Accueil >> Recherche >> Actualités >> Colloques - journées d'études

Recherche

Les relations entre le Moyen-Orient et l’Amérique latine : Une décennie de relance Sud-Sud

du 29 novembre 2012 au 30 novembre 2012

 

Colloque international

Lieu
: Beyrouth - Liban
Organisateurs : Myriem Aboutaher, Sébastien Velut, Cécilia Baeza, Elodie Brun
UMR 7227 - Centre de Recherche et de Documentation sur les Amériques (CREDA)
Contact : myriem.aboutaher@gmail.com

Présentation



Le Centre des Études et des Cultures de l’Amérique latine (CECAL), le Centre de Recherche pour le Développement et la Paix (CDRP), rattaché à la Faculté de Philosophie et des Sciences Humaines (FPSH) de l’Université Saint-Esprit de Kaslik (USEK) et le Réseau de recherche Interdisciplinaire sur le Monde Arabe et l’Amérique latine (RIMAAL) co-organisent deux journées de réflexion sur les liens entre l’Amérique latine et le Moyen-Orient les 29 et 30 Novembre 2012. Les organisateurs entendent réunir des chercheurs des deux régions et des spécialistes internationaux pour animer ledit colloque.
Les relations entre le Moyen-Orient et l’Amérique latine connaissent depuis une décennie un essor sans précédent. De l’émergence de l’axe irano-vénézuélien à la mise en place en 2005 des sommets ASPA (Amérique du Sud - Pays Arabes), l’agenda intercontinental s’est considérablement étoffé (Cervo, 2005; Brun, 2008). Comme le souligne Juan José Vagni, « les deux régions sont en train de dépasser la traditionnelle marginalité pour acquérir un profil de plus en plus haut, au rythme des opportunités et des attentes des deux parties sur le plan politique et commercial » (Vagni, 2009).
À un moment critique de l’histoire du Moyen-Orient en raison des différentes révoltes qui le traversent depuis le « Printemps arabe », le CECAL, implanté à l’USEK, a trouvé le moment opportun pour s’associer à un réseau transnational de chercheurs, le RIMAAL, dans le but de s’interroger sur les déterminants du rapprochement entre les deux régions et sur la pérennité de ce mouvement. Si ces relations intercontinentales participent d’une recomposition de l’ordre mondial en cours, la question de fonds sera de déterminer dans quelle mesure elles révèlent la formulation d’une nouvelle vision des relations internationales de la part des diplomaties émergentes latino-américaines. De quelles marges de manœuvre ces dernières disposent-elles dans la gouvernance mondiale suite à l’établissement de nouvelles interactions Sud-Sud ? Le concept de « coopération Sud-Sud », qui tend à être utilisé en référence à toute relation excluant l’Europe et/ou les États-Unis, est-il approprié pour analyser ces échanges ?

Type :
Colloque / Journée d'études

mise à jour le 23 novembre 2012