Accueil >> Recherche >> Actualités >> Colloques - journées d'études

Recherche

Dépendance / Indépendance : Les cinémas indiens

du 13 novembre 2013 au 14 novembre 2013

Affiche 3.png
Colloque international

Organisation :
Térésa Faucon (MCF-Paris 3), Charles Tesson (MCF-Paris 3), Amandine d’Azevedo (Doctorante, Paris 3)

Contact : Les Cinémas indiens

Présentation :
 
En avril 2013, l’Inde fêtera le 100e anniversaire de ses cinémas. Il faut dès à présent insister sur ce pluriel pour un monde occidental qui a été trop prompt à cacher la diversité des industries indiennes derrière celle, hégémonique, de Mumbai et du « cinéma populaire indien ». Ce colloque international s’intéressera à toutes ces industries régionales et linguistiques, pour s’attacher à la diversité des courants et des styles qui façonnent toute la production indienne.

Les notions de « dépendance » et d’« indépendance » devraient permettre de penser les liens et les tensions qui articulent les nombreux aspects de ces cinémas. A l’évidence, ces termes convoquent l’Histoire de l’Inde, des invasions musulmanes à la lutte menée par Gandhi et Nehru qui aboutit à la naissance de l’Union Indienne en 1947. Ils évoquent aussi l’économie et l’industrie (de la production de studio à l’émergence d’une création indépendante, sans oublier l’évolution de la distribution). En outre, initiant la réflexion engagée par le groupe Les Cinémas indiens, l’histoire des formes filmiques est marquée par des codes (formula film), des migrations, des reprises, des détournements, des hybridations… Ici ressurgit le spectre d’un « Bollywood » monumental et monolithique qui s’est posé comme un modèle aux dépens des expressions singulières (régionales et/ou formelles) alors qu’on ne peut qu’interroger son autonomie en regard de l’Occident.

Nous attendons des contributions qui articuleraient la diversité de ces questionnements faisant jouer des analyses esthétique, historique, économique, socio-culturelle et technique. Ainsi, une question formelle, une période ou une région de production ou encore un film inviteraient à faire miroiter cette dialectique dépendance/indépendance.

Quelques pistes à titre d’exemples :
– « l’autonomie » de la séquence musicale dans l’économie du film populaire ;
– les versions multiples entre les industries régionales ;
– la génération des indépendants s’opposant au système par une mise en scène plus – réaliste et un nouveau mode de financement face à la pérennité des studios ;
– de la sous-traitance à la revendication d’une production nationale pour le cinéma d’animation ;
– de l’asservissement ou de l’affranchissement de la production télévisuelle et des jeux vidéos par rapport au cinéma ;
– ou encore une œuvre comme Pyaasa, dont on a souvent fait une lecture historico-politique, apporte un éclairage sur l’esthétique des studios et le modèle américain (les ombres de Chaplin et de Capra).

Type :
Colloque / Journée d'études
Lieu(x) :
Institut National d'Histoire de l'Art, salle Vasari et Auditorium
2, rue Vivienne, Paris 2e

mise à jour le 16 mai 2019