Accueil >> Recherche >> Le doctorat

Cinéma et Audiovisuel

Régimes d’historicité dans le cinéma des années 1960 à nos jours : crises de temps, traces, (re)construction

Responsable(s)


Olga Kobryn, Macha Ovtchinnikova et Eugénie Zvonkine
IRCAV et LIRA (Sorbonne Nouvelle – Paris 3), ESTCA (Paris 8)

Objectifs


Ce séminaire de recherche part de la volonté d’interroger le rapport au temps historique dans le cinéma contemporain et dans le cinéma de la deuxième moitié du vingtième siècle. Nous nous proposons de travailler cette question à partir de corpus variés (cinématographies de diverses périodes et régions). Les années 1960 apparaissent comme une périodisation cohérente car c’est une époque de nouvelles vagues dans le monde mais également d’un véritable renouveau aussi bien esthétique, que narratif, thématique et formel. En empruntant la terminologie de François Hartog (Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, « La Librairie du XXIe siècle », 2003, 262 p.), nous nous proposons donc d’interroger les régimes d’historicité dans le cinéma et la mutation des formes et des thématiques au cours des décennies, ainsi que la circulation des images et des figures entre des périodes en apparence éloignées, voire antinomiques.

Nous nous intéresserons tout particulièrement à des moments de crise de temps qui marquent et interrogent le rapport au temps et à l'Histoire dans de nombreuses filmographies durant des périodes de bouleversements sociopolitiques, ainsi qu’à l’idée de trace du passé dans ses multiples formes (thématiques, esthétiques, narratives, formelles). Une attention particulière sera portée à la question de la présence du passé historique dans les films comme la forme d'une construction ou d'une reconstruction. Enfin, nous interrogerons la manière dont ces régimes d’historicité et l’histoire des représentations qu’ils produisent, permettent de penser une histoire du cinéma travaillée autant par les continuités et les héritages que par les ruptures. Le terme même de la contemporanéité et des « cinémas contemporains » sera repensé et interrogé au prisme de leur ancrage dans la mémoire, la dyschronie et le principe de déphasage temporel comme mode opératoire.

Sur ces questions, l'apport du groupe de recherche « Théâtre de la mémoire » (universités Paris 1 CERHEC, Paris 3 IRCAV et Paris 8 ESTCA) a été décisif ces dernières années, notamment en ce qui concerne l’étude de l’articulation entre l’art et la mémoire, des processus mémoriels « actifs et dynamiques » engagés par le cinéma et les nouveaux médias, selon les dispositifs variés et leur évolution technologique. Les questions de remploi des images, de « plusieurs temps virtuels » ou de « couches de temps » au sein de l’oeuvre ainsi que les thématiques de la mémoire de l’« Autre », des « paysages mémoriels » et de l’ « aveu » ont été ainsi soulevées et traitées. Notre souhaitons à notre tour étudier d’autres aspects de cette question, notre problématique étant centrée principalement sur la notion de « régime d’historicité », sur le rapport entre le temps de l’oeuvre et l’Histoire et sur la problématique de la reconstitution/reformulation du temps historique par le présent de l’oeuvre. Ainsi le mouvement ascendant, du présent vers le passé, où c’est le passé qui se voit être informé, reformulé et (re)construit par le présent, se trouvera au coeur de nos préoccupations. La notion même de « crise de temps » suppose l’interrogation du passé et de sa position sur l’échelle de l’Histoire. La question d’historiographie, de la (ré)écriture de l’histoire sera traitée du point de vue de la confrontation des régimes d’historicité où les temps en apparence contemporains se trouvent déphasés les uns par rapport aux autres en fonction de leurs positions géographiques, de leurs prises de positions esthétiques et des systèmes de croyances politiques dans lesquels ils évoluent. Notre séminaire s’efforcera ainsi d’établir une cartographie des cinémas contemporains selon leur inscription dans des régimes d’historicité partagés ou anachroniques.

Ce séminaire se veut également le lieu d'un échange entre la pensée théorique et les pratiques artistiques : des cinéastes et des artistes seront ainsi invités pour dialoguer avec des enseignants-chercheurs et pour interroger les questions posées par le séminaire à partir de leurs oeuvres et de leurs pratiques.

mise à jour le 11 octobre 2019


Renseignements :

IRCAV - Institut de recherche sur le cinéma et l'audiovisuel - EA 185
Université Sorbonne Nouvelle

MAISON DE LA RECHERCHE

Bureau A113

4, rue des Irlandais

75005 PARIS

Mél.
Sur Internet
 
ED 267 - Arts & Médias
Université Sorbonne Nouvelle

MAISON DE LA RECHERCHE

Bureau A007

4, rue des irlandais

75005 PARIS

Tél. : 01-87-27-29-40
Mél.
Sur Internet

Recherche d'un cours

Recherche d'un cours