Accueil >> Université >> Présentation >> Portraits

Rencontre avec Alexandre Navarro

le 22 juin 2012

Alexandre est Doctorant en première année d’Histoire Culturelle à l’Université Sorbonne Nouvelle et boursier de l'Académie Française.

alexandre_navarro.jpg
Alexandre, pouvez-vous vous présenter ?

Doctorant en première année d'Histoire Culturelle à l'Université Sorbonne Nouvelle, mon parcours universitaire a débuté en licence «Histoire, Histoire de l'Art et Archéologie » à l'Université Bordeaux 3 Michel de Montaigne et s'est poursuivi en master « Etudes Européennes » à l'Université Paris 3. Je m'intéresse aux transferts et migrations culturels au sein des sociétés contemporaines dans le cadre de la mondialisation. Je porte une attention particulière à la circulation des savoirs et aux réseaux de coopérations culturelles entre l'Est et l'Ouest européens.
Passionné par le langage de l'art, je produis et expose des œuvres de différents médias incluant notamment la photographie ou la musique. J'ai été soutenu par l'Université Bordeaux 3, l'Université Paris 3, le C.R.O.U.S., le Ministère de la Jeunesse et des Sports et le Service Culturel de l'Ambassade d'Ukraine de Paris.

Pouvez-vous présenter votre projet de recherche ?

L'étude des transferts culturels en histoire contemporaine nécessite une réflexion sur la gouvernance globale des politiques culturelles. Aussi mon projet de recherche est en chantier sur plusieurs années afin de présenter une Histoire Culturelle mondialisée. Mon étude se veut un panorama de l'évolution des coopérations culturelles et de l'apparition de nouveaux modèles sociaux dans le contexte de globalisation. Notre programme de recherche entend apporter des éléments d'évaluation sur les forces et faiblesses des politiques culturelles en Europe et fournir des éléments de réflexion comparative afin d'analyser les enjeux de l'actuelle mondialisation culturelle. Il s'agit en effet de mettre en évidence les dynamiques qui donnent sens à une évolution, entre ruptures et transferts. La rédaction de cette thèse m'amènera à mieux comprendre l'environnement de la production intellectuelle et de la circulation des savoirs dans le cadre de la globalisation.

Vous avez effectué plusieurs voyages et stages en rapport avec vos domaines de recherche, comment se sont-ils déroulés ? Quel bénéfice en tirez-vous ?

Mon projet de recherche de thèse s'insère dans un programme de recherche plus large du laboratoire d'accueil - ICEE - Intégration et Coopération dans l'Espace Européen, sous la direction de Marie-Claude Esposito et rattaché à l'Ecole Doctorale dirigée par Christine Savinel  - EDEAGE - Etudes Anglophones, Germanophones et Européennes, dont je suis élu membre du Conseil de Gestion.
Je travaille sous la direction de Svetla Moussakova, spécialiste en Histoire Culturelle contemporaine et en Etudes Européennes. De plus, je participe aux séminaires d'Histoire Culturelle organisés par l'Ecole Normale Supérieure de Paris.
Je peux faire valoir une expertise des politiques culturelles au sein d'organismes prestigieux lors de stages à la Commission française pour l'UNESCO et à l'Alliance française de Bruxelles-Europe en charge des projets culturels EUNIC (European Union National Institutes for Culture). Durant ces stages, j'ai pu fournir un travail de réflexion et de conseil auprès de groupes d'experts internationaux et participer au  montage et au suivi de projets culturels européens. Aussi j'ai pu solliciter l'avis et l'expertise de plusieurs personnalités afin d'orienter mes perspectives de recherches doctorales. Bien évidement, des foisonnements d'idées à exploiter sont ressortis de cette expérience!
Enfin, de nombreux voyages d'échanges et de recherches ont permis d'approfondir mes connaissances des cultures européennes. Dernièrement, avec la bourse de mobilité de l'école doctorale, j'ai réalisé un séjour d'étude en Pologne avec au programme : recherche à l'Université de Varsovie et étude de terrain des réseaux culturels et diplomatiques de Varsovie, Cracovie et Lodz.


Vous êtes boursier de l'Académie Française, en quoi consiste cette bourse, pourquoi l'avoir sollicitée ?

La bourse Jean Walter Zellidja de l'Académie Française m'offre l'opportunité d'approfondir mes recherches et de donner des cours au sein du laboratoire  des « Politiques Publiques » de la Nouvelle Université Bulgare à Sofia. Antoniy Galabov, en tant que directeur du laboratoire et professeur en Sociologie Politique et de la Culture, coordonnera mes recherches sur place. Cela implique ma participation aux séminaires, aux colloques ainsi qu'aux activités de recherches et d'enseignement du laboratoire.

Ce voyage de recherche doit permettre de multiplier les échanges entre les différentes problématiques et de favoriser la coopération entre nos deux laboratoires.  En effet, mon programme de recherche a pour objectif de favoriser des études comparées dans l'espace européen et de renouveler les approches, notamment à travers le dialogue entre les différentes disciplines ainsi que par des approches comparatives des concepts.  Nous profiterons de cet échange pour proposer une réflexion sur l'histoire des disciplines plus spécifiquement dévolues à l'étude des cultures.  Ce projet de mobilité invite très clairement à des synergies interdisciplinaires entre politique publique, étude culturelle et histoire contemporaine. Notre programme d'étude comprend également une large enquête de terrain avec des entretiens des acteurs des milieux culturels et intellectuels. Afin de mieux comprendre les processus à l'œuvre, notre étude s'attachera à identifier les agents et à explorer leurs rôles sociaux et culturels.

Quels messages souhaitez-vous adresser aux étudiants qui arrivent à l'université ?

Etudier à  la Nouvelle est une chance. Une chance de profiter des réseaux et des associations d'étudiants ouverts et dynamiques comme le BDP3 (Bureau des Doctorants de Paris 3). Une chance de jouir de Paris et de son éclat culturel, la gratuité des musés publics pour tous les moins de 26 ans est une opportunité à ne pas rater !

Type :
Portrait
Contact :
Sous-Direction de la Communication : Brigitte Chotel / Marcelline Guiffan

mise à jour le 25 juin 2012