Accueil >> Recherche >> Actualités >> Colloques - journées d'études

Recherche

Le fait divers dans la culture italienne. Du "mirabilis" médiéval au "fatto di cronaca" contemporain.

du 15 octobre 2010 au 16 octobre 2010

Colloque international

Lieu : Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, Paris 5ème
Organisatrices : Véronique Abbruzzetti et Anne Boule-Basuyau - EA 3417 - Centre d'Études et de Recherche sur la Littérature Italienne Médiévale, Moderne et Contemporaine (CERLIMMC)
Contacts : vabbruzz@club-internet.fr et boule.anne@laposte.net

Programme [PDF - 966 Ko] [PDF - 966 Ko]

Le colloque international inter et pluridisciplinaire « Du mirabilis médiéval au fatto di cronaca contemporain. Le fait divers dans la culture italienne », organisé par le CERLIMMC, les 15 et 16 octobre 2010 interrogera la catégorie du « fait divers », catégorie au croisement des champs historique, sociologique, juridique et narratif, entre autres. L'expression française « fait divers », forgée au XIXe siècle, liée à une écriture journalistique n'a pas d'équivalent exact en italien qui lui préfère « fatto di cronaca » ou « cronaca nera » (dans le cas de faits tragiques). Pourquoi le terme français n'a-t-il pas été adopté dans la langue italienne ? Parce que l'histoire des genres littéraires, celle du journalisme, la hiérarchie des faits de société étaient différentes en France et en Italie ?  La mise en regard de cet objet d'observation dans des temps anciens et à l'époque contemporaine permettra d'en montrer les mutations. Dans l'Italie du Moyen Age, on est frappé de stupeur devant les mirabilia, dans celle de la Renaissance, on se délecte face aux « casi », aux « accidenti », termes qui désignent des événements aléatoires, soudains, dramatiques. Tous ces « fatti » ont pour caractéristiques communes d'être mémorables et de s'inscrire dans l'ordre du quotidien tout en brisant celui-ci. Avec Machiavel et Guichardin, la nouvelle historiographie s'intéresse à des événements plus collectifs, mais les faits de chroniques restent pour les nouvellistes une riche matière narrative. Le colloque prendra en considération cette fonction de divertissement culturel, sa dimension littéraire en s'intéressant particulièrement à la transmutation du « fait divers » en matière narrative et poétique et à ses rapports avec l'écriture et la transmission de l'Histoire.

Type :
Colloque / Journée d'études

mise à jour le 16 janvier 2014