Accueil >> Recherche >> Activités scientifiques >> Colloques - journées d'études

Recherche

George Buchanan (1506-1582) : textes et traductions

le 4 novembre 2011



Buchanan.jpg
Colloque international

Lieu : Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 , Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, Paris 5ème
Organisateurs : L. Cottegnies, A. Dubois-Nayt, C. Ferradou - EA 4398 - Langues, Textes, Arts et Cultures du Monde Anglophone (PRISMES)
Contact : Line Cottegnies

Programme [PDF - 2 Mo]

Présentation



Ce colloque a pour objet d'aborder l'humaniste écossais George Buchanan d'abord sous l'angle des traductions dont il est l'auteur comme de celles qui ont été faites de son œuvre. La réputation de Buchanan comme l'un des meilleurs latinistes de son temps occulte en effet parfois la dimension plurilinguistique de son écriture et de son œuvre de traducteur. Le premier objectif est donc de la mettre en relief en s'intéressant aussi bien aux œuvres qu'il traduit de l'écossais au latin (Somnium), du grec au latin (Medea, Alcestis, Epigrammata), de l'hébreu au latin ("Psalmorum Davidis... Paraphrasis"), qu'à ses tragédies sacrées écrites en latin mais en s'inspirant fortement des tragiques grecs et de Sénèque. A l'inverse, Buchanan ne traduit pas lui-même ses œuvres du latin à l'anglais ou à l'écossais ("De Maria Scotorum Regina", "Rerum Scoticarum Historia"), alors que dans le contexte de la guerre civile en Ecosse, il écrit directement en langue vernaculaire ("An Admonition to the trew Lords", "Chamaeleon"). Composés au milieu du 16e siècle, ces textes apparaissent à un moment où la conception de la traduction est en pleine mutation, entre une conception de la traduction comme libre paraphrase (de verbo ad sensum) et comme devant être fidèle au texte source (de verbo ad verbum). Le second objectif de cette journée d'étude sera donc de déterminer le traducteur qu'était Buchanan et les variations éventuelles de méthode entre des textes qui s'affichent comme des "translations" ou des paraphrases ("Psalmorum Davidis... Paraphrasis", "Epigrammata") et des traductions plus littérales. On s'intéressera aussi naturellement au contexte idéologique de ces traductions : ont-elles participé à la propagation de l'humanisme en Europe, mais aussi à la diffusion des thèses monarchomaques de Buchanan?



Type :
Colloque / Journée d'études

mise à jour le 24 octobre 2011