Accueil >> Université >> Présentation >> Portraits

UFR Arts et Médias

Rencontre avec Johanna Musch, Etudiante en M2 Muséologie et Nouveaux Médias

le 26 avril 2016

Étudiante à la Sorbonne Nouvelle depuis cinq ans, Johanna évoque son parcours et revient avec nous sur le Master "Muséologie et nouveaux médias" proposé à l'université depuis 2 ans.

johanna.jpg
  • Johanna, pouvez-vous nous présenter votre parcours ?
Après un baccalauréat scientifique, je me suis orientée vers une licence en Médiation culturelle à la Sorbonne Nouvelle sans trop savoir où cela allait me mener. Ayant suivi le parcours Image, je me suis tout d’abord dirigée vers la photographie et son exposition. C’est par le biais de la photographie et mes stages dans ce domaine que j’ai commencé à m’ouvrir aux nouveaux médias, à l’univers des internets et du numérique. J’ai poursuivi le cursus de Médiation Culturelle en Master 1 en axant, cette fois, davantage mes cours vers la muséologie. J’ai cultivé mon intérêt naissant pour la muséologie/nouveaux médias en rédigeant un mémoire sur le crowdsourcing co-créatif au musée en prenant pour objet d’étude Museomix, un évènement annuel et international où des équipes aux profils divers (makers, communicants, graphistes, chercheurs, codeurs…) « hackent » le musée -  souvent en réalisant des dispositifs de médiation numérique inédits mais aussi souvent en réinventant les formules, en repensant les usages.
J’ai par la suite intégré le master « Muséologie et nouveaux médias » qui me permettait de poursuivre mon sujet de recherche et de bénéficier de cours spécialisés de qualité et de réaliser un stage de six mois permettant une transition entre monde universitaire et monde professionnel. Je suis aujourd’hui en stage au Palais de Tokyo où j’assiste la chargée de communication digitale sur la gestion des réseaux sociaux, de l’application mobile et du site internet.
 
Le Master 2 Muséologie et Nouveaux Médias est une formation encore très jeune - elle n’a aujourd’hui que deux ans - mais qui bénéficie d’un réel dynamisme insufflé par sa jeune équipe d’enseignants principalement constituée de professionnels du numérique au musée. L’effectif réduit du Master (i.e. promotion de 15 étudiant.e.s) et l’engagement de l’équipe enseignante permettent un accompagnement véritablement personnalisé de chaque étudiant.
L’accent est porté sur la professionnalisation des étudiants avec la participation à de nombreux évènements professionnels (tels que la « Museum Connections » ou les « Rencontres Numériques ») mais également avec la réalisation de projets en partenariat avec des musées tels que le Musée du Quai Branly où nous avons mené une enquête sociologique ou le Musée de Cluny pour lequel nous avons réalisé une application mobile.  Bien que professionnel, ce Master propose des séminaires de recherche d’une grande qualité avec notamment des partenariats avec l’Ecole du Louvre et le Museum d’Histoire Naturelle.
S’il est difficile de choisir quels enseignements m’ont le plus plu, celui qui m’a le plus marqué est « rencontres professionnelles » qui m’a permis d'échanger avec des professionnels du numérique au musée nullement avares en conseils et bonnes pratiques à suivre. Les enseignements en informatique m’ont également donné le goût du code !
 
  • Quel regard posez-vous sur votre formation à la Sorbonne Nouvelle ?
Etant à la Sorbonne Nouvelle en Médiation Culturelle depuis la licence, je dois avouer qu’il est parfois difficile de tenir le cap dans une formation proposant des enseignements aussi divers que l’Analyse de Séries TV ou l’Histoire des Mèmes. Mais avec le recul, la formation de Médiation Culturelle permet d’être particulièrement polyvalent et curieux, deux atouts non négligeable dans le monde de la culture. Le Master Muséologie et Nouveaux Médias s'il est professionnalisant apporte également d’excellents fondements pour poursuivre dans la recherche.
 
 
  • Et après votre master, quels sont vos projets ?
Après cette formation, j’aimerais renforcer mes compétences en développement informatique ainsi qu’en humanités numériques afin d’enrichir mon profil encore très orienté « art et muséologie ». J’envisage ainsi de poursuivre une année d’étude dans ces domaines.
J’aimerais également profiter de cette année supplémentaire pour m’intéresser davantage au mouvement maker et aux labs au sein d’institutions culturelles.
 
  • Quel est votre meilleur souvenir à la Sorbonne Nouvelle ?
Après cinq ans d’études à la Sorbonne Nouvelle, difficile de choisir ! Certainement les cours de critique historique qui m’ont profondément marquée et ont aiguisé mon sens critique. L’histoire est également un domaine qui me passionne ! Et le questionnement/positionnement d’historiens est particulièrement intéressant à adopter quand on souhaite travailler dans le domaine du musée et du numérique.
 
  • Quels conseils donneriez-vous aux étudiants de la Sorbonne Nouvelle ?
Le conseil que j’aimerais donner aux étudiants de la Sorbonne Nouvelle est de profiter de leurs années d’études pour cultiver leurs passions, leur curiosité et de saisir chacune des opportunités qui se présentent.
Je leur conseille également de garder de bons contacts avec les étudiants de leurs promotions : ils constituent votre premier réseau !

Type :
Portrait

mise à jour le 12 octobre 2016