ED 267 >> Formation Doctorale

ED267 2017/2018 Séminaire doctoral: Usages de l’interprétation, interprétations de l’usage (Laurent Jullier et Guillaume Soulez)

Descriptif


Quel que soit leur méthode et leur objet, tous les doctorants de l’ED267 interprètent des textes (écrits, audiovisuels...) ou des pratiques (de création, de réception...). Il  s’agira donc de revenir sur les fondamentaux du geste interprétatif lui-même, en reprenant à nouveaux frais sur de vieux débats qu’au cours de leurs formation les doctorants n’ont pas souvent l’occasion d’aborder directement : la différence entre la visée explicative et la visée compréhensive de l’interprétation, l’opposition entre objectivisme et subjectivisme, et, surtout, la différence entre interprétation et usage. En effet, la frontière est parfois mince entre les différents « effets » que produisent les œuvres, qu’ils se traduisent par l’émission de discours, par la production de nouvelles œuvres en réponse à la première, ou par l’incorporation d’éléments de cette œuvre de départ (des façons de parler ou de bouger, pour reprendre l’exemple favori de Marcel Mauss).

Se trouveront également abordées, car les objets des thèses de l’ED appellent souvent des approches interdisciplinaires, des questions épistémologiques, comme le choix des méthodes interprétatives (quels sont les outils les plus appropriés pour « interpréter une interprétation » ? faut-il être sociologue pour parler de l’usage ?...) et leur compatibilité (peut-on mélanger sémiologie et approches culturelles ? esthétique et sciences de l’information-communication ?...).

Du 12 au 14 avril le colloque intitulé " Penser la Littérature et le cinéma à travers la culture visuelle" complètera le séminaire.
Il aura lieu salle Athéna à la maison de la recherche 4, rue des Irlandais 75005 Paris

Florient Azoulay  interviendra :
Florient Azoulay, "L'amant, L'amant de la Chine du Nord, The Lover : variations, retouches, trahisons »
Lecture, conférence et projection autour des romans de Marguerite Duras et du film de J.-J. Annaud.


Calendrier


les jeudis de 16h30 à 18h30

18 janvier  (salle du conseil à la maison de la recherche)
1er et 8 février
8 et  29 mars
5 avril

Colloque le 12 avril en salle Athéna

Salle Claude Simon (sauf le 18 janvier), à la Maison de la recherche,
4 rue des Irlandais, 75005 Paris.

18 janvier 2018 (salle du conseil) : L. Jullier, G. Soulez - Introduction du séminaire : comment définir usage et interprétation ?

Retour sur les fondamentaux : la différence entre description, analyse, usage, interprétation et appréciation varie selon les champs et les chercheurs, pas seulement au sein des études cinématographiques et audiovisuelles. Peut-on, pour éviter ces fluctuations, décomposer l’interprétation en opérations minimales dont elle résulterait ? À moins que le vieil outil du cercle hérméneutique ne prouve son efficacité une fois transposé aux images animées ? L’exemple choisi pour illustrer le débat sera volontairement rebattu : le premier plan de Shining, film connu pour donner lieu à toutes sortes de (sur-)interprétations.

1er février 2018 : L. Jullier, G. Soulez - De la réception à l'usage, de l'interprétation à la délibération

Nous discutons des œuvres, avec les œuvres, pendant, avant et après la lecture, la représentation ou la projection. La délibération fait partie de la lecture et de l'interprétation. Qu'est-ce que cela change pour penser la "réception" des objets culturels ? Toute délibération relève-t-elle d'un usage ? Comment la délibération transforme-t-elle notre conception de l'interprétation ? Que change-t-elle pour l'analyse des objets (romans, pièces de théâtre, films, séries...) ?

8 février 2018 - Invité : Jean-Marc Leveratto - Interprétation et mesure de la qualité par le corps

«  L'expérience propre du consommateur - qui désigne à la fois un savoir personnel du cinéma, le souvenir de certains objets et les traces émotionnelles liées à certaines situations vécues - est le moyen de juger de la qualité du film nouveau, de réduire l'incertitude inhérente à la situation. (…) Certains paradigmes critiques conduisent pourtant à réduire le spectacle cinématographique à la réalisation d'un programme prédéterminé - qu'il s'agisse du projet cinématographique de l'auteur ou d'un habitus visuel- et rendent curieusement très difficile la reconnaissance de l'épreuve personnelle de la valeur artistique dont chaque spectacle est, pour chaque spectateur, l'occasion. Le propre de cette épreuve est de conférer au corps, en tant qu'il concrétise ma sensibilité et qu'il exprime mon individualité, le rôle d'instrument de mesure de la qualité de l'événement auquel il participe ».

8 mars 2018 - Invité : Jacques Aumont - Analyse, critique, interprétation

« Interpréter un film est la manière la plus naturelle et la plus personnelle d’y réagir. Mais l’interprétation est souvent critiquée pour sa subjectivité, qui la rend invérifiable. Le propos de ce livre est de montrer que cette activité inventive peut aussi être pratiquée avec profit, autant que l’analyse ou la critique. (...) Il s’agit en fin de compte de réhabiliter une attitude mal considérée et cependant essentielle, en montrant qu’elle n’est pas condamnée à l’erreur ni à l’arbitraire, mais qu’elle est la source même de toute compréhension »(4e de couverture de L'interprétation des films, 2017).

29 mars 2018 - Invité : Eric Dufour - Usage vs interprétation

« La notion d’« usage » sert à mettre en évidence l’idée selon laquelle le sens du texte n’est pas immanent au texte, mais est produit par le lecteur. L’usage, on le voit, est donc essentiellement lié à l’idée d’une production du sens d’un texte qui ne se donne pas, car il est constitué en fonction d’un « horizon d’attente » qui est celui du lecteur, d’une part, et, d’autre part, des possibilités pour le texte d’être lu de différentes manières sans pour autant autoriser de lui n’importe quelle lecture. (...) le sens n’est pas plus une propriété du texte qu’il n’est celle du lecteur. »

 5 avril 2018 - L. Jullier, G. Soulez - Premier bilan du séminaire

 Séance bonus

 12 avril (salle Athéna) - Usage, intermédialité et interprétation

Florient Azoulay présentera les allers retours et interprétations multiples du roman de Duras, L'amant, à travers l'adaptation de J.J. Annaud, la participation de Marguerite Duras au scénario, la réécriture du roman en réaction au scénario, etc. : "L'amant, L'amant de la Chine du Nord, The Lover : variations, retouches, trahisons », Lecture, conférence et projection autour des romans de Marguerite Duras et du film de J.-J. Annaud dans le cadre du colloque "Penser la littérature et cinéma à travers la culture visuelle / Thinking Film and Literature through VIsual Culture", 12-14 avril 2018.

 

mise à jour le 30 janvier 2018