Accueil >> Recherche >> Actualités >> Colloques - journées d'études

Recherche

L’indianisation aux confins des Amériques, XVIème-XIXème siècle : captifs, renégats et coureurs de bois

du 28 septembre 2010 au 30 septembre 2010

La indianizacion en los confines de las Americas, siglos XVIe-XIXe : cautivos, renegados y « coureurs de bois »

Colloque international

Lieu : Escuela de Estudios Hispano-Americanos (EEHA-CSIC), Séville
Organisateurs : Christophe Giudicelli - EA 2052 - Centre de Recherche Interuniversitaire sur l'Amérique Latine (CRIAL) et Gilles Havard (MASCIPO UMR 8168) ; Salvador Bernabéu Albert (EEHA-CSIC)
Contact : christophe.giudicelli@univ-paris3.fr

Présentation [PDF - 141 Ko]

On a longtemps analysé l'interculturalité d'un seul côté de la "rencontre" en limitant l'acculturation des Indiens à l'action inexorable de l'élément dominant (européen) sur un autre (amérindien), voué immanquablement à se diluer dans le premier. Il s'agit ici de prendre le contre-pied de la logique civilisatrice des puissances coloniales mais aussi des études traditionnelles de l'acculturation, en s'attachant à retracer et à expliciter un certain nombre de trajectoires individuelles ou collectives "paradoxales". L'histoire des captifs, renégats et "coureurs de bois" adoptés par les autochtones s'inscrit dans la longue durée de l'histoire coloniale et des contacts interculturels. Elle s'étire du XVIe siècle jusqu'à la fermeture de la "Frontière" (fin XIXe siècle pour l'Amérique du Nord), et concerne toutes les régions du Nouveau Monde. Ses incarnations sont nombreuses et ses noms variés : "truchements" normands, "Bandeirantes" du Brésil, "renegados" et "apóstatas" de l'Amérique espagnole, tous ont vécu, volontairement ou non, dans la proximité immédiate des Indiens et se sont, à des degrés divers, assimilés. C'est dans les zones périphériques des empires, en ces espaces mouvants, poreux et dynamiques, véritables zones d'enchevêtrement, que les phénomènes d'indianisation étaient les plus marqués. L'indianisation n'est pas un phénomène uniforme et monolithique. Il s'agit, dans des contextes historiques très variés, de l'appréhender dans toute sa complexité et d'en apprécier les degrés d'intensité, depuis l'abandon de toute référence européenne jusqu'à l'intégration ponctuelle d'objets, de comportements, de valeurs, de croyances, tout en prenant tout en prenant la mesure des jeux, des calculs et des contextes dans la mise en œuvre des positionnements identitaires.
Type :
Colloque / Journée d'études

mise à jour le 22 septembre 2010