ED 122 >> Activités Scientifiques ED 122 >> Conférences

Recherche

(De) L’imagination à l’oeuvre

le 1 avril 2010
De 9H à 18H

Journée d’étude organisée par Adèle Muller et Salomé Foehn, doctorantes en Études hispaniques et latino-américaines

Affiche JE Imagination-1.jpg
La raison, c'est l'intelligence en exercice ; l'imagination, c'est l'intelligence en érection.
Victor Hugo

Cette journée d'étude se propose de saisir, dans le cadre des cultures latines, le phénomène de l'imagination : son fonctionnement, son rôle, ses productions. De la littérature à l'étude des sociétés, en passant par la musique ou les arts plastiques, toutes les disciplines sont concernées. Faculté, don, source de projets novateurs, l'imagination pourrait bien être à la base de tout progrès et de toute création - avec sa compagne l'intelligence. Longtemps dévalorisée par les philosophes, elle est réhabilitée au fil des siècles. Elle devient un intrument cognitif : inventer des mondes nous aide en effet à mieux comprendre le nôtre. Hissée au domaine de la métaphysique, l'imagination permet d'accéder à des facettes de la réalité jusqu'alors inconnues. Les imaginaires qu'elle engendre sont nécessaires à la construction de l'individu et des peuples. Elle est par ailleurs reconnue comme puissance créatrice primordiale, quand l'art cesse d'être seulement mimétique, notamment chez les romantiques. D'un point de vue civilisationnel, on abordera les liens entre le réel et l'imaginaire. La relation évolue-t-elle au fil des époques, des gouvernements ? Les fruits de l'imagination ne sont-ils pas parfois une simple métaphore du réel ? Seront également analysés des projets politiques ou des pensées sociologiques, aboutissements des « imaginations » les plus folles. La place des utopies dans les sociétés et dans l'imaginaire collectif pourra être abordée, ainsi que l'étude de l'élaboration des légendes et des mythes, telle la poursuite de l'Eldorado. Dans le champ artistique et esthétique, on privilégiera davantage l'étude du phénomène en soi : qu'est-ce qu'imaginer ? On essaiera de saisir, à travers des oeuvres, cette démarche qui permet de créer de la nouveauté, des mondes parallèles, des hétérocosmes. Sans pour autant nier le réel, la mise en image déréalise l'objet, le déforme parfois. Mais l'objet peut également être inexistant. Il faudra interroger l'autonomie de l'art et s'intéresser éventuellement aux mouvements d'avant-gardes. Comment passe-t-on de l'imagination à l'oeuvre (et, pourquoi pas, de l'oeuvre à l'imagination) ? On se demandera enfin si l'imagination elle-même peut être mise en mots. La poésie ne serait-elle pas, alors, l'art le plus à même de saisir ce moment où elle surgit, et d'exprimer les traces qu'aussitôt elle laisse ?

Type :
Colloque / Journée d'études

mise à jour le 5 octobre 2010


Documents à télécharger :