Accueil >> Recherche >> Actualités >> Colloques - journées d'études

Recherche

Léonard de Vinci écrivain, entre arts et sciences

le 27 janvier 2017

Affiche.jpg
Organisateurs : CIRRI (Centre interuniveristaire de recherche sur la Renaissance italienne)
EA 3979 - LECEMO (Les Cultures de l’Europe Méditerranéenne Occidentale face aux problèmes de la Modernité)

Contacts : Matteo Residori (matteo.residori@sorbonne.nouvelle.fr), Anna Sconza (anna.sconza@sorbonne-nouvelle.fr)

 
Programme [PDF - 1 Mo]


Présentation

On enquêtera sur le rapport de Léonard à l’écriture, en considérant que celle-ci constitue l’entrée par laquelle on peut éclairer l’ensemble de son œuvre et de son parcours. Pour aborder les Carnets, qui sont des notes à usage privé consignées dans des dizaines de manuscrits, il s’impose de tenir compte de la production graphique et picturale de Léonard, c’est-à-dire de son rapport à l’image. Comme l’indique le verbe graphein, le signe écrit s’inscrit dans la continuité du tracé des lignes – que nous appelons dessin – et Léonard procède par d’incessants mouvements d’aller-retour entre ce que nous percevons comme deux systèmes sémiotiques différents, mais que l’artiste écrivain vivait comme un continuum qui définissait sa démarche heuristique. Dans son ‘écriture ouverte’, le texte se précise au fur et à mesure que le phénomène observé devient plus intelligible, ou que la vision se précise dans son imagination.

On essaiera donc de décrypter le lien indissociable entre texte et représentation, ainsi que les écarts que Léonard s’autorise par rapport à la tradition littéraire.

 L’originalité de son parcours d’écrivain répond principalement à l’effort constant d’élargir et de préciser ses images mentales. Italo Calvino a parlé d’une véritable « bataille avec la langue » pour cet omo sanza lettere, une épreuve dont seront évoquées les principales spécificités linguistiques. La problématique de cette journée concernera donc les moyens que Léonard se donne pour aborder les multiples champs des savoirs qu’il explore, notamment celui qu’il privilégie et qu’il définit comme la « science de la peinture ». Car la représentation picturale impliquant pour lui au préalable la connaissance des phénomènes naturels, la peinture s’assimile à une sorte de « philosophie naturelle ». Ainsi, toute sa vie durant, l’écrivain n’hésita pas à mettre l’accent sur ses découvertes personnelles fondées sur l’observation directe de la nature, qu’il nommait  significativementesperienza.

 

Type :
Colloque / Journée d'études
Lieu(x) :
Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3
Maison de la Recherche
Salle Claude Simon
4, rue des irlandais
75005 PARIS

mise à jour le 17 janvier 2017