Accueil >> Recherche >> Actualités >> Colloques - journées d'études

Recherche

De l'Autodidacte à l'autodidaxie à l'ère du numérique : approche interdisciplinaire des apprentissages autonomes au 21e siècle

le 21 octobre 2015
 

programme-autodidaxie-2015.jpg

Colloque

Lieu : Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3,
salle Bourjac, 17 rue de la Sorbonne, Paris 5e

de 9h00 à 17h30
 
Organisateurs : Olivier Lumbroso et François Vanoosthuyse
EA 2288 - DILTEC (Didactique des langues, des textes et des cultures)
en partenariat avec l'EA 3423 - Centre de Recherches sur les Poétiques du XIXe siècle (CRP19) et la DSIC

Présentation :

Même si le « diplôme » reste le sésame de la reconnaissance professionnelle des capitaux symboliques, notre époque contemporaine redessine la figure traditionnelle de « l’autodidacte », dont Flaubert, Zola ou Sartre ont nourri la mythographie sociale. Cependant, les connotations négatives, attachées traditionnellement à la figure, semblent s’estomper, et l’autodidaxie est plutôt présentée comme une capacité utile à la réussite. Que l’on évoque « l’auto-formation » permise par le multimédia éducatif, les auto-apprentissages informels en milieu associatif, la Validation des Acquis de l’Expérience, l’université du temps libre, l’école de la seconde chance, le développement de soi tout au long de la vie, le rôle du stage comme moment de formation par l’expérience, il semble que l’autodidaxie du 21e siècle, plurielle, protéiforme et disséminée, soit une réalité autant qu’une nécessité de formation au long cours. Par ailleurs, à l’ère du Web 3.0, l’internaute se forme en naviguant, en zappant, parfois privé des médiations et accompagnements qui garantissent la validité des connaissances transmises et la solidité des apprentissages, la maîtrise des idéologies véhiculées, la distance critique. Avec les MOOCs, il peut s’instruire à distance auprès des plus prestigieuses enseignes (Harvard, MIT, Berkeley, etc.). En temps de crise de l’Ecole, pourrait-on aller jusqu’à dire que le 21e siècle actualise la figure d’un néo-autodidacte qui se forme par le Web, autant qu’il apprend dans la classe et l’amphithéâtre ? La présence du politique sur ce terrain, avec Les Victoires des Autodidactes fêtés annuellement à l’Assemblée Nationale qui décerne un prix à un entrepreneur non diplômé mais reconnu, montre aussi l’étendue des aspects institutionnels de la problématique. 
 
Le colloque cherchera à comprendre les formes et les enjeux de l’autodidaxie contemporaine, en impliquant la littérature, les sciences de l’éducation, la sociologie, l’histoire, la politique. En contexte académique, de l’école à l’université, pourquoi pourrait-il être utile d’enseigner la littérature à partir d’une interrogation sur la figure de l’autodidacte dans les œuvres, sur les processus d’auto-développement informel des écrivains (relation aux héritages, aux normes, à la créativité, à la formation du lecteur, à l’esprit critique, au cénacle, à l’atelier collectif d’écriture…) ?
 
Il s’agira aussi de dépoussiérer la notion, d’en saisir la complexité et les ambigüités, au-delà des effets de mode, en remontant le fil de son histoire depuis Rousseau et la Révolution française. De plus, en pensant les passerelles, les connivences et les concurrences entre l’Ecole et les « écoles » de l’apprentissage informel, il s’agira de souligner les nouveaux visages des élèves et des étudiants (bénévolat, association, entrepreneuriat…), de repérer les horizons de la formation initiale et continue à l’université (évolution de l’offre, nouveaux publics, place de l’enseignement numérique), afin de contribuer à améliorer l’accompagnement du projet intellectuel, culturel et professionnel de chacun. Dans un monde du travail marqué par une économie néolibérale réclamant l’adaptabilité du sujet en période de crise, l’individu est conduit en permanence à refaire ses connaissances.

A l'occasion du colloque "Autodidactes et autodidaxie à l'ère du numérique," Radio Sorbonne Nouvelle a enregistré un entretien entre l'un des organisateurs du colloque, Olivier Lumbroso (ci-contre à gauche), sous-directeur de l'ENEAD et professeur à l'Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, et l'un de ses invités, Joël Tingaud (ci-dessous), Président Directeur Général de l'Atelier de l'Argoat et lauréat des Victoires des Autodidactes Région Ouest en 2013.

Ponctué d'extraits de communications de chercheurs, de questions de l'assistance ou de prises de son d'ambiance, ce document audio est une introduction aux problématiques de recherche du colloque dont l'entretien central offre plusieurs clés de compréhension à destination des étudiants que l'autodidaxie, sa relation avec l'Université, l'engagement associatif ou l'auto-entreprenariat attirent.

photos : © Sorbonne Nouvelle Photothèque / E.Prieto Gabriel


Ecoutez le reportage !

Type :
Colloque / Journée d'études
Lieu(x) :
 

mise à jour le 14 mars 2016