EA 2288 >> EA 2288 - DILTEC

Recherche

Séminaire « NoVarEL »

le 10 juin 2022
De 14h à 17h

➡ Première thématique : « Questionner l’évidence des référents légitimes »
 
À quoi renvoie le sentiment de « bon usage » ? Dans quelle mesure la fétichisation, au sens donné par Bourdieu & Boltanski (1975), de certains référents et l’ignorance ou l’oubli des lois sociales de leur construction invalide la plupart des usages ordinaires ? Peut-on envisager une description et une diffusion des garants de la cohésion sociale autrement qu’en supposant leur légitimité absolue ?

Pour aborder ces questions, on cherche notamment à comprendre comment a évolué/évolue la visée normative dans les différents contextes d’enseignement et si l’actualité des sociétés a des effets sur les discours et les pratiques.
L’enjeu des discussions se situe à l’interface des identités collectives et individuelles puisqu’il est question de penser l’incontournable appropriation de ces référents communs et la façon dont elle s’opère avec plus ou moins de facilité, plus ou moins de violence, compte tenu des réalités individuelles.

Face à cela, les moyens dont disposent les enseignants pour tenter de garantir une transmission « équitable » des savoirs socialement indispensables sont en question. On pose que la prise de conscience du caractère non-absolu des « bons usages » favorise les initiatives enseignantes visant le cumul des savoirs en rupture avec la verticalité qu’impose « l’idéologie du standard ».

Séance 2 : vendredi 10 juin, 14:00 - 17:00. Salle B104. Campus Nation.
Carte professionnelle ou carte d'étudiant obligatoires pour accéder au site

Lien Meet : https://meet.google.com/zvp-najt-dus


3 interventions :

- La question de la norme dans la documentation des langues : enjeux politiques et défis pratiques. Antonia Cristinoi Bursuc, USN-ESIT, CLESTHIA.

Dans les langues où la tradition de l'écrit n'existe pas, et qui font le plus souvent l'objet d'une démarche de documentation, la question de la norme linguistique est extrêmement complexe. La tâche de description des langues revient généralement à des linguistes extérieurs à la communauté, qui se donnent comme mission, entre autres, d'identifier le lot de normes présentes dans le paysage linguistique étudié, leur périmètre d'application et les tensions que leur application génèrent.

L'entreprise lexicographique, vitale dans le processus de documentation, est étroitement liée à la question de la norme et surtout de la normalisation.
En utilisant l'exemple de mon travail de terrain sur le palikur, langue parlée en Guyane française, pour la réalisation d'un dictionnaire palikur-français, j'illustrerai la manière dont la complexité des normes en présence affecte le travail lexicographique et les questionnements de nature linguistique, politique et éthique qu'elles engendrent.

- Norme et altérité. L’exemple des manuels de portugais langue non maternelle aux préludes de la communauté lusophone (1975-1996). Danilo Bomilcar, USN, DILTEC.
 
La confrontation entre, d'un côté, un corpus de manuels de portugais langue non maternelle construit dans le cadre d’une thèse préparée dans une passerelle entre le DILTEC et le CREPAL (Centre de recherche sur les pays lusophones) et, d'un autre côté, un dispositif d’analyse élaboré du point de vue de l’altérité fait émerger des questions relatives aux normes et à la variation. Ces questions sont difficilement contournées quand on s’intéresse à la promotion et à la diffusion des langues à l’ère des grands ensembles linguistiques du monde contemporain, les Xphonies (Calvet).

Dans des manuels de portugais langue seconde et étrangère élaborés dans plusieurs pays lusophones (Angola, Brésil, Cap-Vert, Guinée-Bissau, Mozambique, Portugal et Saint Tomé-et-Principe) à l’époque qui s’étend entre la reconnaissance des indépendances africaines (1975) et la création de la Communauté des Pays de Langue Portugaise (1996), ont été prélevés les renvois à la lusophonie et aux autres pays lusophones. Cela comprend les enseignements explicites de normes (culturelles, linguistiques) d’autres régions lusophones (comme les listes de vocabulaire, les tableaux grammaticaux, les explications de coutumes...) mais aussi les représentations de personnages, de lieux et de référents culturels de la lusophonie, les extraits (littérature, presse…) publiés dans d’autres pays lusophones, les prises de position des auteurs (souvent dans les avant-propos) par rapport aux différentes normes de la langue portugaise qui existent dans le monde…

Nous nous interrogerons sur ce que peuvent nous apprendre sur l’altérité lusophone les mises en scène des différentes normes de la langue portugaise dans les manuels de portugais langue non maternelle aux préludes de la communauté lusophone (1975-1995). Nous espérons que le contexte lusophone puisse entamer également des questionnements sur d’autres rapports possibles entre norme et altérité dans les discours et la configuration sociale de manuels de langue.

- « La posture normative à travers les différentes méthodes de FLE ». Fabrice Barthélémy, USN, DILTEC.


Séance 3 : date à fixer fin septembre.

Type :
Colloque / Journée d'étude
Contact :
Emmanuelle Guerin
Lieu(x) :
Campus Nation
8 avenue de Saint-Mandé - 75012 Paris.

Salle B104

Carte professionnelle ou carte d'étudiant obligatoires pour accéder au site

mise à jour le 7 juin 2022