Accueil >> Université >> Présentation >> Portraits

Onur Karapinar, animateur sur Radio Campus Paris

le 7 janvier 2013

Actuellement en L3 au département : Institut de la Communication et des Médias, Onur Karapinar est également en parallèle animateur sur Radio Campus Paris.

Onur.jpg
Onur, pouvez-vous vous présenter ?

Je suis actuellement étudiant en troisième année de communication à la Sorbonne Nouvelle mais aussi animateur / producteur radio chez Radio Campus Paris et depuis peu conseiller en communication pour le compte d’une agence évènementielle.

Pourquoi le choix de la Sorbonne Nouvelle ?

Cela a été assez simple, j’avais procédé par élimination lors de la formulation de mes vœux sur la plateforme APB (admission post-bac). Je voulais une université située Paris intra-muros et une formation polyvalente et pluridisciplinaire qui me permettrait de répondre aux attentes de demain. Je voulais d’un nom qui claque et découvrir la capitale sous le regard vif de la flânerie. Quoi de mieux que la Sorbonne Nouvelle pour un étudiant censé représenter l’avenir de la nation ?
Seulement, les formations dispensées dans l’établissement pourraient prétendre tout le contraire (lettres, arts, cinéma, langues, théâtre) car elles font face à des difficultés d’insertion professionnelles évidentes puisque elles sont  jugées « non rentables » par le marché du travail. Et pourtant, si l’on sait comment s’y prendre… on peut entrevoir les portes d’un avenir radieux.

Vous animez l'émission TPDV sur Radio Campus Paris, pouvez-vous nous en dire plus ?

Oui, il s’agit d’une émission hebdomadaire de talkshow radio d’une heure qui se consacre au monde universitaire et à la culture étudiante que l’on se plait à aborder sous un ton décalé avec ma bande de dingue. J’en avais assez d’entendre des émissions qui traitaient de ce sujet, certes, mais qui étaient toujours pensée par des professionnels. Il était temps de penser et concevoir une émission pour les étudiants par les étudiants, de secouer un peu la vie universitaire, de poser les questions qui nous intéressent et de mettre en avant des initiatives étudiantes qui nous plaisent. Par ailleurs, il faut savoir que l’université a signé une convention avec Radio Campus Paris, ce qui permet à la radio de garantir son indépendance tout en reconnaissant aussi son importance en tant que média étudiant. Si seulement cette exemplarité pouvait être suivie dans les autres universités de la région, elle constituerait sans aucun doute une formidable niche de rassemblement d'initiatives étudiantes.
D’ailleurs, si vous souhaitez présenter un projet, un sujet, des idées/suggestions pour l’émission ou autres n’hésitez pas à me contacter via cette adresse : toutpresdevous@radiocampusparis.org.

Cette expérience est menée de front avec la poursuite de vos études ?

Clairement ! Je peux même affirmer et assumer que la radio prend même plus de place que mes études car j’exploite la liberté intellectuelle que permet l’université. Les bénéfices en sont multiples puisque à travers ce projet, j’ai rencontré des personnalités incroyables, j’ai su appréhender un univers enrichissant, apprendre et parfaire mes connaissances radiophoniques, cultiver ma curiosité, bâtir un réseau actif et intéressé dans divers milieux. Cela dit, préparer une émission de radio toutes les semaines requiert un travail assez conséquent qui me conduit à côtoyer plus souvent les nuits blanches et à délaisser certains aspects de ma vie étudiante. Mais c’est un choix que j’ai dû faire assez tôt pour aspirer au domaine que j’ambitionne.

Quels sont vos projets professionnels ?

Étant un passionné de radio, j’ai pour objectif numéro un de travailler chez Radio France et plus particulièrement à France Inter ; une radio créative et éclectique qui dispose d’un large panel d’écoute et d’une qualité de production très raffinée. Depuis peu, les sirènes de la pédagogie me séduisent, et je dois admettre que je ressens l’envie de plus en plus vive d’enseigner et de former des étudiants à la radio à travers des ateliers universitaires totalement décomplexés. L’idée d’écrire un essai sur la décadence des relations hommes-femmes me tente de plus en plus aussi. Du coup, je ne préfère plus rien définir. Je vais et j’irais là où la passion m’emportera à la quête de nouveaux défis.

Avez-vous des conseils à donner aux étudiants de L1 ?

Je reprendrais les trois conseils prodigués avec soin par un étudiant que vous avez précédemment interrogé, Romain Hamard (Osez sans complexe, soyez volontaire, surprenez), mais mon orgueil me pousse à livrer les miens.

Cultivez votre curiosité : c’est le conseil de mon professeur de journalisme audiovisuel, François Saltiel, que je tiens à saluer au passage (avec qui j'ai eu plaisir à accueillir pour une émission terriblement intéressante sur l'univers de la pub). Dites-vous que tout ce qui vous entoure a une histoire et que cela regorge certainement d’anecdotes incroyables sur le sujet. Un étudiant intéressé est forcément un étudiant intéressant.

Profitez de la liberté intellectuelle : vous trouvez que vingt heures de cours par semaine, c’est peu ? Alors occupez-les habilement en vous portant bénévole dans une association qui correspond à votre passion et/ou aux contours de votre projet professionnel.

Fascinez : nous sommes beaucoup à la fac et la massification n’a pas arrangé les choses pour trouver les camarades susceptibles de vous intéresser. Du coup, n’hésitez pas à poser des questions extravagantes, provoquer le débat que ce soit en cours, en amphi, aux professeurs, aux étudiants. Cela en agacera probablement beaucoup au début mais c’est ainsi qu’on parlera de vous en bien ou en mal, peu importe, ceci constituera le socle de votre réputation. Partant de ce postulat, vous attirerez des personnes qui vous ressemblent. Et vous savez ce que l’on dit ? Qui se ressemble s’assemble.

Pour conclure, je terminerais sur une citation de Jacques Chirac que j’ai trouvé très pertinente et qui complétera ce que j’avais dit plus haut : « Les portes de l’avenir sont ouvertes à ceux qui savent les pousser ».


Type :
Portrait
Contact :
Sous-Direction de la Communication

mise à jour le 18 août 2015