Accueil >> Recherche >> Projets & Valorisation

Projet ANR

ANR - MERTALJEUX

Structure(s) de rattachement :
Projets ANR
CREDA - Centre de Recherche Et de Documentation sur les Amériques - UMR 7227

Composition de l'équipe

Projet financé dans le cadre du programme ANR SHS thématique Les Suds, aujourd'hui
Enjeux urbains et gouvernance dans quatre métropoles d'Amérique latine

Coordinateur: Marielle PEPIN-LEHALLEUR

5 équipes partenaires sont impliquées dans ce projet. 

Présentation

Depuis vingt ans, les grandes métropoles latino-américaines sont administrées par des élus de gauche qui ont mis en place de nouveaux modes de gouvernance fondés sur les principes de régulation, de gestion participative, de démocratie délibérative... Le projet a pour objectif d'établir un bilan comparatif de quelques expériences menées dans quatre métropoles latino-américaines où se conjuguent énormes richesses, grandes pauvretés et vastes classes moyennes aux profils variés, et qui cherchent toutes à gagner leur place dans la course à la mondialisation : Buenos Aires, Caracas, Mexico et São Paulo.
Parmi les enjeux métropolitains des pays du Sud ce projet est centré sur la production des espaces dans quatre domaines par des acteurs hétérogènes (privés, publics) aux intérêts divergents : les investissements fonciers et la place réservée aux logements de types diverses ; l'accès au marché du travail (de plus en plus discriminant) ; l'implantation de formes nouvelles de commerce ; et la préoccupation pour la sécurité publique. Quelles sont les logiques et les pratiques qui président à l'élaboration de politiques de la ville en intégrant toutes les composantes sociales ? Les tenants d'une « gouvernance par le bas » prétendent qu'ils peuvent utilement d'en affronter les enjeux, tandis que certains analystes en doutent et y voient plutôt un discours d'auto-légitimation politique.
A travers plusieurs approches disciplinaires (anthropologie, géographie, sociologie, socio-économie) et dans une perspective comparatiste, nous cherchons à comprendre auprès de citadins de différentes classes sociales comment se construisent les normes qui régissent la partage des biens publics ou l'accès à des ressources disputées et quelle en est leur perception. Autour de litiges sur l'usage du sol ou de l'accès à des meilleurs services, à la recherche de formation ou d'emploi, dans la création d'activités nouvelles, on examinera à quelles échelles les acteurs évaluent leur capacité de négociation directe, de pression ou de recours aux autorités. En miroir, notre regard portera sur la façon dont les municipalités prennent en main ou s'abstiennent d'intervenir dans les problèmes posés, et sur l'argumentation que donnent les professionnels de leur action ainsi que de leur conception du destin métropolitain. Dans diverses conjonctures, l'écho donné par les médias aux différents enjeux et points de vue sera analysé comme un indice de l'importance que la société reconnaît aux besoins des acteurs sociaux qui s'affrontent.
LA comparaison entre les métropoles permettra d'évaluer le rôle assumé par la Fédération, les états fédéraux et les collectivités locales dans l'aménagement de conditions de vie et de travail devant permettre aux citadins de cohabiter dans leur diversité, de s'inscrire, et d'inscrire leur ville dans la mondialisation. Dans les domaines choisis, on s'interrogera sue la préférence donnée aux modes de concertation directe ou à ceux qui s'établissent à travers la médiation des pouvoirs publics. Les administrations municipales de gauche sont volontiers qualifiées de populistes et accusées de perpétuer les mécanismes traditionnels de clientélisme et de corruption. Quelles sont donc les conditions de la participation démocratique et du contrôle citoyen sur l'action publique ?
Dans les quatre pays choisis, des processus similaires de décentralisation ont attribué aux municipalités de ces métropoles (locomotives économiques du pays et aussi capitales politiques, sauf, sauf São Paulo) des pouvoirs et des budgets importants qui ne peuvent pas s'exercer toutefois sur leur périphérie surtout lorsque des couleurs politiques distincts les différencient. L'interaction constante des populations, des espaces et des problématiques du centre de la périphérie, responsable pour une bonne part du caractère métropolitain attractif de l'agglomération mais aussi de nombreuses difficultés que cette séparation administrative accentue, sera prise en compte dans les études de cas. C'est pourtant sur les villes centres, objets et moteurs privilégiés de la mondialisation, que se concentrera notre attention.


Urban challenges and governance in four Latin American metropolises.
For two decades now, large Latin American metropolises have been managed by elected left-wing councillors, who introduced new forms of governance based on principles of regulation, participative management and deliberative democracy. The project's aim is to effect a comparative assessment of certain experiences carried out in four Latin American metropolises, where great wealth, abject poverty and extensive middle classes with a variety of profiles live side by side, each of them jostling for a place in the race toward globalization : Buenos Aires, Caracas, Mexico and São Paulo.
Of all the challenges faced by metropolises in the South, this project focuses on the creation, by various actors (private, public) with diverging interests, of spaces in four fields: real-estate investments and the place reserved to different types of housing; access to the labour market (increasingly discriminating); the establishment of new forms of commerce; and, increasing concern regarding public security. What are logic and the practices that govern the elaboration of policies integrating all social components? The defenders of governance from below claim they can effectively confront the challenges they face, while certain analysts doubt this, considering instead that it is a case of political self-legitimation.
By adopting a multi-disciplinary approach (anthropological, geopolitical, sociological and socio-economic) and a comparative viewpoint, we shall attempt to understand how citizens belonging to different social classes construct the norms governing the sharing of public property or access to disputed resources and how they perceive these issues. Through disputes on land use or access to better services, the need for training or job-hunting, the creation of new activities, we shall examine how actors grade their capacities of direct negotiation, pressure or recourse to the authorities. In a mirror analysis, we shall investigate how municipalities either take the various circumstances, how the different challenges and opinions are echoed in the media, considering this to be an indication of the importance society ascribes to the needs of the opposing social actors.
The comparison between these metropolises will allow us to assess the role played by the Federation, federal states and local authorities in shaping living and working conditions that give citizens the possibility to cohabit in their diversity, to benefit from the globalisation process and to make their city part of this movement. In the selected areas, we shall examine whether it is direct dialogue modes or those arising from the public powers' mediation that are given priority.


Informations complémentaires

Durée du projet 3 ans (déc. 2007 - déc. 2010)

mise à jour le 12 septembre 2017