Accueil >> Formation >> S'informer sur nos formations

Formation LMD

Double Master franco-allemand de journalisme transnational (avec l'Université de Mayence / Université Franco-allemande)


Nature :
Formation diplômante
Diplôme national
Année de sortie :
Bac + 5
Durée des études :
2 ans

Accessible en :

Formation initiale
Formation continue
+ d'infos

Dans ce master franco-allemand, les étudiants passeront un an dans leur université d'origine et un an dans l'université partenaire (voir le programme).
Les deux universités partenaires sont la Sorbonne Nouvelle et la Johannes Gutenberg-Universität Mainz. La formation est habilitée par l'Université franco-allemande (aides à la mobilité).

Objectifs

Ce cursus intégré de Master franco-allemand de journalisme transnational prend la suite du M2 de journalisme franco-allemand et repose sur une triple volonté commune des deux partenaires :
-    internationalisation et ouverture sur l'espace européen ;
-    mise en place d'une formation aux métiers du journalisme en phase avec les changements de l'espace public, l'émergence d'un espace transnational dans le contexte de la mondialisation et des évolutions techniques, notamment numériques ;
-    adossement de la pédagogie aux approches complémentaires des deux partenaires en matière de cultures journalistiques et de recherche, en s’appuyant sur la longue expérience de deux masters déjà reconnus.
Il s’agira donc d’offrir une formation à la fois pratique, théorique et adossée à la recherche au métier de journaliste dans tous les médias. Ce master combine donc cours théoriques et universitaires avec des cours pratiques et des stages. Le but est de former des journalistes bilingues et disposant également d’une très bonne maîtrise de l’anglais, capables de travailler en France comme en Allemagne et dans un contexte transnational, en particulier comme correspondants. Les diplômés seront au fait à la fois des grands enjeux internationaux, des évolutions du métier de journaliste comme de la recherche concernant le journalisme.

Spécificités

Il s’agit d’une formation d’excellence à effectifs limités (12 places à partir de 2019/2020 = 6 à Mayence, 6 à Sorbonne Nouvelle), qui demande aux candidats, en plus d’une excellente maîtrise des enjeux de l’actualité politique, sociale, culturelle et tout particulièrement européenne, d’être très à l'aise en français et en allemand et d'avoir une bonne maîtrise de l'anglais, et de faire preuve de compétences rédactionnelles, de synthèse mais aussi de curiosité et d’une capacité à rechercher et obtenir des informations.

Il s’agit  de former à la fois à un métier spécifique (cours pratiques et techniques, appuyés sur des équipements adéquats dans les deux institutions : studio radio, studio télé, salles de montage, postes de travail, fil d’agences…) et à la recherche sur le domaine des médias et du journalisme.

L'équipe regroupe (aussi bien à Mayence qu'à Paris) des enseignants chercheurs provenant de plusieurs disciplines (histoire, études germaniques, sciences de l'information et de la communication, études européennes, Cultural Studies...) et des professionnels (journalistes allemands et français en activité dans différents médias) ainsi que des membres à la fois enseignants-chercheurs et journalistes. Du point de vue de la formation journalistique à proprement parler, les cours sont assurés à Paris à 60% et à Mayence à 75 % par des professionnels (venant respectivement des médias suivants : Süddeustsche Zeitung, Le Monde, Arte, RFI, Radio Berlin Brandenburg, Saarländischer Rundfunk, Frankfurter Rundschau, ZDF ...). Les étudiants disposent de cours de journalisme en français, en allemand mais aussi de cours bilingues assurés par des journalistes franco-allemands.  Enfin, le master offre également un cours d’anglais des médias et des cours en anglais sur des aspects internationaux.

Stages

Stage obligatoire
Stage à l'étranger

 Des stages obligatoires sont intégrés à la formation : ils sont d’une durée de huit semaines au moins au semestre 2 et de six semaines au moins au semestre 3. Il s’agit dans tous les cas – que les stages soient effectués en France ou en Allemagne, dans le pays de l’université d’origine ou celui du pays de l’université d’accueil – de stages encadrés permettant aux étudiants de produire un certain nombre de réalisations journalistiques (articles de presse, émissions radio ou tv, travail en ligne…), de développer un réseau favorisant l’insertion professionnelle mais aussi de mener une réflexion critique, liée aux réflexions théoriques développées dans les cours dispensés par les enseignants-chercheurs, sur l’exercice du métier de journaliste aujourd’hui. La production et la publication de travaux journalistiques sont la condition de la validation des stages. Des stages d’observation ne seront pas validés.

Les étudiants pourront s’appuyer sur un important carnet d’adresses d’entreprises de médias francophones et germanophones, développé par les deux universités partenaires. Ils seront aussi guidés et aidés dans leurs démarches  par les enseignants journalistes du master.

Exemples de stages effectués par des étudiants du Master journalisme de Mayence et du Master journalisme franco-allemand de la Sorbonne Nouvelle :
  • rédactions germanophones : Deutsche Presse-Agentur, Frankfurter Allgemeine Zeitung, Frankfurter Rundschau, Süddeutsche Zeitung, DIE  ZEIT online, SPIEGEL online, Der Tagesspiegel, Die Welt, Badische Zeitung, Märkische Allgemeine Zeitung, Dresdner Nachrichten, Kölner Stadt-Anzeiger, Westdeutsche Allgemeine Zeitung (WAZ), Berliner Morgenpost, Rheinischer Merkur, Wiener Zeitung, Zitty, die tageszeitung, Saarländischer Rundfunk, Westdeutscher Rundfunk, ZDF, ARD, Hessischer Rundfunk, Spiegel TV, Der Spiegel… ;
  • rédactions francophones : Deutsche Welle, Libération, Le Monde, Le Figaro, France Bleu Isère, L’Humanité, La Dépêche du Midi, L'Equipe, La Voix du Nord, Courrier International, TMC, Arrêt sur images, Quotidien, France Culture, France Inter, Dernières Nouvelles d’Alsace, Le Courrier Picard …

Et après ?

Débouchés professionnels
Les masters qui ont précédé ce nouveau master disposent déjà, aussi bien en France qu’en Allemagne ou en Autriche, d’un solide réseau d’entreprises accueillant et ayant déjà accueilli les étudiants pour leurs stages (journaux, télévisions, radios, agences de presse, presse en ligne). Le taux d’insertion professionnelle des diplômés du master de journalisme franco-allemand est élevé : 90% au bout d’un an ; 100 % pour la promotion 2015/2016. Cela tient au fait que le profil de journaliste transnational (jusqu’ici plus particulièrement franco-allemand) correspond aux besoins toujours croissants d'entreprises de médias germanophones et francophones. Le création de ce master franco-allemand répond ainsi à ce besoin.

Pour le moment, les médias franco-allemands sont en première ligne pour l’insertion professionnelle des diplômés de la Sorbonne Nouvelle : le programme francophone de la Deutsche Welle, où la majorité de l’équipe est issue du Master de journalisme franco-allemand  existant; Arte et les maisons de production travaillant avec Arte.

En Allemagne, en plus de piges, les diplômés des deux masters ont souvent obtenu des CDD (souvent sous la forme de « Volontariate », une sorte d’apprentissage payé) ou CDI, notamment
-    en agences de presse (dpa),
-    dans l’audiovisuel public comme par exemple le Deutschlandfunk, la Deutsche Welle, le Bayerischer Rundfunk, la ZDF, le Radio Berlin Brandenburg, le Südwestrundfunk, le Hessischer Rundfunk, le Norddeutscher Rundfunk, le Westdeutscher Rundfunk ;
-    la presse et la presse en ligne, notamment Handelsblatt Global Edition, correctiv.org, la Frankfurter Allgemeine, la Frankfurter Rundschau, Die Welt ou même Bild.
En France, l’insertion professionnelle est également très satisfaisante : France Culture, RFI, Radio Classique, Libération, Le Monde, Le Courrier Picard, AFP, LCI, L’Humanité, France Inter, France 2, France 3, France 24, So Foot, RMC… ont recruté des diplômes de la formation en place depuis 18 ans. D’autres diplômés travaillent pour des médias francophones comme La Tribune de Genève, Le Soir, RTBF, RTS…

Il s’agit donc d’améliorer encore l’insertion professionnelle en mettant en commun les carnets d’adresses et réseaux des deux masters existants et, en élargissant le profil des diplômés à l’aspect transnational, d’élargir également leur champ d’activité.
Métiers
Rédacteur/rédactrice de presse, Chargé/chargée de communication, Animateur-présentateur/animatrice-présentatrice, Professionnel/professionnelle du montage de l'image et du son, Créateur/créatrice de support de communication visuelle, Spécialiste de la gestion de l'information
Niveau(x) de recrutement :
Bac + 3

Formation(s) requise(s)


Cette formation s'adresse à des titulaires d'un diplôme national de niveau Bac+3 (niveau Licence) issus par exemple des filières suivantes :

  • études germaniques, allemand-histoire, études franco-allemandes, LEA ;
  • sciences politiques ; sciences économiques et sociales ; sciences de l'information et de la communication ; histoire ; géographie ; LEA ; disciplines littéraires ; écoles de commerce etc.
  • pour les étudiants étrangers, un diplôme équivalent.

Quelle que soit la formation d'origine, cette licence n'a pas pour vocation une remise à niveau en langue : les candidats doivent donc d'ores et déjà disposer d'un excellent niveau d'allemand (si possible consolidé par des séjours en pays germanophones) ainsi que de français; un bon niveau d'anglais est également requis. Une expérience préalable, même limitée, du journalisme représente bien évidemment un plus. Enfin, des connaissances poussées en civilisation contemporaine des pays germanophones sont nécessaires, ainsi qu'une pratique régulière habituelle et spontanée des médias français et germanophones (lecture de la presse etc.).

Admission

Capacités d'accueil : 12 en tout (6 places à la Sorbonne Nouvelle, 6 places à Mayence)

- Epreuve écrite d'admissibilité (durée : 5 heures) consistant en 3 exercices : test de connaissances (portant sur la France, l'Allemagne et l'Europe) (coefficient 2), rédaction en français (coefficient 4), rédaction en allemand (coefficient 4)

- Epreuve orale d'admission (durée : 20 minutes, coefficient 4) : entretien visant à évaluer la cohérence et l’adéquation du projet du/de la candidat.e.

A l'issue de l'épreuve orale, le jury établit la liste définitive des admis.e.s sur la base de l’évaluation de l’épreuve orale.  Les candidat.e.s sont classé.e.s par ordre de mérite.
Le jury établit, dans le même ordre, une liste complémentaire afin de pourvoir des désistements intervenus en liste principale. Le nombre des places qui peuvent être pourvues par la nomination de candidat.e.s inscrit.e.s sur la liste complémentaire ne peut excéder un pourcentage de 40% des capacités d'accueil de la spécialité.
Toute absence à l'une des épreuves écrite ou orale est éliminatoire.

Inscription

·              Procédure :

Avant de postuler pour cette formation, vérifiez bien la procédure d'admission (Etudes en France ou procédure Université...) dont vous relevez  ici.

Campagne de recrutement : du 24 avril 2019 au 10 juin 2019 (date limite de dépôt des dossiers)


Epreuves écrites : 17 juin 2019
Epreuves orales :
18 juin 2019 (Attention, date modifiée)

Organisation générale des études

Le cursus est organisé de manière à garantir la dimension interculturelle et transnationale. On suit pour cela un principe d’intégration et d’imbrication présent à tous les niveaux, dans la pédagogie, dans le contenu et dans la recherche, en misant sur l’interculturel, l’interdisciplinarité et la complémentarité.

Il s’agit de faire travailler ensemble des étudiants des deux universités partenaires ; dans chaque université se trouve donc un groupe intégré de 12 étudiants :
  • Les étudiants admis à Paris passent à Paris leurs semestres 1 et 2, où ils suivent des cours en commun avec les étudiants de Mayence des semestres 3 et 4.
  • Les étudiants admis à Mayence passent leurs semestres 1 et 2 à Mayence, où ils suivent des cours en commun avec les étudiants de Paris des semestres 3 et 4.
Les étudiants des semestres 3 et 4 ont une fonction de tuteurs, en ce qui concerne les techniques et la pratique journalistiques, pour les étudiants des semestres 1 et 2 qui sont au même endroit qu'eux. Inversement, ces derniers contribuent à l'intégration interculturelle et linguistique des étudiants plus avancés venus de l'université partenaire. Le cursus est construit de manière à permettre cet échange linguistique et de compétences permanent, qui sert autant à l’intégration sur place qu’à faciliter le séjour ultérieur dans l’université partenaire.

Tous les étudiants participent également à un séminaire collectif où étudiants et responsables du cursus développeront ensemble un projet de journalisme transnational.

Le modèle choisi n’est pas celui d’un master consécutif mais bien celui d’un master intégré, qui permet de garantir la formation des futurs journalistes transnationaux par des modules dont le contenu est réparti sur les différents semestres et sur les différents lieux d’études. Le contenu est le même pour tous les étudiants, mais il est abordé dans un ordre différent selon l’université d’origine, afin de permettre en même temps une maîtrise des différents outils et médias mais aussi une progression dans la connaissance et la maîtrise à la fois de la langue du partenaire et de la culture journalistique respective.

Par ailleurs, plusieurs enseignements sont mutualisés avec d’autres composantes que celles qui portent ce cursus dans les universités partenaires :
  • Romanistik et sciences politiques à Mayence ;
  • coopération avec l’Institut de la communication et des médias (au sein de la mention Journalisme), avec l’Institut d’études européennes, avec le département du monde anglophone à la Sorbonne Nouvelle. 
Le mémoire de master sera encadré en cotutelle. La partie théorique et scientifique sera rédigée dans l’université d’origine, la partie pratique et journalistique dans l’université partenaire ; la langue de rédaction sera à chaque fois celle de l’université où séjourne l’étudiant : partie théorique en français et partie journalistique en allemand pour les étudiants ayant commencé à Paris, partie théorique en allemand et partie journalistique en français pour les étudiants ayant commencé à Mayence. Les étudiants ont ainsi l’occasion de travailler de manière interdisciplinaire et bilingue, autant sur le plan scientifique que sur le plan pratique, sur un thème qu’ils auront choisi eux-mêmes. Chaque mémoire sera encadré et évalué dans les deux universités. Les thèmes choisis le seront en accord avec les responsables de mémoires à Paris et à Mayence.

Etablissements partenaires

Johannes Gutenberg-Universität Mainz (accréditation en cours)
Université franco-allemande


Echanges internationaux
Double master franco-allemand avec la Johannes Gutenberg-Universität Mainz
Université franco-allemande
(accréditation en cours)
Langues d'enseignement
Français, allemand, anglais.

Responsables

À la Sorbonne Nouvelle
Valérie Robert, maître de conférences en études germaniques, co-responsable du master, est l’auteure de nombreux articles consacrés à la culture journalistique en Allemagne (presse, audiovisuel) et d’un ouvrage portant sur la presse en France et en Allemagne. Elle assure un cours portant sur une comparaison des paysages médiatiques en France et en Allemagne et leur évolution dans le contexte des évolutions globales qui concernent les médias du monde entier.
Jürgen Ritte, professeur de littérature allemande à la Sorbonne Nouvelle, porteur d’un cursus intégré UFA d’Etudes franco-allemandes (FU Berlin/Sorbonne Nouvelle) dirige le master de journalisme franco-allemand avec Mme Robert depuis sa création en 1999. Producteur et auteur d’émissions littéraires et culturelles pour le compte du Deutschlandfunk (la radio nationale allemande) depuis 1982 et du WDR (Westdeutscher Rundfunk, avec une émission mensuelle depuis 2012), correspondant du « Feuilleton » (cahier Livres et Culture) de la Neue Zürcher Zeitung (NZZ) depuis 1995. Il assure un cours de journalisme culturel.  M. Ritte est également membre du conseil scientifique de l’Université franco-allemande.

À Mayence

Le master dépend du Journalistisches Seminar et est dirigé par Tanjev Schultz et Katja Schupp. Katja Schupp a travaillé longtemps comme rédactrice au ZDF et continue à produire ses propres documentaires. Tanjev Schultz a été durant plus de dix ans rédacteur à la Süddeutsche Zeitung au service politique ; parallèlement à sa carrière comme journaliste, il a publié de nombreux articles  dans des revues comme le Newspaper Research Journal, Publizistik ou Journalism. Le master encadré par Katja Schupp et Tanjev Schultz et leur équipe de collaborateurs scientifiques et de chargés de cours se distingue par la formation à la pratique associée à des contenus et méthodes propres aux sciences de l’information et de la communication. 

mise à jour le 16 avril 2019


Renseignements :

Département : Etudes germaniques (EG)
Bureau 384

13 rue Santeuil
75005 Paris

Tél. : 01 45 87 48 72
Mél.
Sur Internet

Autre(s) établissement(s) délivrant le diplôme :

Johannes Gutenberg-Universität Mainz (en cours d'accréditation) 

Formation habilitée par l'Université franco-allemande 


  • le Journalistisches Seminar de Mayence sur Twitter
  • le double Master franco-allemand de journalisme transnational sur Twitter #MFAJT #DFMTJ
  • l'actuel Master 2 de journalisme franco-allemand sur Twitter #MJFAP3

Recherche d'une formation

Recherche d'une formation