DSIC >> Services aux usagers >> Valorisation des ressources scientifiques

Culture, Enseignement à distance

Compte-rendu colloque « Héritages naturalistes »

le 20 juillet 2015

Héritages naturalistes
Les 11, 12 et 13 juin 2015



Le colloque international « Héritages naturalistes » s’est déroulé les 11, 12 et 13 juin 2015 dans trois lieux différents : le petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France le jeudi, l’Ecole Normale Supérieure le vendredi et la Maison de la recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 le samedi.

Il est organisé par l’équipe Zola regroupant des chercheurs de l’ITEM-CNRS (Institut des Textes et Manuscrits Modernes) et de l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, qui travaillent notamment sur les manuscrits d’Emile Zola.

Alain Pagès présente ce colloque comme une réflexion autour de la question de l’héritage naturaliste à travers deux axes principaux : l’intérêt de la notion de naturalisme et la question du cycle romanesque.

 

Emile Zola et la Bibliothèque nationale de France



  Photo Bastien Méjane. Tous droits réservés.                                              
La première journée du colloque s’est tenue à la Bibliothèque nationale de France, dans le petit auditorium, puis dans le grand auditorium où s’est déroulée une soirée musicale "Les rêves d'Alfred Bruneau : À l'ombre du grand coeur d'Emile Zola".

Les liens entre Emile Zola et cette institution sont rappelés par l’intervention d’Agnès Sandras, conservateur à la BNF et spécialiste de Zola. Elle est revenue sur ces liens du vivant de l’auteur, puis sur la constitution du fonds Zola avec une partie de ses manuscrits déposée par sa veuve en 1904 et continuellement enrichi depuis. Ils apparaissent aussi à travers un certain nombre d’expositions, ainsi qu’à travers la participation à la recherche sur l’œuvre d’Emile Zola en accueillant des colloques et en s’associant à des projets comme l’ANR Archiz, aux côtés de l’équipe Zola, qui propose à la fois une réflexion et un travail d’édition sur les archives de l’auteur.

 

Naturalisme et naturalismes

La réflexion engagée sur la notion de naturalisme, au cœur de nombreuses interventions, souligne la difficulté à en donner une définition incluant l’ensemble de ses particularités. Par exemple, il n’y a pas d’école naturaliste, mais plutôt des regroupements mouvants d’auteurs qui partagent cependant une volonté de dépeindre tous les aspects de la société, traitant ainsi une grande variété de thématiques. La France n’est pas le seul espace à développer une telle réflexion puisque la notion de naturalisme peut être étendue à l’Europe et même au monde. Cela entraîne donc la question de l’unité ou de la pluralité du naturalisme, question accentuée par la parution de deux dictionnaires, l’un du naturalisme, Dictionnaire du naturalisme de René-Pierre Colin, et l’autre, des naturalismes, Dictionnaire des naturalismes dirigé par Colette Becker et Pierre-Jean Dufief.

 

La question du cycle

 
La réflexion autour du cycle romanesque a été entamée dès la première journée du colloque par l’intervention d’Olivier Lumbroso intitulée « Génétique des textes et génétique des cycles » puis par le dialogue entre Jacques Neefs et Cyrille Comnène autour du roman de ce dernier, Rêve sans nom, qui amorce un cycle composé de trois romans. C’est aussi l’objet d’une matinée d’interventions autour de la « Poétique du cycle romanesque ». Cette question met en avant l’intérêt de l’écriture cyclique et de l’étude des cycles dans leur globalité. Une forme de réflexion spécifique attachée au cycle pourrait apporter un nouveau regard sur les œuvres et leur construction, ainsi que sur le travail des auteurs.


mise à jour le 27 janvier 2016