ED 622 >> Activités Scientifiques >> Séminaires doctoraux

ED268 2019/2020 La subordination en français : vue d’ensemble

Responsable(s)

Contact(s)

Inscription obligatoire auprès de:
pierre.le.goffic@ens.fr

ou lors de la première séance

Objectifs

Le concept de subordination date du 19ème siècle ; il est le fruit de l’amalgame de deux traditions distinctes et difficilement compatibles : une tradition grammaticale ou syntaxique (penchée surtout sur les relatives : le monde, qui est visible), et une tradition sémantique ou logique (qui considère le cas de deux propositions reliées par une ‘conjonction’ : si p, q). Mais cet amalgame ne s’est pas fait sans un certain nombre d’équivoques ou de contradictions, qui ressortent dans les controverses contemporaines.

On essaiera d’échapper à ces contradictions, à partir d’une définition de la subordination comme phénomène syntaxique (l’enchâssement d’une proposition dans un constituant supérieur matrice), en cherchant les mécanismes fondamentaux à l’œuvre (au plan linguistique, avec si possible un arrière-plan cognitif).

On verra que la subordination repose crucialement sur un très petit nombre d’instruments privilégiés : les mots qu- , à la base marqueurs de variables selon les catégories ontologiques (entités, lieu, temps, qualité, quantité) ; ces mots peuvent être interrogatifs (Dis-moi où tu vas), indéfinis (Reste où tu es), ou (moyennant une mutation de leurs propriétés) anaphoriques (la maison où je suis né), et leur combinatoire mène à reconnaître 5 types fondamentaux de subordonnées : interrogatives / complétives / indéfinies nominales (seule catégorie non reconnue par la tradition) / adverbiales (alias circonstancielles) / relatives. Malgré les appellations disparates, et l’allure aléatoire de leur énumération, ces cinq types constituent un système cohérent, structuré, et même syntaxiquement complet.

On complétera le panorama par une étude des ‘locutions conjonctives’ (toujours analysables) et de si (seul marqueur subordonnant n’étant pas un mot qu-), ainsi que des limites de la subordination.

Contenu

Programme prévisionnel des séances

  1. Histoire et enjeux du concept de subordination
  2. Les mots qu : subordination et interrogation
  3. Subordination et indéfinition
  4. Les relatifs : des variables captées
  5. Qu’est-ce qu’une ‘locution conjonctive’ ? Y a-t-il un ou plusieurs si ?
  6. Les limites, inférieure (prédication réduite) et supérieure (inférences textuelles) de la subordination.

Horaires

A VENIR

mise à jour le 5 juillet 2019


Renseignements :

ED 622 - Sciences du langage
Université Sorbonne Nouvelle

MAISON DE LA RECHERCHE

Bureau A006

4, rue des irlandais

75005 PARIS

Tél. : 01.55.43.08.82
Mél.
Sur Internet

Recherche d'un cours

Recherche d'un cours