Accueil >> Vie de campus >> Portraits

Rencontre avec Anna Etienne et Éloïse Le Guen, membres de l’équipe de production du Festival FIDE

le 1 avril 2015

Anna et Éloïse sont étudiantes en Master Pro Didactique de l'image. Elles reviennent sur leur implication au sein de l'organisation du Festival International du Documentaire Étudiant.

mms_img500926571[1].jpg
  • Pouvez-vous nous présenter vos parcours universitaire ?

Anna : Après une hypokhâgne et une khâgne spécialité Cinéma au lycée Chateaubriand de Rennes, j'ai fait une licence 3 Cinéma à la Sorbonne Nouvelle. Cette année, je suis le Master Pro Didactique de l'image car je m'intéresse à la pédagogie et à la transmission de l'expérience cinématographique.

Eloïse : J’ai suivi des études littéraires pendant deux ans puis me suis orientée vers une licence d’Arts du spectacle, spécialité Cinéma à l’université de Rennes 2. Cette année, je suis également le Master Pro Didactique de l’image.

 

Eloïse : Le documentaire est une forme cinématographique qui m’intéresse depuis des années. C’est en partie ce qui m’a poussé à suivre des études de cinéma. Arrivée sur Paris cette année, je souhaitais y découvrir le milieu associatif. J’ai donc intégré un groupe de visionnage de films étudiants en vue de la sélection pour le festival et je prépare la séance de projection du Pocket Fidé à la Sorbonne Nouvelle avec Anna et deux autres étudiantes.

Anna : Comme je m'intéressais beaucoup au cinéma documentaire, j'ai commencé, pendant mon année de licence, par participer aux ateliers de programmation que le festival propose aux étudiants des universités franciliennes. Pendant deux mois, on s'est réunis une fois par semaine pour visionner tous les films reçus : il y en avait 350 l'an dernier, et 600 cette année ! Cette expérience a été très riche : pendant les séances, on discute, on débat, on échange nos points de vue sur les films. Moins on est d'accord, plus c'est intéressant !
Voir ce que donnait tout ce travail une fois le festival venu, ça m'a aussi donné envie de m'investir davantage, et de fil en aiguille, j'ai participé à la production, à la communication, aux relations avec les universités partenaires... En ce moment, on prépare une projection à la Sorbonne Nouvelle, qui se déroulera le 2 avril, suite à laquelle on animera un atelier d'écriture critique.
 
  • Que vous apporte cette expérience ? Pourquoi avez-vous choisi de vous engager dans ce projet ?

Anna : Justement, le fait que l'on puisse toucher à tous les domaines d'activité est très formateur. On apprend en faisant, dans une atmosphère conviviale où tout le monde est le bienvenu. J'ai appris des choses que je ne pensais pas pouvoir faire. Je ne connaissais rien à la production, ça me faisait même un peu peur, et maintenant je sais lire et monter un budget ! Et puis préparer un festival, c'est une certaine adrénaline, c'est un rythme stimulant. L'esprit d'équipe est très présent, c'est aussi ce qui est motivant.
 
  • Quels sont vos projets futurs ?

Eloïse : Je souhaite créer une association proposant des séances de cinéma gratuites sur un modèle itinérant. J’aimerai pouvoir mettre en avant le documentaire, le cinéma expérimentale mais aussi des genres sous-estimés comme la science-fiction et ce, dans un lieu convivial et ouvert à d’autres initiatives.

Anna : Je me laisse le temps de terminer mon Master pour le déterminer, mais les questions de pédagogie et de transmission m'intéressent beaucoup, également dans d'autres domaines que le cinéma.
 
  • Un conseil à donner aux étudiants de la Sorbonne Nouvelle ?

Eloïse : Ne pas avoir peur de changer de direction si on veut se lancer sur une voie qui nous passionne et ne pas hésiter à se nourrir de plusieurs disciplines, pour confronter les axes de réflexion sur un sujet. Ne pas rester figé dans la sienne.

Anna : Je suis d'accord avec Eloïse, et j'ajouterais que les activités associatives sont un bon moyen pour cela. On y découvre des choses auxquelles on ne pensait pas forcément, qui donnent aussi du sens à ce qu'on apprend ou alors qui nous font prendre du recul sur nos études et parfois changer de direction. Il ne faut pas hésiter à pousser la porte d'une association dont les projets nous plaisent ou nous inspirent.

Type :
Portrait
Contact :
Sous-direction de la Communication

mise à jour le 22 septembre 2015