Accueil >> Recherche >> Activités scientifiques >> Colloques - journées d'études

Recherche

La guerre d’Algérie, une guerre comme les autres?

du 6 décembre 2012 au 7 décembre 2012

affiche-guerre-Algérie-bis.jpg
Colloque international

Lieux :  Institut du Monde Arabe
, Salle du Haut Conseil, 9e étage
, 1 rue des Fossés-Saint-Bernard, Paris 5e ; Bibliothèque nationale de France I François-Mitterrand, Petit auditorium, Hall Est, Quai François Mauriac, Paris 13 e 

Organisateurs : Catherine Brun (EAC 4400 - Écritures de la modernité, littérature et sciences humaines) en collaboration avec la Bibliothèque nationale de France, l’Institut du Monde Arabe, l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3.

Contact : catherine.brun@univ-paris3.fr

Communication : nadia.ladjimi@univ-paris3.fr

Programme [PDF - 144 Ko]

Présentation

Parce que la guerre d’Algérie n’a été officiellement reconnue telle que tardivement, en 1999, elle est souvent appelée, encore aujourd’hui, la « guerre sans nom ». En France, on en fait l’emblème d’un consensus du silence, des tabous de l’histoire, du refoulé de la pensée, de la création, de la mémoire. Et pourtant, les productions de tous ordres sur le sujet sont massives. Davantage que d’un déficit de désignation, cette guerre semble avoir souffert de l’abondance de ses appellations concurrentes. En outre, sa perception a été brouillée par la réminiscence d’autres conflits, dont les représentations sont venues se télescoper à ses réalités propres ou, en aval, par son instrumentalisation au profit de nouveaux affrontements.

C’est à interroger la catégorisation de ce conflit qu'intellectuels, historiens, linguistes, politistes, littéraires s’attelleront, pour mieux démêler l’écheveau de ses représentations historiques, littéraires, philosophiques, et médiatiques.
Deux axes seront retenus. Le premier, diachronique, invitera à s’interroger sur la manière dont les représentations de cette « guerre » entrent en résonance avec d’autres conflits, passés ou à venir. Quelles ombres portées par ces autres guerres sur la «guerre d’Algérie» et, réciproquement, quelles disséminations de la guerre d’Algérie ?

Le second, synchronique, s’attachera, toujours à partir des représentations, à repenser la pertinence de la désignation « guerre d’Algérie » en regard d’autres. Il s’agira de contextualiser ces options verbales, d’en saisir les implications et les attendus, sans négliger de penser ce que ces variations-distorsions, cosmétiques ou autoritaires, font à la langue.

 


Type :
Colloque / Journée d'études

mise à jour le 16 novembre 2012