Accueil >> Vie de campus >> Portraits

Vie des personnels

Rencontre avec Aliyah Morgenstern, Professeure de linguistique à la Sorbonne Nouvelle

le 26 septembre 2016

Aliyah Morgenstern est Professeure de linguistique à la Sorbonne Nouvelle et directrice de l'Ecole Doctorale ED 514, entre autre. Elle nous raconte son parcours dense et ses projets passionnants.

Aliyah(c) Marie-Hélène Le Ny.jpg
  • Pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Je suis née aux Etats-Unis d’une famille cosmopolite et haute en couleur. Très tôt, nous nous sommes installés à Nice, la ville natale de mon père mathématicien. Ma mère, qui ne parlait pas un mot de français en y arrivant, y a poursuivi ses études, fait une thèse, enseigné, mais surtout est devenue écrivain pour la jeunesse. J’ai donc fait mes études à Nice, ainsi que de la musique et du théâtre. A 19 ans, grâce à mon bilinguisme, mes cours de théâtre (qui m’ont aidée à surmonter ma timidité) et ma passion pour Proust, je suis entrée à l’ENS Fontenay Saint-Cloud. J’ai poursuivi mes études en anglais et en linguistique en conjuguant ma bi-nationalité avec mon amour du langage. J’ai obtenu l’agrégation d’anglais et fait une thèse sur le langage de l’enfant à la Sorbonne Nouvelle. J’ai eu la chance de travailler dans plusieurs universités dans mes deux pays et dans plusieurs disciplines : j’ai été lectrice de français à Brown et Harvard aux Etats-Unis, puis monitrice en sciences du langage à Paris Descartes, ATER à Reims, Maître de Conférences à la Sorbonne Nouvelle et à l’ENS Lyon en linguistique anglaise. Après mon HDR soutenue à la Sorbonne Nouvelle, j’y ai obtenu un poste de professeur en linguistique anglaise en 2008. Je continue heureusement mon apprentissage tous les jours grâce à mes étudiants, mon mari et mes deux enfants, à tous les enfants dont j’étudie l’entrée dans le langage, à mes amis et mes collègues en France et à l’étranger avec qui je partage des moments d’éblouissement sur le fonctionnement du langage et ses usages.

 

  • Quels sont vos rôles à la Sorbonne Nouvelle ? Quels sont les thèmes de vos recherches ?

Je suis enseignante-chercheuse à part entière : j’enseigne la linguistique anglaise, l’acquisition du langage et l’analyse des interactions orales et multimodales à tous les niveaux, de la licence au doctorat en passant par l’agrégation. Je forme des mastérants et doctorants à la recherche en dirigeant des mémoires de master et des thèses. Mes projets de recherche sont en général collectifs sur les pratiques langagières que j’étudie surtout en milieu familial, pour comprendre les différences et les similarités entre les langues, les cultures, les situations, et entre les individus qui chacun ont leurs spécificités. J’ai été la coordinatrice scientifique de plusieurs projets financés par USPC, par la France, l’Europe, les Etats-Unis, sur le langage de l’enfant, la gestualité dans différentes langues ou la langue des signes. Mais j’ai également des responsabilités administratives qui m’amènent à m’investir et à mieux comprendre la vie de l’université. Je cumule les fonctions de directrice d’école doctorale, directrice adjointe de l’équipe d’accueil PRISMES, directrice du centre de linguistique anglaise SeSyLiA, présidente du collège de spécialistes de 11° section (études anglophones), de membre de la commission recherche et de son bureau, vice-présidente de la commission des postes. On est happé par le quotidien dans notre métier, et les projets d’écriture à long terme des résultats de nos recherches sont difficiles à mener. Mais j’ai bien l’intention de continuer. J’ai la chance de vivre ma vie d’universitaire sur tous les fronts et de faire un métier que j’aime.

 

  • Avez-vous une actualité particulière en ce moment ou à venir ? 

Je partage l’actualité de tous les membres de notre université : l’évaluation en 2017 par l’HCERES de nos formations, nos Ecoles Doctorales, nos équipes. Nous allons donc avoir une année très chargée. Nous essayons de l’aborder avec enthousiasme et sans nous décourager devant l’énorme travail administratif qui semble souvent bien fastidieux .J’ai heureusement aussi deux doctorantes qui soutiennent début décembre, ce qui est une fête et de nouveaux mastérants et doctorants dont je suis certaine qu’ils m’apporteront beaucoup. Je suis en train de terminer deux gros projets de recherche internationaux sur l’humour chez l’enfant et sur la gestualité dans la narration d’évènements passés. Ces projets m’ont permis de voyager au Brésil et en Russie et de travailler avec des collègues passionnés et passionnants. J’espère aussi continuer à apprendre énormément de ma fréquentation de « la planète des sourds » et des langues des signes grâce à des projets financés par la délégation à la langue française et aux langues de France qui ont déjà été valorisés dans le gros congrès international sur la gestualité (450 participants) que j’ai coordonné dans notre université en juillet dernier.

 

  • Quels conseils donneriez-vous aux étudiants de la Sorbonne Nouvelle ?  

Je vous conseille de profiter pleinement de vos années d’étude avec passion, avec joie et en abordant les moments difficiles (examens, travail compliqué à rendre, fatigue dans les cours) avec détermination. Si vous devez travailler en parallèle à vos études, organisez-vous du mieux possible, demandez-nous des conseils, il faut trouver un équilibre qui ne nuise pas à votre formation. Vous avez la chance extraordinaire et très peu répandue dans le monde de bénéficier d’études supérieures quasi gratuites, dans une université où sont réunis des enseignants-chercheurs du plus haut niveau, dans une des plus belles villes du monde et où vous avez accès à la culture à tous les coins de rue. Cueillez, cueillez et faites germer toutes ces graines qui vous habiteront toute votre vie, en allant en cours, en faisant le travail qui vous est demandé, en lisant et en échangeant avec vos enseignants et vos camarades le plus possible. Mais allez aussi dans les musées, au théâtre au cinéma, et errez dans les rues sublimes de Paris pour avoir le temps de penser. Et finalement faites du sport, mangez bien, dormez suffisamment, passez du temps en famille et avec vos amis. Profitez pleinement de ces années qui peuvent être si passionnantes, si fructueuses et si pleines, ces années qui viendront colorer définitivement le reste de votre vie.
 

Photo : Marie-Hélène Le Ny pour ses expositions sur les femmes scientifiques "infinité plurielle".

Type :
Portrait
Contact :
Sous-direction de la Communication

mise à jour le 12 octobre 2016