Accueil >> Recherche >> Projets & Valorisation >> Projets de recherche

Projet ANR

ANR - CINE08-19 - Histoire de la situation du cinéma en France de 1908 à

Sur Internet :
https://cine0819.hypotheses.org/
Structure(s) de rattachement :
Projets ANR
IRCAV - Institut de recherche sur le cinéma et l'audiovisuel - EA 185

Composition de l'équipe

  • Carole Aurouet, MCF Université Paris-Est Marne-la-Vallée
  • Teresa Castro, MCF Sorbonne Nouvelle-Paris 3
  • Gilles Ciment, directeur adjoint ECPAD
  • Béatrice de Pastre, directrice adjointe du patrimoine et directrice des collections CNC
  • Christophe Gauthier; directeur d'études à l'École nationale des Chartes
  • Clément Puget, MCF Bordeaux Montaigne
  • Véronique Rossignol, directrice de la Bibliothèque du Film de la Cinémathèque française
  • Anne Sigaud, chargée de recherches au Musée départemental Albert-Kahn

Présentation

En histoire du cinéma, les grands programmes de recherche des quarante dernières années se sont surtout concentrés sur la période d’émergence du médium cinématographique et sur le régime d’attraction qui la caractérise. D’autres travaux ont signalé le rôle primordial des années 1910 : une période dite d’institutionnalisation, où s’est mis en place le cinéma tel qu’on le connaît aujourd’hui au plan de ses structures économiques et industrielles. Outre le système de location des copies et le développement des salles spécialisées, la standardisation de la production, sous l’égide du modèle Pathé, marque un tournant essentiel dans la façon dont les films sont fabriqués et reçus, en accord avec un processus général de narrativisation. C’est ainsi qu’a émergé la conception classique qui gouverne encore l’essentiel de la production audiovisuelle : celle de la représentation d’un espace-temps continu, via le montage par raccords, au service d’un récit. Mais cette transition vers le cinéma classique – et la contribution déterminante des années 1908-1919 à l’industrialisation du média en France et dans le monde – reste largement à étudier. C’est ce que propose CINÉ08-19.

Dans un premier temps, il conviendra de dresser un inventaire exhaustif des conditions d’écriture, de production, de réalisation, de diffusion et de réception de tous les films en France et dans son empire colonial. Dans un second temps, il s’agira de mener une réflexion heuristique approfondie sur cette période charnière à travers une exploration détaillée de multiples sources, film et non-film, dont une bonne partie était encore inaccessible jusqu’à une date récente. Ces deux axes se combineront avec la création d’une plateforme numérique, pour mettre en réseau les riches collections numérisées mais aussi pour valoriser leurs analyses problématisées. L’une des principales hypothèses du projet est que la période étudiée constitue un moment décisif de l’évolution du spectacle cinématographique au sein d’une industrie culturelle émergente.

Activités scientifiques

L’un des points saillants de CINÉ08-19 est de repenser non seulement le rapport aux archives film et non-film et leurs usages en fonction des outils numériques, mais aussi l’exposé des résultats et la vulgarisation du savoir. D’où l’importance que nous accorderons à la conception d’une plateforme, en tant qu’espace d’éditorialisation, et de son interface, aussi bien au niveau graphique que structurel. La mise en réseau s’accompagne de nouvelles questions théoriques et de pratiques innovantes qui déterminent tant les modalités de l’exploitation scientifique que celles de la mise en récit historique. Cette plateforme, qui deviendra un outil pérenne, concrétisera cette double dimension. Elle sera adossée à la plateforme Garance mise en place par le CNC.

De plus, des aspects du travail mené dans le cadre de CINÉ08-19 seront valorisés de manière plus traditionnelle par une programmation régulière de films, une exposition et des publications. Des manifestations scientifiques, des rencontres et restitutions au public seront organisées par l’équipe de CINÉ08-19. Entre 2018 et 2020, des journées d’études et un colloque international permettront d’aborder les problématiques évoquées, notamment sous l’angle régional. Des programmations de films rares repérés, étudiés, restaurés et numérisés, grâce au projet, seront organisées entre autres lors d’un rendez-vous régulier Fenêtre sur les collection de la Cinémathèque française et à l’occasion de festivals, comme Toute la mémoire du monde à Paris et Giornate del cinema muto à Pordenone. La reconstitution des séances de cinéma telles que décrites dans les programmes d’époque conservés dans les centres d’archives, est une des valorisations des travaux souhaitées.

Informations complémentaires

Durée du projet : 36 mois
Date de fin : décembre 2020

mise à jour le 14 mai 2018