Accueil >> Recherche >> Activités scientifiques >> Colloques - journées d'études

Recherche

Littéraires : de quoi sommes-nous les «spécialistes» ?

du 25 juin 2014 au 28 juin 2014

affiche.jpg
Colloque de Transitions

Lieu : Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, campus Censier, salle D02, 13 rue de santeuil, Paris 5e

Organisation : F. Cornilliat, J. David, L. Forment, H. Merlin-Kajman

En savoir davantage : www.mouvement-transitions.fr


Présentation
:

Le colloque « “Littérature” : où allons-nous ? » organisé à la Sorbonne-Nouvelle les 2-4 octobre 2012 par Hélène Merlin-Kajman et François Cornilliat sous l’égide de Transitions avec l’appui de l’EA 174 (Université de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3) et de la School of Arts and Sciences (Rutgers University), et publié en ligne (http://www.mouvement-transitions.fr/civilites/colloque-qlitterature-ou-allons-nousq) a fait apparaître autant de divergences que de convergences entre les « littéraires ».

Divergences : la littérature est-elle soluble dans la rhétorique, dans les discours ? Dans l’histoire sociale ? Dans l’histoire culturelle, ou celle des idées ? Dans l’absolu littéraire ? Ce singulier, la littérature, est-il justifié ? Ne relève-t-il pas d’un universalisme dénué de pertinence concrète ? Etre spécialiste de littérature, ne serait-ce pas aborder les textes avec un regard, une compétence, qui ne se laissent confondre avec aucun autre ? A ces questions, il est manifeste que nous ne répondons pas d’une seule voix.

Mais nos convergences sont apparues avec non moins d’évidence : en bref, l’accord général pour maintenir la référence à « la » littérature, aussi flou qu’en soit le concept, problématique la référence historique, plurielles les manifestations ; et le désir partagé d’ouvrir un espace de dialogue qui nous permette d’apercevoir, dans leur détail, les pratiques de recherche et les réflexes « disciplinaires » propres à chacun (individuellement, par spécialistes de telle ou telle période, ou de tel ou tel genre, etc.) afin de (re)trouver un terrain commun à la discipline.

N'est-il pas temps de dresser un état des lieux et de nommer les méthodes et savoirs que nous mobilisons et que nous élaborons ? Nous voudrions placer notre prochaine rencontre sous le signe de ces questions en proposant aux participants une formule originale qui repose sur deux sortes de « rencontres » et fait sa part belle à la discussion.

D’une part, le colloque va faire se rencontrer des contributions de chercheurs reconnus dans leur spécialité et de chercheurs en voie de spécialisation (doctorants), ce qui nous permettra de poser des questions de transmission, de mémoire et de choix : qu’est-ce que c’est, pratiquement et subjectivement, « se spécialiser » ?

D’autre part, des participants vont se prêter à une expérience particulière : formant des binômes, chacun choisira un texte court dont il-elle peut se dire spécialiste pour l’avoir étudié précisément, et en présentera son analyse. Pour chaque binôme, le texte sera aussi commenté par le non-spécialiste : chaque texte se trouvera donc commenté par un spécialiste (celui qui l’aura choisi) et un non-spécialiste.

Par ailleurs, nous avons demandé aux chercheurs intronisés dans leur spécialité de répondre à la question « de quoi sommes-nous les spécialistes » en essayant de définir, théoriquement, ce « de quoi ? » à partir d’un exemple de leur choix, si possible un texte court également que l’assistance pourrait avoir sous les yeux et qui leur servirait à exposer ce qu’ils considèrent comme l’objet de leur propre « spécialité » ou compétence.

Nous voudrions, par cette triple, et même quadruple expérimentation (car les jeunes chercheurs interviendront de façon spécifique, dans des binômes et dans des communications en « solo »), nous concentrer ensemble sur des questions dont nous débattons rarement dans les colloques : qu’est-ce qu’une discipline littéraire ? Est-ce un périmètre de compétences partagées ? Une forme de relation aux textes, une attention particulière ? Une spécialité ? Et qu’est-ce qu’une spécialité dans notre discipline ? A quel niveau, en somme, se situent notre spécialisation et notre professionnalisme ?

La dernière demi journée rassemblera les participants pour une discussion générale, introduite par des membres de Transitions. Le colloque sera intégralement enregistré et fera l’objet d’une publication audio sur le site de Transitions (et écrite pour les contributions préparées à l’avance).


Type :
Colloque / Journée d'études

mise à jour le 6 juin 2014