Accueil >> Vie de campus >> Portraits

Vie étudiante, Diplômés, Insertion professionnelle

Rencontre avec Raphaël Piéchaud, diplômé du master 2 professionnel Communication des Entreprises et des Institutions

le 2 mai 2017

Diplômé du master Communication des Entreprises et des Institutions, Raphaël Piéchaud a accepté de répondre à nos questions sur son parcours.

Raphaël Piéchaud.JPG
  • Quel a été votre parcours à la Sorbonne Nouvelle ? Pourquoi le choix de cette université et de cette formation ?

Je suis arrivé à la Sorbonne Nouvelle en 2006 pour faire un master en communication (M2 Communication des Entreprises et Institutions) bien que j'aie effectué mes années précédentes en histoire à Paris 1. Le master pro m'était apparu comme la meilleure voie pour travailler rapidement, ce qui était moins évident avec les études d'histoire. J'avais déjà eu l'occasion de faire quelques opérations de promotion pour des groupes de musique et des concerts, ce qui avait aiguisé mon attrait pour la communication. À l'époque c'est le programme du master ainsi que la localisation centrale de Paris 3 qui ont principalement motivé mon choix.

  • Pendant les études, avez-vous eu des expériences qui vous ont marqué et / ou aidé dans votre insertion professionnelle ? (bénévolat, stage, année erasmus...)

Les études d'histoire ont une vocation principalement universitaire et très peu professionnalisante : à l'inverse, pendant le master en communication, la moitié de nos enseignant.e.s étaient des intervenant.e.s professionnel.le.s. Nous avions donc des exemples très concrets de mise en application des enseignements, et surtout nous avons pu travailler en petits groupes sur des projets comme si nous étions une agence : audit de communication interne pour l'APHP, numéro 0 d'un journal d'entreprise, reportage vidéo sur le "tea time" à Paris, etc. De simples cours ne nous auraient pas autant préparés aux difficultés mais aussi à la satisfaction de monter un projet de A à Z.

  • Comment s'est déroulée votre entrée sur le monde du travail ? Quel est le poste que vous occupez actuellement ?

Mon insertion professionnelle a été très progressive : après avoir obtenu mon diplôme en 2007, j'ai pendant quelques mois effectué des piges comme webmaster éditorial pour des agences de communication. Suite à cela j'ai intégré pendant environ 6 ans une startup qui développait des outils web pour faciliter l'organisation de concerts.

Depuis deux ans et demi je suis Product Owner web (l'équivalent d'un chef de projet/produit) chez Geneanet, un site qui propose notamment un moteur de recherches d'ancêtres et un logiciel en ligne pour construire son arbre généalogique. Je m'occupe de faire évoluer un périmètre de fonctionnalités en travaillant au quotidien avec des développeurs et des webdesigners.

  • Votre poste actuel semble très éloigné de votre domaine d'études ; quel est le parcours qui vous a amené à exercer ce type de travail ?
La souplesse et la taille des petites structures favorisent la polyvalence et permettent d'évoluer rapidement dans ses missions : pendant mes six années en startup, j'ai commencé comme responsable éditorial, puis j'ai pris en charge l'ensemble de la communication de la société, avant de devenir product owner lorsqu'il a fallu organiser le développement de nouveaux sites. En tant que communicant j'avais le sentiment d'arriver en retard dans la bataille : le produit est déjà conçu et il faut se débrouiller pour communiquer dessus. En tant que product owner, c'est moi qui conçois le produit ou le fais évoluer, cela permet de superviser l'ensemble du processus de la création jusqu'à la communication. Malgré tout, ma formation me sert encore très régulièrement : j'essaie au mieux d'intégrer la communication en amont, mais les contraintes (technique, planning) font que ce n'est pas toujours évident.
  • Vous êtes souvent présent aux événements alumni, pouvez-vous nous en parler ?

Les événements alumni me permettent de garder un esprit ouvert sur mon domaine d'origine (la communication) mais aussi de garder le contact avec d'autres anciens de la Sorbonne Nouvelle : on est toujours plus efficace quand on voit ce qui se passe ailleurs.

J'ai aussi le souvenir du lycée et de mes années à l'université pendant lesquelles nous avions peu de visibilité sur le monde professionnel, ou alors pas de retours de la part d'ancien.ne.s étudiant.e.s récemment inséré.e.s. Ce n'est pas à la fac que j'ai appris à faire un CV ou une candidature pour du travail. Ce que j'ai appris depuis, cela me semble donc logique d'en faire profiter les étudiant.e.s actuel.le.s ou les jeunes diplômé.e.s.

  • Avez-vous un souvenir de vos années à la Sorbonne Nouvelle que vous aimeriez partager avec les étudiant.e.s ou un conseil à leur donner ?

Je suis encore très proche de plusieurs de mes camarades de master, ce qui me fait un vrai souvenir vivant de mon année à la Sorbonne Nouvelle. S'impliquer dans ses études c'est parfait, mais il ne faut pas oublier de nouer des relations. Pas nécessairement pour s'échanger des offres d'emploi après son diplôme : avant tout pour s'entourer de gens biens.



Type :
Portrait
Contact :
Alice Bambaggi, service civique chargée du développement du réseau Alumni

mise à jour le 2 mai 2017