Accueil >> Recherche >> Actualités >> Colloques - journées d'études

Recherche

Faire voir l’histoire (17e-18e siècles)

le 2 juin 2020
De 9h à 18h

Organisation : Anne Régent-Susini et Adrien Paschoud (Université de Bâle, Suisse)

Présentation :

Comment faire voir ce qui n’est plus ? Comment faire visualiser le devenir temporel, voire le temps lui-même ? Dans la lignée de la réflexion menée depuis l’Antiquité sur la place de l’enargeia (la vision évidente) et de la synopsis (la vision englobante) dans l’écriture de l’histoire, ces interrogations prennent un relief particulier au cours des 17e et 18e siècles, à un moment où se dessinent, sous l’impulsion de divers facteurs, les traits d’une philosophie de l’histoire promise à un avenir décisif, et où les notions de progrès ou de perfectibilité, ou encore celle de processus organique, se substituent progressivement – quoique non systématiquement – à celle de Providence. La marche de « l’esprit humain » façonne une « vision renouvelée de l’historicité humaine » (Jean Dagen) qu’accompagne l’érosion, la transposition ou la radicale mutation des grandes métaphysiques de l’âge classique. La sécularisation des sciences historiques (dont témoigne l’Encyclopédie) ouvre de fait à une exploration du champ historiographique : histoire événementielle bien sûr, mais aussi histoire des sciences et des techniques, histoire des arts, de la littérature et des langues, l’histoire des académies, chronologies comparées… Certains récits historiques développent une véritable épistémologie critique, dans laquelle la question de la représentation du temps tient une place centrale : comment traduire en mots, en récits, le savoir historique ? Comment coordonner, dans le discours historiographique, les chronologies ? Comment représenter l’origine (formation de la terre, origine des sociétés, origine du langage, naissance des arts, histoire naturelle de l’esprit, etc.) ?

Cette journée d’étude voudrait explorer ces questions en s’attachant principalement à la période qui mène des traités jésuites de Pierre Le Moyne et René Rapin, théoriciens d’une histoire encore presque exclusivement rhétorique (De l’histoire, 1670 ; Instructions pour l’histoire, 1677) à la publication de l’Encyclopédie (1751-1765) de Diderot et de D’Alembert, en passant notamment par le Discours sur l’Histoire universelle de Bossuet (1681) et l’Essai sur les mœurs (1756) de Voltaire.

Type :
Colloque / Journée d'étude
Lieu(x) :
Salle Claude Simon
Maison de la Recherche de l'Université Sorbonne Nouvelle
4, rue des Irlandais
75005 Paris

mise à jour le 20 janvier 2020


Accès


Maison de la Recherche
de l'Université Sorbonne Nouvelle
4 rue des Irlandais
75005 Paris

Plan d'accès

Place Monge
Cardinal Lemoine
Luxembourg