Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3


ESIT >> Les formations >> Interprétation LSF

Diplôme Universitaire - Préparation aux métiers de la communication entre sourds et entendants


Nature :
Formation diplômante
Durée des études :
2 ans

Accessible en :

Formation initiale
Formation continue
Formation en apprentissage

À l'heure actuelle, pour des raisons historiques, de nombreuses personnes exerçant dans les associations qui travaillent à l'insertion des personnes sourdes se sont formées sur le tas. Bon nombre d'entre elles aspirent à améliorer leurs compétences. 

Par ailleurs, des étudiants sont attirés par les métiers liés à la surdité mais ils ne trouvent pas de formations préparatoires notamment au diplôme d'interprétation en LSF. 
 
Pour répondre à l'attente des structures, soucieuses de la qualité des prestations qu'elles fournissent aux personnes sourdes et attentives à la gestion prévisionnelle des emplois et compétences de leurs personnels, l'ESIT propose un certificat de pré-professionnalisation aux métiers de la surdité. Qui plus est, cette formation  constituera, pour ceux qui le souhaitent, professionnels ou étudiants, une étape préparatoire aux examens d'entrée au Master professionnel d'interprétation en langue des signes française.

Ce certificat, diplôme de 1er cycle Licence,  se prépare en deux ans. Il est accessible au titre de :

  • la formation initiale  (tarif préférentiel pour les demandeurs d'emploi)
  • la formation continue (VAE et/ou VAPP)
  • l'apprentissage

Les candidats devront avoir validé une première année de licence ou être titulaires d'un diplôme équivalent. Le français devra être une langue dans laquelle ils possèdent une certaine richesse de vocabulaire et de réelles capacités d'expression. La langue des signes devra être maîtrisée au niveau B du référentiel de compétence de l'ESIT. 


 

Référentiel de compétence

A. Pouvoir dialoguer sur des sujets pris hors situation (référence in absentia et connu partagé). 


B. Evocation d'événements passés, futurs ou imaginaires mettant en oeuvre des protagonistes absents ou imaginaires. 


C. Présentation, identification des éléments situationnels, des protagonistes et des interactions virtuels, commentaires (échanges en LSF avec un collègue sourd). 


D. Par ailleurs s'exprimer en continu de façon claire et détaillée sur des sujets relatifs à ses centres d'intérêt.
 

Les épreuves d'admission comportent un entretien en français et un entretien en LSF. 
 
Le certificat se prépare en deux ans.  L'enseignement s'organise en unités d'enseignement, UE, composées d'éléments constitutifs, EC, sous forme de cours magistraux ou de travaux dirigés et de stages.

Les demandes de VAE/VAPP ainsi que les demandes de dispense concernant les  stage comme tous les cours du certificat de pré-professionnalisation seront examinées par la commission pédagogique.

Pour être accessible à tous les publics étudiants en formation initiale, apprentis et salariés, les cours auront lieu sous forme de regroupement : 

  • en première année : 11 semaines, soit 357 heures de  cours magistraux et de travaux dirigés et 1050 h de stage en entreprise
  • en seconde année :  11 semaines soit 387 heures de travaux dirigés et de 1 050 h de stage en entreprise.

L'étudiant se verra attribuer un tuteur pédagogique et un maître de stage. Un quinzaine d'étudiants (en majorité au titre de la formation continue) sont attendus  dès l'ouverture de cette formation. 

Objectifs

Objectifs pédagogiques - Compétences recherchées :

Cette formation qui conjugue un solide encadrement universitaire, tuteur pédagogique
et professionnel et maître stage, se distingue très nettement des autres formations à dominante linguistique et théorique en ce sens qu'elle vise à doter les étudiants de réelles compétences pratiques en langue des signes et des connaissances nécessaires et suffisantes en matière de prise en charge de la surdité.

Permettre aux étudiants d'accéder au niveau C2, utilisateur expérimenté, du  cadre européen commun de référence pour les langues (il a été adapté pour la langue des signes française). Développer leur capacité d'adaptation en terme de communication aux situations et aux publics les plus divers. Accueillir une personne sourde, comprendre sa demande, être en mesure de la rédiger, pouvoir restituer en langue des signes le contenu de documents administratifs.


Objectifs professionnels et débouchés - Métiers visés :

Permettre aux candidats qui n'auraient aucune expérience professionnelle de se frotter autant que faire se peut aux divers types d'activité qu'il est possible d'exercer auprès des personnes sourdes : accueil, entretien, écrivain public, interprétation en LSF de cours de conférence de liaison, etc., et  de prendre connaissance des évolutions technologiques en la matière, par exemple la visioconférence qui permet l'interprétation à distance en plein développement ou la transcription instantanée de la parole.

Permettre à tous les candidats de déterminer, au-delà des difficultés qu'ils peuvent rencontrer, les conditions matérielles d'exercice de leur  métier à travers sa  dimension linguistique -le niveau de maîtrise des langues à atteindre en français et en LSF, notamment la prise en charge de domaines inédits pour cette dernière-, sa dimension sociale et culturelle, la nature de leur implication.

Plus les interprètes seront formés moins ils seront normatifs, confinés dans des tâches répétitives et de ce fait peu gratifiantes. Souplesse et adaptabilité nécessitent un engagement plus grand que le respect à tout prix d'un code déontologique, quand il sert de garde-fou à un personnel mal formé et de ce fait angoissé.


Les débouchés sont assurés puisque ce sont les associations qui oeuvrent dans le domaine de la surdité qui ont sollicité et vont financer dans une large mesure la mise sur pied de ce certificat pour leurs collaborateurs formés "sur le tas". Cette formation va permettre d'une part d'encadrer l'embauche de personnes non formées, voire de l'éliminer ; en ce qui concerne les personnels en exercice, de mieux gérer les difficultés rencontrées sur le terrain et enfin de valider leurs compétence en matière de communication avec les personnes sourde. Par ailleurs elle constitue une  préparation nécessaire et attendue à une entrée du Master professionnel   d'interprétation et de traduction français/LSF-LSF/français.

Admission

Les candidats devront avoir validé une première année de licence (pas nécessairement une licence de langue) ou être titulaires d'un diplôme équivalent. Le français devra  être une langue dans laquelle ils possèdent une certaine richesse de vocabulaire et de réelles capacités d'expression.

La langue des signes devra être maîtrisée au niveau B du référentiel de compétence de l'ESIT, à savoir :

  • pouvoir dialoguer sur des sujets pris hors situation (référence in absentia et connu partagé)
  • évoquer d'événements passés, futurs ou imaginaires mettant en oeuvre des protagonistes absents ou imaginaires
  • présenter, identificatier des éléments situationnels, des protagonistes et des interactions virtuels, commentaires (échanges en LSF avec un collègue sourd).
  • s'exprimer en continu de façon claire et détaillée sur des sujets relatifs à ses centres d'intérêt.

Les épreuves d'admission comportent un entretien en français et un entretien en LSF.

Inscription

Montant des droits d'inscription (hors droits universitaires) :

Formation Initiale : 500 €
Formation Continue : 3 000 €


Organisation générale des études

Originalité par rapport à l'offre de formation existante de l'Université :

L'attention plus grande portée aux personnes handicapées et tout particulièrement  aux sourds (loi du 11 février 2005 et décrets d'application) a entraîné un développement significatif des prestations de compensation  ainsi que des aides techniques et humaines, codeurs en langage parlée complétée, preneur en note en français et interprètes en langue des signes. En ce qui concerne ces derniers, les besoins sont tels qu'à l'heure actuelle la majorité des personnes exerçant dans les associations qui travaillent à l'insertion scolaire, sociale et culturelle des personnes sourdes se sont formées "sur le tas". Bon nombre d'entre elles aspirent à un meilleur  niveau de compétences en termes de communication et dans le même temps elles souhaitent voir reconnaître ces compétences. Par ailleurs, des étudiants sont attirés par les métiers liés à la surdité mais ils ne trouvent pas de formations préparatoires, notamment au métier d'interprète en langue des signes

Cette formation qui conjugue un solide encadrement universitaire, tuteur pédagogique et  professionnel maître stage, répond à cette double attente. Elle se distingue très nettement des autres formations à dominante linguistique et théorique en ce sens qu'elle vise à doter les étudiants de réelles compétences pratiques en langue des signes et des connaissances nécessaires et suffisantes en matière de prise en charge de la surdité. Les 2 100 heures de stage en entreprise présentent un intérêt au plan  professionnel cela va de soi, et dans le même temps elles constituent l'équivalent d'un séjour linguistique encadré pour des personnes qui, n'ayant pas de sourds dans leur entourage proche, n'ont pas d'autre moyen de pratiquer la langue des signes en situation de communication authentique, c'est-à-dire en dehors des cours.

Responsables


Philippe SERO-GUILLAUME
Directeur de la section Langue des signes française
Bureau P 222 - 2e étage
Centre universitaire Dauphine
75775 - Paris Cedex 16
01 44 05 42 14
 

mise à jour le 18 juillet 2014


Renseignements :

École Supérieure d’Interprètes et de Traducteurs (ESIT)
Centre Universitaire Dauphine (2ème étage)
Place du Maréchal de Lattre de Tassigny
75016 Paris

Tél. : 01 44 05 42 05
Mél.
 
École Supérieure d’Interprètes et de Traducteurs (ESIT)
Centre Universitaire Dauphine (2ème étage)
Place du Maréchal de Lattre de Tassigny
75016 Paris

Tél. : 01 44 05 42 05
Mél.

Stage :

Stage obligatoire

Durée et évaluation du stage, le cas échéant : 2 100 heures

Organisation pédagogique de la formation

Téléchargez la brochure du DU. [PDF - 157 Ko]

Durée de la formation :  2 ans 
 
Volume horaire global des enseignements par étudiant pour l'ensemble de la formation : 696 heures 
 
Organisation et nature des enseignements : cours magistraux (CM) et travaux dirigés (TD) 
 
Durée et évaluation du stage, le cas échéant : 2 100 heures

Objectifs et modalités de soutenance du mémoire : Mémoire obligatoire, lien entre les contenus théoriques et le stage pratique ou la pratique professionnelle pour les dispensés, dont la rédaction sera encadrée et donnera matière à un perfectionnement de l'expression orale et écrite en français. Seront évalués la maturité, la souplesse et l'adaptabilité, le positionnement professionnel et les capacités d'expression. Soutenance devant un jury de trois membres : deux enseignants dont le tuteur pédagogique et le maître de stage.

Recherche d'une formation

Recherche d'une formation