Accueil >> Recherche >> Projets & Valorisation >> Projets ANR

Projet ANR

ANR - CREATV : Qu'est ce que la création télévisuelle ?

Structure(s) de rattachement :
Projets ANR
CIM - Communication, Information, Médias - EA 1484

Composition de l'équipe

Programme thématique

CREATV : Qu'est ce que la création télévisuelle ?

Coordinateur : François JOST, Directeur du Centre d'Etude des Images et des Sons Médiatiques (CEISME)

Présentation

     Considérant qu'il manque actuellement un cadre conceptuel global, comme il en existe pour la littérature ou le cinéma, qui permette de penser la création télévisuelle, ce projet se donne pour tâche d'explorer cette terra incognita scientifique qu'est la création télévisuelle et ses régions que sont l'auteur et l'œuvre en montrant la nécessité, pour cerner la télévision, de ces questionnements. Ce programme se fixe donc les objectifs globaux suivants :

  • définir ce qu'est la création télévisuelle
  • définir le statut de l'œuvre, le statut de l'auteur de télévision
  • délimiter les frontières de la création télévisuelle aujourd'hui
  • comprendre les incidences de la diffusion sur la création.

     Pour remplir ces objectifs, dans un premier temps, on reformule la question de la création télévisuelle en l'envisageant à la fois dans les discours des acteurs de la télévision et dans les émissions, sous le double angle du média et du langage, en essayant de voir quel pôle est privilégié et comment ces deux dimensions s'articulent l'une à l'autre. Cette enquête, d'abord historique, est complétée par deux expérimentations destinées à cerner le type d'intermédialité mobilisé par la télévision à son origine : la première porte sur le " banc d'essai " mis en œuvre par la télévision française des années 50, la seconde sur l'étude d'une télévision qui est née plus récemment, dans un autre contexte, la télévision grecque. Cette confrontation de deux modèles vise à répondre à cette question : dans quelle mesure l'intermédialité des genres télévisuels est constitutive ou normative ?

Dans un deuxième temps, sont envisagés les statuts de l'auteur et de l'œuvre. On retrace d'abord historiquement l'émergence de la notion d'auteur, à la fois dans les lieux professionnels et dans les discours médiatiques destinés aux téléspectateurs (presses spécialisées, PQR, grands quotidiens nationaux, etc.), afin d'apprécier les convergences ou les divergences entre ces deux types de métadiscours télévisuels. On s'interroge ensuite sur les diverses figures d'un " auteur construit " par le téléspectateur. On s'interroge enfin sur la place de l'auteur dans les nouveaux programmes.

Dans un troisième temps, on questionne le statut de l'œuvre au travers des questions suivantes : existe-t-il un style télévisuel ? Quels liens établir entre la création et la culture ? D'où vient la création télévisuelle ? Si, historiquement, cette étude de l'œuvre repère des lieux de l'innovation télévisuelle variables, théoriquement, elle débouche aussi sur une reformulation des définitions de recyclage, d'emprunt, de plagiat et de remake. En fin de compte doivent être repensés les liens entre unicité et sérialité.

Que deviennent les concepts d'œuvre, d'auteur et de création à l'ère des mutations techniques ? Les définitions mises au jour au dans les trois premières étapes résistent-elles à la modification d'un ou de plusieurs critères contextuels ? Comment certaines mutations du contexte peuvent-elles affecter ces catégories ? Dans un quatrième temps, deux types de mutations sont examinées :

  • les premières résultent des modifications du diffuseur : que devient la création quand une chaîne passe du public au privé, quand une chaîne publique diffuse dans un contexte globalement privé (PBS au Etats-Unis), quand une chaîne publique se crée dans un contexte privé (EBC au Brésil), quand une télévision publique en partie commerciale se passe soudain de publicité ?
  • les secondes sont d'ordre technique : quelles incidences ont les changements de taille des écrans, la pratique amateur de l'image (avec son passage de l'œil à la main), la mobilité, etc. sur la création des programmes ?

Compte tenu de ses aspects à la fois fondamentaux et appliqués, ce projet de recherche sollicite trois grands types d'approche - philosophique, sémiologique d'ordre pragmatique, historique -, mais son originalité réside aussi des les expérimentations construites pour " éprouver " les concepts et les résultats théoriques.

mise à jour le 23 février 2010