Accueil >> Université >> Présentation >> Portraits

Insertion professionnelle, UFR Arts et Médias

Rencontre avec Yoann Labroux-Satabin, diplômé du Master Journalisme Culturel

le 10 mai 2016

Diplômé du M2 Journalisme Culturel qu'il a effectué en apprentissage à l'hebdomadaire La Vie, Yoann a récemment animé la conférence consacrée au Transmedia à laquelle ont participé plusieurs diplômé.e.s de la Sorbonne Nouvelle. Parcours d'un jeune journaliste...

YLS.jpg
  • Pouvez vous nous parler de votre parcours universitaire ?

Après mon bac littéraire, je voulais faire des études qui me permettent de mieux comprendre la société. J'ai tenté le concours de Sciences Po Paris, sans succès. J'ai alors choisi de partir à la découverte du droit, justement parce que cette discipline concerne tous les domaines : politique, économie, culture… Après ma licence de droit privé à la faculté Jean Monnet (Université Paris-Sud), j'ai souhaité creuser les questions juridiques liées à la culture en poursuivant mon cursus dans un master 1 DI2C (Droit, Innovation, Communication, Culture). Mais depuis le début de la licence, je voyais le droit comme un tremplin et non comme une fin en soi. Ce qui n'était au départ qu'une piste était devenue une certitude : je voulais devenir journaliste. J'ai passé quelques concours d'écoles reconnues et de masters universitaires, pour finalement intégrer le Master 2 Journalisme culturel de la Sorbonne Nouvelle.

  •  Pourquoi avoir choisi la Sorbonne Nouvelle et le diplôme dont vous êtes diplômé ?

 Deux choses m'ont mené vers le M2 Journalisme culturel. La première était l'envie de garder ce lien avec le monde de la culture. La seconde était la possibilité de faire cette année en alternance, une voie encore trop peu répandue dans le supérieur et qui est pourtant le chemin le plus évident pour terminer son cursus. Un pied à l'université, un pied dans l'entreprise : les deux se complètent.

  • Quel métier exercez vous ? Pouvez vous nous parler de votre quotidien au travail ?

 Je suis aujourd'hui journaliste titulaire de la carte de presse et je « pige » pour plusieurs titres de presse écrite : l'hebdomadaire La Vie (où j'ai effectué mon année d'apprentissage), les atlas La Vie-Le Monde, le mensuel GEO Histoire. Bien que précaire, ce statut de pigiste (payé à l'article) me permet de travailler sur plusieurs domaines et sur des formats différents, selon les médias. Partagé entre des articles Culture, Société et Histoire, j'ai la chance de pouvoir parfois croiser les trois approches, par exemple dans un papier sur l'intelligence artificielle réalisé récemment pour La Vie. Même si j'ai mes « obsessions » (comme les séries télé), je cultive ce côté généraliste qui rejoint ce pour quoi j'ai voulu faire ce métier : aider à mieux connaître la société, y compris par son histoire ou sa culture. Je travaille de chez moi et reçois des commandes d'articles, tout en faisant également des propositions de mon côté. Mon emploi du temps se répartit donc entre un travail de veille pour chercher des idées de sujets, des moments de recherches puis de rencontres, et l'ultime phase de rédaction.

  •  Qu’est ce qui est selon vous, le plus important à l’université ?

Profiter des nombreuses occasions offertes pour accroître sa curiosité. C'est ce qui est formidable dans les périodes d'apprentissage : on peut s'intéresser à tout avec du temps (si, si!) pour approfondir ce qui nous plaît. Je pense qu'il faut s'aventurer en dehors de son seul domaine d'études et éviter de se laisser bercer par le rythme des révisions de partiels. 

  • Quels sont vos projets pour le futur ?

Je réfléchis avec des camarades de ma promo de M2 à créer un site qui parle de culture différemment, en prise avec la société.

  • Un conseil à donner aux étudiants ?

Ne jamais croire que l'on suit une voie toute tracée dont on ne peut pas sortir. Les passerelles, les détours, sont toujours possibles, même après le diplôme. Ne jamais s'enfermer par auto-censure.

Contacter Yoann sur LinkedIn
Suivre Yoann sur twitter
Voir ou revoir la conférence "Transmédia et opportunités professionnelles"


Type :
Portrait
Contact :
Killian Tondu-Bataillard : Service Civique mission réseau alumni

mise à jour le 12 octobre 2016