Accueil >> Vie de campus >> Portraits

UFR Arts et Médias

Rencontre avec Marianne Robino, diplômée en Médiation Culturelle

le 13 juin 2016

Marianne vient d'arriver au Carreau du Temple où elle est responsable des projets événementiels et du développement. Retour sur un parcours en Médiation Culturelle....

Mariane Robino.JPG

Marianne, pouvez-vous vous présenter ?

Après une terminale L, je me suis orientée vers le cursus de Médiation Culturelle de la Sorbonne Nouvelle pour la diversité des matières et des disciplines artistiques qu’il aborde. J’avais besoin d’un espace d’analyse, de créativité et d’expression de ma curiosité intellectuelle. En cela, je me suis sentie tout à fait à mon aise au sein de ce département.

Après les années de DEUG (aujourd’hui L1 &2) plutôt généralistes et basées essentiellement sur la construction d’une solide culture générale, l’année de Licence (L3) a été celle des premiers pas dans le concret de la médiation et de la gestion de projets culturels avec la mise en œuvre d’un projet universitaire en collaboration avec le Service Culturel de la Sorbonne Nouvelle, suivi d’un stage au Centre des Monuments Nationaux et au Musée d’Orsay.

Ensuite, la Sorbonne Nouvelle m’a donné l’opportunité de vivre une année d’immersion universitaire très riche d’apprentissages et de rencontres en Italie, dans le cadre du programme Erasmus. A mon retour, j’ai consolidé cette année par l’obtention de la CILS (Certificazione Italiana come Lingua Straniera).

Cette coupure avec les étudiants et mon quotidien universitaire parisien m’a donné l’opportunité d’apporter une dimension européenne à mes connaissances. J’encourage vivement tous les étudiants à participer à ce programme !

J’y ai réalisé un travail de terrain auprès des fondations bancaires italiennes pour mon mémoire de maîtrise (M1), dont l’objet était d’illustrer le fonctionnement italien de conservation du patrimoine par des fonds privés. Une problématique d’actualité à l’époque avec la loi relative au mécénat en France en 2003.

J’ai conservé cette orientation patrimoniale et muséale à mon retour d’Erasmus en intégrant le Master 2 Recherche « Histoire, esthétique et sociologie de la Médiation Culturelle » et en travaillant à la Sainte-Chapelle en parallèle, me permettant de conserver un pied sur le terrain.Je me suis aperçue à ce moment-là, que le fonctionnement très institutionnel des musées ou structures patrimoniales ne me conviendrait pas dans l’avenir.

Je me suis alors orientée vers un master européen à Sciences-Po Strasbourg de « Politique et Gestion de la Culture », spécialisé dans le spectacle vivant et proposant une approche plus « marketing » de la Culture.

  • Quel est votre parcours professionnel depuis lors ?

Après plusieurs stages dans des institutions, musées ou associations culturelles parisiennes, j’ai intégré le CENTQUATRE-PARIS en 2007 dans le cadre de mon stage de fin d’étude de Science-Po Strasbourg, au moment de sa préfiguration.

J’y ai appris le métier de chargé de mécénat d’entreprises. J'étais chargée de développer les ressources propres de cet établissement de la Ville de Paris, dont le modèle économique public-privé est basé sur un taux d’autofinancement de 30% de ses ressources propres. Ainsi, j’ai pu participer à la création de son cercle de partenaires et de l’organisation des événements de RP des entreprises. Une expérience très enrichissante et formatrice.

Puis, j’ai rejoint une start-up pour l’accompagner dans le lancement de son activité de production d’activités culturelles et d’événements artistiques pour enfants. Je me suis chargée du développement de son activité commerciale BtoC et BtoB, en lien avec des marques dans le cadre d’opérations événementielles, pendant 3 ans.

J’ai quitté cette structure en mars dernier pour rejoindre Lucie Marinier et Sandrina Martins, les co-directrices générales ainsi que la dynamique équipe du Carreau du Temple, et j’en suis ravie !

Mon poste revêt 2 aspects à la fois complémentaires et très différents dans leur temporalité d’actions et de tâches.

Je suis Responsable de projets événementiels et du développement. Concrètement, cela signifie que j’accompagne le client dans toutes les phases préparatoires et contractuelles de son événement: visite des espaces, émission de devis, contrats, négociation commerciale, anticipation des besoins, coordination administrative, respects des règles contractuelles, transmission des informations aux équipes internes, …en somme toutes les étapes de l’accueil d’un événement jusqu’à sa réalisation.

 Parallèlement aux projets événementiels, je développe l’activité partenariats/ mécénat auprès de marques ou d’entreprises, pour participer au financement des projets culturels produit par le Carreau du Temple et à son rayonnement dans le monde économique.

En effet, le modèle économique du Carreau du Temple est celui d’une SPL (société publique locale) nécessitant un taux d’autofinancement important à hauteur de 75% de son budget de fonctionnement. A travers ses projets et les acteurs qu’il sollicite, le Carreau du temple développe un nouveau mode de partenariat public-privé qui est innovant et pour lequel je suis fière d’agir !

  • Avez-vous une anecdote à nous faire partager sur vos années à la Sorbonne Nouvelle ?

Pour moi les années à la Sorbonne Nouvelle ont été de très belles années d’apprentissage, de liberté, d’accès à des contenus passionnants !

J’y ai fait également de très belles amitiés qui durent toujours 15 ans après …

  • Quels conseils donneriez-vous aux étudiant.e.s ?

L’université apporte un véritable souffle de liberté dans l’organisation qu’elle propose et une très grande autonomie. C’est ce qui m’a beaucoup plu, mais cela peut effrayer certains étudiants qui ne sont pas pro-actifs dans la gestion de leur temps.

Pour réussir, il faut faire preuve d’une rigueur personnelle dans le travail, de qualités d’organisation et profiter de cette liberté de temps pour « s’auto-former » à travers des stages, des jobs, des projets associatifs, des rencontres pro et essayer de développer son réseau professionnel, dès la 1ere année.

La dimension de « plaisir » doit aussi être présente pendant le cursus universitaire, d’autant plus dans un secteur créatif et culturel.

La vie active laisse moins de temps pour profiter de l’offre culturelle que propose l'université. Alors sortez au théâtre, allez écouter des concerts, voir des expos, pratiquez une activité culturelle, cultivez-vous, sortez, montez des projets, soyez bénévole dans une asso, bref… soyez actifs et PRO-FI-TEZ-EN !!

Toutes ces actions vont nourrir votre projet professionnel et votre culture personnelle, et enrichiront ainsi votre parcours.

Contactez Marianne Robino sur LinkedIn


Type :
Portrait
Contact :
Brigitte CHOTEL Chargée de Mission Relations Entreprises et réseau alumuni

mise à jour le 13 septembre 2017