Accueil >> Université >> Université >> Portraits

Diplômés, Enseignement à distance, UFR LLD

Portrait de Pierre Léger

le 16 mai 2019

"Reprendre des études n'est pas forcément facile. Cela permet de se remettre en question, ce qui est, je crois, toujours une bonne chose." Rencontre avec Pierre Léger.

Photo de Pierre Léger
  • Quelle est votre formation initiale ?

À l’origine, je suis diplômé d’une école hôtelière de la région Lyonnaise. J’ai fini mes études secondaires avec un brevet de technicien, et j’ai intégré ensuite l’Institut Paul Bocuse, à Écully, où j’ai passé trois ans et obtenu un diplôme de management en hôtellerie et restauration.
 

  • Quand et pourquoi avez-vous envisagé de faire une VAE ? Quelle a été votre motivation principale ?

Mes premiers stages en entreprise m’ont permis d’aller travailler aux États-Unis dans un hôtel de la chaîne française Relais et Châteaux. À l’époque, j’avais tout juste 22 ans. C’est souvent à cet âge que l’on tombe amoureux, et c’est exactement ce qui m’est arrivé !

Une fois mes études terminées, et mon service militaire effectué, je suis reparti travailler et vivre aux États-Unis avec la personne que j’avais rencontrée. Nous nous sommes mariés et avons eu deux enfants.

Aux États-Unis, j’ai travaillé une dizaine d’années dans l’hôtellerie, mais c’est à la suite d’un licenciement que j’ai dû revoir mes projets professionnels. J’ai fait de la pose et vitrification de parquets, et ensuite créé et géré une boutique de produits liés aux arts de la table que j’ai gardée cinq ans.

C’est finalement en 2010 que j’ai décidé d’enseigner le français. J’ai passé les certifications nécessaires pour pouvoir enseigner dans le secteur public du Massachusetts où j’ai débuté cette nouvelle carrière. Ces certifications m’ont donné la possibilité de travailler librement, en sachant qu’il me fallait compléter ma formation par un programme de type master, soit dans l’éducation, soit dans la didactique du FLE. C’est donc à ce moment que j’ai décidé de faire valoir mes acquis d’expérience en tant que professeur de français langue étrangère pour obtenir une Licence Lettres Modernes mineure FLES, et ceci afin de pouvoir, ensuite, intégrer le master Didactique des Langues à distance de la Sorbonne Nouvelle.
 

  • Avez-vous été accompagné dans votre réflexion afin de définir votre projet professionnel et le choix de la formation la plus adaptée à celui-ci ?

Non, je n’ai pas été accompagné dans ce choix. Lorsque j’ai eu pris ma décision d’enseigner, je me suis bien renseigné sur les VAE, les différentes options et possibles routes. Je souhaitais intégrer le Master Didactique des langues de la Sorbonne Nouvelle, donc, à partir de là, j’ai regardé ce que je devais faire pour pouvoir candidater à ce programme. L’option de la Licence de Lettres Modernes m’est apparue comme la meilleure.

 

  • Quel est votre poste actuel ? Qu'est-ce qui vous plaît le plus dans votre métier ?

Professeur de français langue étrangère dans un collège et lycée public de l’état du Massachusetts.

Ce que j’aime, c’est tout d’abord d’être avec les élèves, de parler français avec eux et de leur apprendre cette langue. J’aime le fait qu’une année scolaire ait un début, un milieu et une fin. Cela parait évident, mais ce cycle permet de se remettre en question et d’essayer d’améliorer son travail, car enseigner le français est bien plus que parler français. Dans les cours, il y a toujours des choses qui fonctionnent bien, et d’autres qui fonctionnent moins bien. L’année passe finalement très vite que c’est important de pouvoir faire une pause, un bilan, afin de pouvoir repartir sur de bonnes bases en changeant ce qui n’a pas fonctionné avec les apprenants.

 

  • Quels sont vos projets futurs ?

Finir mon master 2 en cours, ensuite on verra. Probablement prendre le temps d’appliquer ce que j’ai appris durant de cette formation, car suivre un programme comme le master didactique des langues, tout étant enseignant à plein temps, père, mari et ami est assez contraignant et ne laisse que peu de temps libre. Je me réjouis donc à l’idée de n’avoir plus que la préparation de mes cours au lycée comme seul objectif. Apprendre est une chose, mais il est tout aussi important d’avoir le temps de mettre en pratique toutes ces nouvelles techniques et de pouvoir en évaluer les résultats.

 

  • Estimez-vous que cette démarche ait apporté une plus-value à votre parcours professionnel ?

Reprendre des études n’est pas forcément facile. Cela permet de se remettre en question, ce qui est, je crois, toujours une bonne chose.

 

  • Quels conseils donneriez-vous à une personne qui souhaite faire une VAE ?

L’accompagnement au cours de la VAE m’a été utile. Je conseillerais donc cette option même si elle représente un coût supplémentaire pour le candidat. Les personnes qui vous accompagnent vous donnent de précieux conseils, vous guident, et vous encouragent lorsqu’il le faut.

 

  • Quel sentiment retirez-vous de cette expérience ?

Je ne connaissais pas le dispositif de VAE, mais j’en retire beaucoup de satisfaction, car cela m’a permis d’avancer dans mon parcours professionnel. J’espère que cela permettra à beaucoup de réaliser leurs projets.

 

Type :
Portrait
Contact :
Frida Fofana - aide au développement du réseau Alumni en Service Civique

mise à jour le 16 mai 2019