Clesthia >> CLESTHIA >> Présentation

Sens et Discours

Les recherches linguistiques portent ici sur une articulation entre sens et discours.

Les enseignants-chercheurs de l’axe "Sens et discours" envisagent les textes et les discours dans leur environnement social; ils mettent en œuvre une sémantique ancrée dans les pratiques discursives, articulant une approche globale qui vise la description des configurations discursives et une approche locale portant sur l’analyse des unités lexicales et terminologiques et de leurs relations lexico-syntaxiques. Ils considèrent ainsi le discours dans sa matérialité, mais aussi comme le résultat d’un processus interdiscursif, qui favorise la structuration de séquences discursives – sur les plans communicationnel, énonciatif, pragmatique, dialogique et interactionnel – et la circulation des termes et des formules. Cette perspective conduit à explorer les glissements de sens et les changements dans les thèmes, les unités lexicales et terminologiques et la création néologique. Ces approches sont mises en œuvre sur des discours appartenant à des genres institués (textes médiatiques, textes de vulgarisation scientifique, textes institutionnels, textes émanant d’organisations ou d’associations, etc.) ou relevant de genres hybrides, instables ou émergents (observables sur des sites web, dans des forums, sur des blogs, à travers des tweets ou la presse en ligne collaborative, etc.).

Les recherches rallient également des questionnements liés à la transmission des connaissances. L’objectif est dans tous les cas de comprendre comment se propage et se configure la dissémination des savoirs, qu’il s’agisse d’analyser les discours didactiques ou la didacticité des discours profanes, de s’intéresser à des faits relevant de la socioterminologie ou d’observer le métalangage des experts et des non experts et la circulation de l’un à l’autre de ces pôles – question particulièrement cruciale pour les sciences sociales et les sciences du langage où la circulation des termes scientifiques peut être génératrice de polysémie, de glissements de sens, mais aussi porteuse d’enjeux rhétoriques. Ce faisant, les analyses intègrent au moins quatre niveaux de construction et de reconnaissance du sens:

  • celui du rapport (toujours problématique) au réel et à la construction ou à la représentation discursive de celui-ci;
  • celui des contraintes textuelles liées à la recherche d’intelligibilité pour les destinataires;
  • celui de la mémoire des mots et des textes;
  • celui des contraintes textuelles liées aux genres textuels et à leur évolution.

Dans ce cadre, trois opérations sont déployées.
 
 


Les recherches antérieures de l’équipe conduisent à mener une réflexion épistémologique et méthodologique sur le choix des corpus – ce que les corpus font à l’analyse et réciproquement. Cette réflexion se situant dans la continuité de nombreux travaux et réflexions, elle peut être poursuivie à la lumière de nouveaux corpus – corpus relevant de genres spécifiques; corpus ouverts, destinés à capter la circulation et l’évolution des mots et des formules – et de nouveaux thèmes, par exemple celui de la défense de l’environnement.

 
 

Responsable: Sandrine Reboul-Touré

Les spécialités des chercheurs du Clesthia permettent de faire se rencontrer l’analyse du discours, la traductologie et la (socio)terminologie et des collaborations avec des réseaux extérieurs invitent à des ouvertures du côté des sciences de l’information et de la communication. Plusieurs pôles sont explorés:

  • une réflexion qui s’inscrit en analyse du discours, sémantique discursive et (socio)terminologie sur des corpus de la vulgarisation scientifique
  • des recherches qui portent sur la traduction comme vecteur fondamental de la production et de la circulation de toutes formes de connaissance.

 

Responsable: Sylvie Chraïbi

La méthodologie du groupe ADculture repose sur des comparaisons de discours ordinaires ou spécialisés produits par des locuteurs de langues et/ou cultures différentes. Sur le plan théorique, les recherches s’inscrivent dans une triple perspective, au croisement de l’analyse du discours, de la traductologie et de la sociologie. L’impact du contexte culturel d’énonciation sur la mise en mots ainsi que les modes de référenciation occupent une place centrale.

 


mise à jour le 12 juillet 2022


Événements