ED 268 >> Activités Scientifiques >> Séminaires doctoraux

ED268 2018/2019 Indexicalités langagières et sociales

Responsable(s)

Cécile LEGUY (UMR 7107 LaCiTO),
Sandra BORNAND (UMR 8135 LLaCAN) & Alice DEGORCE (UMR 8171 IMAF, CNRS et 243 IRD)



Inscription préalable (cecile.leguy@sorbonne-nouvelle.fr) ou lors de la 1ère séance

Contenu

Notion classique en linguistique, en particulier à travers l’étude de la déixis (depuis Bar-Hillel, 1954), l’indexicalité a été mise en valeur en anthropologie par les travaux des ethnométhodologues (Dodier, 2001) en tant que propriété du langage (ou pratiques signifiantes non verbales) pour marquer la référence au monde en contexte et pour faire sens. On peut, en suivant Michael Silverstein (2003), distinguer deux sortes d’indices : ceux qui sont dépendants du contexte (par exemple, les déictiques) et ceux qui créent le contexte, présupposant ou entraînant – pour employer les termes de Silverstein – des relations et/ou des situations sociales particulières. Nous nous intéresserons dans ce séminaire à la manière dont les rapports sociaux se manifestent dans l’indexicalisation à partir des usages du langage étudiés en situation et d’analyses ethnographiques fines des différents types de performances (littérature orale, cultures populaires, discours politiques ou religieux, rituels, langages musicaux et gestuels) et des modes de communication (direct ou médiatisé, par exemple l’usage des nouvelles technologies telles que les téléphones portables ou internet). Analysant les mécompréhensions d’un échange en contexte ethnographique, Fabian (2000 : 88) met par exemple en valeur comment l’interprétation peut parfois se heurter à un point d’achoppement qui révèle la globalité de la situation dans sa complexité. Nous interrogerons ainsi l’indexicalité en tant que révélatrice de rapports sociaux, qu’ils soient de domination ou égalitaires, conflictuels ou non, mais aussi à tout ce qui, dans les usages langagiers, peut être source d’incompréhension ou de mauvaise interprétation.

Sur le site du Lacito, http://lacito.vjf.cnrs.fr/pratique/contact.htm, vous trouverez toutes les informations pour vous rendre sur place à Villejuif.

Programme pour 2018-2019 :

·       11 octobre : Alice Fromonteil (Université Aix-Marseille) :

« Dissonance indexicale. Créer la scène du récit dans les pratiques narratives à 'Uvea (Wallis, Polynésie occidentale) ».

À 'Uvea, l’étude des pratiques narratives rend manifeste la complémentarité des expressions gestuelles et langagières par lesquelles les narrateurs créent le cadre de l’interlocution en prenant une position centrale et focale. Pour représenter la scène du récit, ils réalisent des gestes figuratifs et descriptifs par le mime ou en se référant aux dimensions de leur corps comme outil de mesure. Une grande part des techniques et des procédés mis en œuvre forment un système indexical, articulant monde raconté imaginé et monde environnant désigné. Dans cette présentation, j’explorerai la variété des indexicalités langagières et gestuelles à partir de pratiques narratives filmées entre 2012 et 2016 au fil de mes terrains de recherche. Participant à des processus d’inclusion, l’indexicalité invite à repenser le cadre de la performance et des interactions, questionnant les places d’acteurs absents ou souvent oubliés, mais qui ne font pourtant pas moins partie des situations de communication. C’est par exemple le cas des enfants, de l’ethnographe ou des ancêtres défunts. Toutefois, loin d’être immanquablement semblables et équivalents, les gestes et l’énoncé peuvent présenter des décalages et des contradictions. Les déictiques gestuels et langagiers associés sont parfois ambigus en ce qu’ils ne désignent pas nécessairement une même chose et expriment des points de vue différents. Étudier ces formes de dissociation et de paradoxe, dans leurs usages sociaux et culturels, invite à parler de dissonance indexicale. C’est en tant que telle que cette question sera abordée ici, à partir du cas des orateurs wallisiens qui font des expressions langagières et gestuelles une ressource majeure pour communiquer et transmettre des récits, articulant des signes à la source de représentations toujours renouvelées par les mouvements et par les mots.

·       15 novembre : Edwige Traoré (Centre de recherche scientifique du Burkina Faso) : (titre à préciser) (présentation en visioconférence depuis Ouagadougou)

·       13 décembre : Suzie Telep (Université Paris Descartes) :
« Performances politiques de l'afropolitanisme et indexicalité des rapports de race et de classe dans une association panafricaine à Paris ».

·       14 février : Boukary Boro (Université de Ouagadougou, Burkina Faso) : « Indexicalités dans les noms de combat des jeunes lutteurs san (Burkina Faso) » (titre provisoire)

·    Attention la séance du 14 mars est annulée  
     14 mars
: Stavroula Katsiki (Université Paris 8) :
« Indexicalité et performativité » (titre provisoire).

·       11 avril : Alexandra Pillen (Université de Londres, Grande-Bretagne) :
« A space of one’s own in language. The reflexive pronoun in Kurdish (Kurmanci) ».

·       16 mai :  Yves Erard (Université de Lausanne, Suisse) :
« S’accorder avec un enfant sur ce qu’il y a à voir quand on lui montre quelque chose à nommer ».

Horaires

Un jeudi par mois
de 11h à 13h

11 octobre
15 novembre
13 décembre
14 février
Attention la sséance du 14 mars est annulée
11 avril
16 mai

salle de conférence du CNRS

7 rue Guy Môquet bât D
94801 Villejuif
 

mise à jour le 12 mars 2019


Renseignements :

ED 268 - Langage et langues : description, théorisation, transmission
Université Sorbonne Nouvelle

MAISON DE LA RECHERCHE

Bureau A006

4, rue des irlandais

75005 PARIS

Tél. : 01.55.43.08.82
Mél.
Sur Internet

Recherche d'un cours

Recherche d'un cours