Accueil >> Université >> Présentation >> Portraits

Diplômé de l’IHEAL, Patrice Pauc est directeur de l’Alliance française de Porto Alegre au Brésil

le 8 décembre 2014

Ancien élève de l’Institut des Hautes Etudes de l'Amérique latine de la Sorbonne Nouvelle, Patrice Pauc est directeur de l’Alliance française de Porto Alegre au Brésil et responsable de la coopération française dans le Rio Grande Do Sul.

Patrice Pauc
  • Pouvez-vous présenter votre parcours universitaire ?
C’est à l’IEP de Toulouse que j’ai mené à partir de 1991 des études en science politique et communication en parallèle avec une licence d’Histoire à l’université de Toulouse le Mirail. Après une maîtrise de science politique suivie dans le cadre d’un échange Erasmus à l’université Granada en Espagne, j’ai continué mon cursus à l’IHEAL par un DEA Etudes des Sociétés Latino-Américaines, complété par un DESS Echange Europe-Amérique Latine en 1996. Quelques années plus tard, j’ai complété mon cursus par un master en Français Langue Etrangère à l’université de Grenoble.
 
  • Quel est votre parcours professionnel depuis que vous êtes diplômé ?

J’ai débuté mon parcours professionnel par un poste de professeur-animateur culturel au sein de l’Alliance française de Managua (Nicaragua), de 1998 à 1999. A mon retour, je suis devenu journaliste indépendant pour le mensuel « Environnement Magazine » pour ensuite repartir au Nicaragua en tant que délégué général pour la Croix Rouge Française à Salvador, puis journaliste correspondant pour Radio Canada International. De 2002 à 2006, j’ai occupé un poste de directeur détaché du Ministère des Affaires étrangères de l’Alliance française de Pereira en Colombie et de coordinateur régional des Alliances françaises de la région du café et du centre associé d’Ibagué. J’ai ensuite pris la direction de l’Alliance française de Melbourne en Australie pendant quatre ans.
Après une année sabbatique qui m’a permis de voyager en Asie, je suis revenu à Paris pour travailler dans le conseil en communication et les relations publiques. Un an plus tard, j’ai rejoint le groupe CFILC-Campus Langues en tant que responsable développement commercial jusqu’au mois de juin 2014. Depuis, je suis directeur de l’Alliance française de Porto Alegre au Brésil et responsable de la coopération française dans le Rio Grande Do Sul.
 
  • Quels savoirs appris à la Sorbonne Nouvelle mobilisez-vous dans votre pratique professionnelle ?
Cela remonte à plusieurs années maintenant, donc je n'ai plus vraiment de souvenir précis des savoirs qui m'ont été utiles. De manière plus globale, l'Amérique latine - son histoire, sa politique, sa géographie -  m'intéressait avant même d'entrer à l'IHEAL. Après deux années à l'Institut, le contact avec certains professeurs, les lectures, mes travaux de recherches, m'ont donné une connaissance plus approfondie du continent. Ensuite, c'est en forgeant que l'on devient forgeron, c'est en allant sur le sous-continent latino-américain que l'on se frotte aux réalités, que l'on découvre les spécificités de chaque pays. L'IHEAL apporte quelques outils. La pratique sur le terrain fait le reste.
 
  • Qu'est-ce qui vous plait le plus dans votre métier ?
Etre un lien entre la France et les partenaires locaux, un facilitateur de projets de coopérations effectifs, tant sur le point culturel, linguistique, éducatif, scientifique ou parfois sportif. C’est également un métier - direction d'Alliance française - à la croisée de compétences variées : gestion de projets, management d'équipes, représentation, communication, développement, diplomatie.
 
  • Quels conseils donneriez-vous aux étudiants de la Sorbonne Nouvelle ?
Jetez-vous à l'eau, n'ayez pas peur de prendre de risques et de multiplier les expériences ! L'Amérique latine offre des possibilités que notre beau pays n'est pas toujours en mesure de nous présenter.

Type :
Portrait
Contact :
Sous-Direction de la Communication

mise à jour le 8 juin 2015