Accueil >> Université >> Présentation >> Portraits

Insertion professionnelle, UFR LLCSE

Rencontre avec Bertrand Hauger, journaliste

le 17 octobre 2016

Actuellement journaliste, Bertrand Hauger a été diplômé il y a cinq ans du master 2 professionnel "Journalisme bilingue anglais-français". Il revient sur ce choix.

Bertrand Hauger.jpg
  • Pouvez-vous vous présenter ainsi que votre parcours académique ?

Bertrand Hauger, 29 ans. Deux ans de prépa littéraire à Besançon, puis un master 2 de littérature anglophone à Lyon 2. Sujet de mémoire : "Langues inventées, utopies linguistiques et traduction : le cas de la fragmentation de l'anglais dans Riddley Walker de Russell Hoban", au cas où ça intéresse quelqu'un.

Je redoutais un peu l'esprit poussiéreux des filières classiques ; le programme du master 2 m'a plu surtout par son côté pratique (presse écrite + radio + web, par des professionnels d'horizons variés). Et j'ai toujours rêvé de pouvoir dire que j'étais allé à la Sorbonne.
Nouvelle.
Soit.

  • Après votre diplôme, comment s'est passée votre insertion dans le monde professionnel ?

En douceur et volupté : comme bon nombre de mes conscrits, j'ai été embauché par l'un de mes deux stages de fin d'année — à Worldcrunch, un site qui sélectionne le meilleur de la presse mondiale et le traduit vers l'anglais. Je suis maintenant en CDI. Champagne !

  • Cela fait maintenant plusieurs années que vous avez passé votre diplôme remarquez-vous des changements dans votre manière de pratiquer le journalisme ?

J'ai passé mon diplôme il y a cinq ans. Et même si ça ne fait pas si longtemps que ça au final, c'est clair que l'avènement des réseaux sociaux a changé la donne.
J'ai eu l'occasion de goûter brièvement aux joies de la presse quotidienne régionale juste avant d'intégrer la formation ; et l'écart de pratique entre ce "journalisme à papa" et le journalisme en ligne est flagrant. Nota bene : il y a du bon à prendre dans les deux.
Reste que le rythme de production est incroyablement plus soutenu pour qui compte survivre à buzz-land. Le M2 donne un bon aperçu de la cadence exigée, surtout, pour ma part, les cours de radio.

  • Quels conseils donneriez-vous aux étudiant.e.s de la Sorbonne Nouvelle, notamment celles et ceux qui se destinent au métier de journaliste ?

Soyez polyvalents : venez faire un stage chez Worldcrunch, ça vous donnera un bon aperçu (minute autopromo).
And don't do drugs, kids. Sauf si vous postulez chez VICE.

 

Type :
Portrait
Contact :
Alice Bambaggi, service civique chargée du développement du réseau Alumni

mise à jour le 19 octobre 2016