Accueil >> Université >> Présentation >> Portraits

Sophie de Castelbajac

le 7 février 2013
 

Ancienne étudiante du département Médiation Culturelle, Sophie de Castelbajac est responsable de l'école de cirque de l'Académie Fratellini. A découvrir ....

Photo 10.jpg
  • Pouvez-vous vous présenter ?

J'ai suivi une formation en Médiation Culturelle, car elle me semblait être une formation très ouverte, avec des enseignements intéressants de par leur diversité. Les questions soulevées par la sociologie et l'étude des publics m'ont fortement guidées dans la voie professionnelle que j'ai choisie.
J'ai tout au long de mes études travaillé pour divers projets culturels, notamment pour des publics éloignés de l'offre culturelle ; ce fût une expérience particulièrement fascinante et révélatrice, en ce sens que j’ai pris conscience de la capacité de la médiation à retisser un lien social délité. Les projets que j'ai menés alors m'ont réellement permis de comprendre le rôle du médiateur culturel de manière concrète, et de m'acheminer vers le secteur dans lequel je souhaite évoluer, auprès de publics et de projets ciblés.
 
  • Quelle est votre activité aujourd'hui ?

Je suis responsable de l'école de cirque de l'Académie Fratellini, poste pour lequel en effet les enseignements et les méthodes acquises lors de ma formation universitaire sont un atout. Les arts de la piste représentent un univers dans lequel je peux m’épanouir totalement dans ma démarche professionnelle de médiation. C'est une discipline particulièrement riche et accessible pour différents publics, en ce qu’elle lie un imaginaire collectif de l’enfance et de l’émerveillement, une esthétique nouvelle foisonnante, à une technique de corps saisissante.
Le cirque s’est affranchi de sa forme traditionnelle pour explorer, ré-imaginer, recomposer, proposer, et construire ainsi des esthétiques, qui s’ancrent non seulement dans les arts du cirque mais aussi dans le théâtre, la danse, le hip hop, les arts plastiques… et constitue ainsi une discipline passionnante et abondante en actions culturelles.
 
  • Avez-vous un conseil à donner aux étudiants de la Sorbonne Nouvelle ?
Mon conseil est de s'investir au plus vite dans des projets culturels et de se construire ses propres expériences : la formation universitaire est enrichissante mais reste parfois trop théorique. L'apprentissage (d'un métier, d'idées, de ce que l'on souhaite professionnellement) se fait aussi sur le terrain !

Type :
Portrait, -
Contact :
Sous-Direction de la Communication

mise à jour le 3 juin 2013