupe Sport. Tous les membres de l’USPC se retrouvaient pour valider des projets. Au tout début de mon engagement, lors du Conseil Académique, j’étais encore novice alors je posais des questions lorsque je ne comprenais pas et je faisais également des propositions.

J’ai donné beaucoup de ma personne tout au long de mon engagement et j’ai fait preuve de beaucoup de motivation. Ce qui m’a marqué, c’est la joie de se sentir au service des autres. L’objectif de l’engagement étudiant n’est pas d’être dans une relation conflictuelle avec les enseignant.e.s.

  • Avez-vous un ou plusieurs conseils que vous pourriez donner aux étudiant.e.s en Lettres Modernes souhaitant poursuivre leurs études en doctorat ?

Mon conseil est d’aimer ce que l’on fait car pour arriver en doctorat il faut d’abord commencer par une Licence puis poursuivre en Master. Il faut croire qu’on est là, non par défaut, mais parce qu’on a voulu y être, s’investir totalement et travailler davantage. J’encourage les gens à positiver. Pour moi, les Lettres Modernes sont parmi les seules choses qui restent, avec la Science, pour construire un monde meilleur compte tenu du contexte actuel. Les Lettres ont encore leur place, il faut penser à les replacer au cœur de notre vie ; la littérature permet de penser le monde autrement et de vivre heureux malgré le contexte.


Type :
Portrait

mise à jour le 12 mars 2021