Accueil >> Recherche >> Activités scientifiques >> Colloques - journées d'études

Recherche

Apollinaire poète en prose

du 2 septembre 2011 au 3 septembre 2011

Colloque international

Lieu : Stavelot (Province de Liège, Belgique)
Organisateur : Daniel Delbreil - Université Sorbonne nouvelle - Paris 3 (EA4400 "Ecritures de la modernité" - "L'Esprit Nouveau en poésie"), Université de Liège, Association Internationale des Amis de Guillaume Apollinaire (AIAGA), Université de Liège)
Contact : daniel.delbreil@univ-paris3.fr

Présentation :



Il y a environ cent ans commençait la période des productions majeures de la carrière d'Apollinaire. L'année 1909 voyait la publication en revue de "La Chanson du mal-aimé" mais aussi l'édition illustrée par Derain de L'Enchanteur pourrissant. L'Hérésiarque et Cie devait suivre en 1910 et Alcools allait paraître en 1913. Apollinaire passait donc de la poésie en vers à la poésie en prose ou à la prose poétique sans que s'opère dans sa création de rupture sensible. C'est cette continuité, quelle que soit la forme d'écriture adoptée, que le Colloque International "Apollinaire poète en prose" se propose d'interroger. On s'intéressera évidemment aux deux œuvres en prose de cette période (le récit sur Merlin l'Enchanteur et le premier recueil de contes de l'écrivain) mais surtout au croisement des genres et des formes. Jusqu'à quel point Apollinaire a-t-il subi la tentation poétique de la prose ? L'écriture en prose d'Apollinaire peut-elle être décrite comme une "prose de poète" ? Apollinaire reste-t-il poète "même" en prose? Comment définir cette poéticité de la prose d'Apollinaire (par les rythmes, par les images) ? Comment les contes ou autres récits d'Apollinaire pourraient-ils entrer dans la catégorie du "récit poétique" (selon J.-Y. Tadié) ? Peut-on parler véritablement - et pour quels textes - de "poèmes en prose" d'Apollinaire ? Pourquoi tant de poèmes inscrits dans la prose (fictionnelle ou épistolaire) d'Apollinaire ? Pourquoi aussi tant de vers (régulés ou libres) guettés par un apparent prosaïsme ?Le colloque permettra donc d'aborder toute une série de questions passionnantes et délicates de poétique, de classification, de cloisonnement et d'abolition des frontières génériques chez l'un des plus grands poètes du début du 20ème siècle.


Type :
Colloque / Journée d'études

mise à jour le 2 septembre 2011