Accueil >> Recherche >> Actualités >> Colloques - journées d'études

Recherche

Quelles universités et quels universalismes demain en Europe ? Un dialogue avec les Amériques

du 10 juin 2010 au 11 juin 2010

Colloque international

Lieux : Institut des Hautes Etudes de l'Amérique Latine, 28 rue Saint-Guillaume, Paris 7ème / Maison de l'Amérique Latine
Organisatrice : Capucine Boidin - FRE 3223 CREDAL (ED 122)
Contact : capucine.boidin@gmail.com

Programme [PDF - 1 Mo]

Présentation

La crise que vivent les Universités françaises et plus largement européennes ne vient pas uniquement des pressions engendrées par le processus de Bologne. Elle vient également d'un essouflement du modèle universitaire et de l'universalisme nés des Lumières. De fait les critiques internes envers les savoirs et le rapport aux savoirs pratiqués dans les universités ne sont pas nouvelles (Foucault, Bourdieu, Lyotard, Latour...). Toutefois, depuis une dizaine d'années, le modèle de l'Université kantienne-humboldtienne (« la science par et pour la science », détachée de la théologie ; caractère encyclopédique des recherches ; figures du chercheur enseignant et de l'étudiant-chercheur) est aussi largement interrogé et critiqué par les penseurs postcoloniaux asiatiques, latino-américains, nord-américains et européens. En particulier, les auteurs latinoaméricains, qui préfèrent se dire dé-coloniaux que post-coloniaux, interrogent l'eurocentrisme, voire le racisme et le sexisme épistémiques qui guident certaines pratiques de l'institution universitaire en Europe et en Amérique latine. Ils parlent d'eurocentrisme, de racisme et de sexisme épistémiques lorsque seules les idées élaborées à partir des traditions occidentales et publiées par des hommes européens ou euro-américains sont considérées comme étant capables d'universalité. Plus profondément, ils questionnent la volonté de savoir encyclopédique totale, en particulier anthropologique, qui si elle relève d'une démarche de connaissance des « autres » n'aboutit pas à leur pleine reconnaissance comme sujets et auteurs. Or cette critique ne conduit pas nécessairement à un relativisme étroit et à l'abandon de toute recherche universelle. Au contraire, l'intérêt des dernières réflexions des penseurs latino-américains postcoloniaux est qu'ils soulignent la nécessité d'un processus de réflexion universelle qui se construise par le dialogue entre chercheur(e)s issus d'horizons épistémiques pluriels. Il est frappant de constater que les réformes proposées par le processus de Bologne n'affrontent précisément pas les critiques internes et externes de l'Université. Au contraire, elles renforcent le désenchantement du monde universitaire. Pourtant le potentiel de renouvellement des universités françaises et européennes est considérable. En particulier en s'ouvrant plus résolument dans des dialogues inter-épistémiques où l'enjeu serait de construire une nouvelle écologie des savoirs. Loin de se cantonner à un relativisme mou et par défaut, ou à des "petits récits", l'objectif serait de rechercher des savoirs universels, mais en passant par la mise en place de dialogues horizontaux entre traditions de pensées différenciées. Réformer l'université en recherchant un universalisme moins provincial et plus ouvert implique une refonte profonde de nos manières de penser et de nos découpages disciplinaires. C'est la raison pour laquelle ce colloque se propose d'entamer le dialogue avec d'autres traditions de pensée, en particulier latino-américaines et d'autres expériences comme les universités indigènes latino-américaines. En effet, si les « Corporate University » des États-Unis sont érigés en modèle à partir des années 1970, l'Amérique latine va très rapidement s'en saisir et les multiplier dans les années 1980, tout en ouvrant la possibilité à des Universités autonomes et indigènes de se constituer. Autrement dit, l'analyse et la discussion des transformations universitaires que connaissent d'une part le continent américain depuis quatre décennies et l'Europe depuis une dizaine d'années devraient nous permettre de mieux comprendre la situation que nous traversons et de mieux penser l'université européenne de demain


 


Type :
Colloque / Journée d'études

mise à jour le 9 juin 2010