Presse de la recherche >> Commonwealth

Prix Jacqueline Bardolph

Information sur le prix de thèse

Le Prix Jacqueline Bardolph a été institué par la Société d’Étude des Pays du Commonwealth (SEPC) et décerné pour la première fois en 2002. Il s’agissait à la fois d’honorer la mémoire de l’ancienne présidente de la société, décédée prématurément en 1999, et d’encourager la jeune recherche. Le Prix, qui est géré par la SEPC, est ainsi attribué tous les deux ans à la meilleure thèse soutenue en France dans le domaine des études postcoloniales.

Le Professeur Jacqueline Bardolph a présidé la SEPC de manière marquante dans les années 1990. Elle avait pris un poste au département d’anglais de l’Université de Nice en 1975, où elle devint professeur jusqu’à sa retraite en 1998. En 1981 elle a soutenu une thèse de doctorat sur le roman anglophone d’Afrique de l’est. Elle a ensuite publié Ngugi wa Thiong’o : l’homme et l’oeuvre (Présence africaine, 1991), et avec Denise Coussy, Jean-Pierre Durix et Jean Sévry, l’Anthologie critique de la littérature africaine Anglophone : le roman et la nouvelle (10/18, 1983). Elle a écrit plusieurs chapitres pour les ouvrages The Writing of East and Central Africa (ed. Doug Killam, Heinemann, 1984) et New Fictions in English from Africa (Jacqueline Bardolph, Denise Coussy, and André Viola, Rodopi, 1998). Elle a consacré beaucoup d’attention à l’oeuvre du somalien Nuruddin Farah et a traduit en français From a Crooked Rib (1970) / Née de la côte d’Adam (Le Serpent à plumes, 2000), ainsi que la trilogie « Blood in the Sun » : Maps (1986) / Territoires (Le Serpent à plumes, 1995), Gifts (1993) / Dons (Le Serpent à plumes, 1998), et Secrets (1998) / Secrets (Le Serpent à plumes, 1999). Outre la littérature africaine, elle avait aussi une solide connaissance des différentes littératures postcoloniales en anglais, qu’elle a amplement contribué à faire connaître.

  

The Prix Jacqueline Bardolph was created by the Society of Commonwealth Studies (Société d’Étude des Pays du Commonwealth / SEPC) and awarded for the first time in 2002. The goal was both to honour the memory of the former president of the society, who died prematurely in 1999, and to encourage young researchers. The Prize, which is administered by the SEPC, is thus granted every other year to the best doctoral thesis defended at a French university in the field of postcolonial studies.

Professor Jacqueline Bardolph chaired the SEPC in the 1990s with much success. She had taken up a post in the English Department at the University of Nice in 1975 and became a professor there until her retirement in 1998. She defended her doctoral thesis on the Anglophone East African novel in 1981, and then published Ngugi wa Thiong’o : l’homme et l’oeuvre (Présence africaine, 1991), and together with Denise Coussy, Jean-Pierre Durix and Jean Sévry, the Anthologie critique de la littérature africaine Anglophone : le roman et la nouvelle (10/18, 1983). She contributed major chapters to The Writing of East and Central Africa (ed. Doug Killam, Heinemann, 1984) and to New Fictions in English from Africa (Jacqueline Bardolph, Denise Coussy, and André Viola, Rodopi, 1998). She devoted a lot of attention to Nuruddin Farah’s work and translated into French From a Crooked Rib (1970) / Née de la côte d’Adam (Le Serpent à plumes, 2000), as well as his “Blood in the Sun” trilogy: Maps (1986) / Territoires (Le Serpent à plumes, 1995), Gifts (1993) / Dons (Le Serpent à plumes, 1998), and Secrets (1998) / Secrets (Le Serpent à plumes, 1999). Apart from African literature, she also had a solid overall knowledge of the different postcolonial literatures in English, which she was eager to promote.

texte rédigé par Christine Lorre-Johnston, avec le concours de Jean-Pierre Durix, mis en ligne en janvier 2018, révisé le 11 septembre 2020 / written by Christine Lorre-Johnston, with the help of Jean-Pierre Durix, published online in January 2018, last update 11 September 2020


 

Le prochain Prix Bardolph sera décerné en 2023. Le jury examinera les dossiers dont les thèses auront été soutenues entre le 8 janvier 2021 et décembre 2022 (la date butoir exacte sera précisée ultérieurement). Le dossier, à envoyer en version électronique uniquement, sera constitué de trois pièces: un CV, la thèse, et le rapport de thèse. La présidente du jury, Salhia Ben-Messahel, publiera les précisions nécessaires en temps voulu sur la messagerie de la SAES. D'ici là, si besoin, elle est joignable à l'adresse mél suivante: salhia.benmessahel@univ-tln.fr


Prix Bardolph 2021
(thèses soutenues entre le 1er janvier 2018 et le 8 janvier 2021) :
Jury: Salhia Ben-Messahel (Université de Toulon), présidente du jury et secrétaire de la SEPC; Deirdre Gilfedder (Université Paris-Dauphine), vice-présidente de la SEPC; Matthew Graves (Université Aix-Marseille); Gilles Teulié (Université Aix-Marseille) et Kerry-Jane Wallart (Université d'Orléans), trésorière de la SEPC.

Lauréate : Marine Bellégo, "Enraciner l'empire. Les multiples vies du jardin botanique de Calcutta, c. 1860–c. 1910" (EHESS, Centre Alexandre-Koyré, 22 novembre 2019). Dir. Inès Županov (Dir. de recherche, CNRS). 22e section du CNU.

2e prix : Virginie Bernard, "Quand l'État se mêle de la 'tradition': La lutte des Noongars du Sud-Ouest australien pour leur reconnaissance" (EHESS, 11 juin 2018). Dir Laurent Dousset (Dir. de recherche, EHESS / PSL). 11e et 20e sections du CNU.

3e prix : Pauline Amy de la Bretèque, "Vers une poétique féminine de la créolisation : une pensée caribéenne et diasporique et la littérature de Jean Rhys, Paule Marshall, Michelle Cliff, Olive Senior et Jamaica Kincaid" (Sorbonne université, 25 septembre 2020). Dir. Pr. Alexis Tadié. 11e section  du CNU.


Prix Bardolph 2018 (thèses soutenues en 2016 et 2017) :

Jury : Gilles Teulié, vice-président de la SEPC (président du jury) ; Fiona McCann, présidente de la SEPC; Christine Lorre-Johnston, vice-présidence de la SEPC; Salhia Ben-Messahel, Claire Omhovère, Martine Piquet, Kerry-Jane Wallart et Philip Whyte.

Lauréate: Anne-Sophie Letessier, "Paysage(s): l'écriture et l'image dans l'oeuvre romanesque de Jane Urquhart" (Université Paul Valéry-Monpellier, 2016). Dir. Pr. Claire Omhovère. 11e section  du CNU.

2e prix, ex-aequo:
- Giuseppe Sofo, "The Literary Multiverse: Revision, Rewriting and Translation in Aimé Césaire's and Derek Walcott's Drama" (Université d'Avignon, 2017). Co-dir. Magadalena Gonzales et Pr. Maria Antonietta Saracino (Università di Roman La Sapienza). 10e section du CNU.
- Valentine Prévot, "L'aventure du masculin: les aléas de la création d'une masculinité idéale dans le roman d'aventures britanniques pour garçons, 1830-1860" (Université Paris Diderot, 2016). Dir. Sarah Thornton. 11e section du CNU.
 

Prix Bardolph 2016 (thèses soutenues entre le 1er septembre 2013 et le 31 décembre 2015) :

Jury : Gilles Teulié, vice-président de la SEPC (président) ; Claire Omhovère, présidente de la SEPC ; Christine Lorre-Johnston, Martine Piquet, Kerry-Jane Wallart et Philip Whyte.

Lauréate : Sneharika Roy, “The migrating muse: conventions, contraventions, and complicities in the transnational epics of Herman Melville, Derek Walcott and Amitav Ghosh” (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, 2013). Co-tutelle Pr. Marta Dvorak et Pr. Neil Ten Kortenaar (University of Toronto). 11e section du CNU.
Lien vers l'ouvrage publié tiré de la thèse.

2e prix : Annael Lepoullennec, « L’espace post-apartheid dans le cinéma sud-africain : état des lieux de la fiction (2000-2010) » (Université Aix-Marseille, 2013). Co-dir. Pr. Gilles Teulié et Pr. Anne-Marie Paquet-Deyris (Université Paris-Nanterre). 11e section du CNU.

3e prix (ex-aequo) :
- Aurélie Journo, « Kwani ? : agent de renouvellement de la vie littéraire kényane ? Première approche d’une revue littéraire contemporaine » (Université François Rabelais-Tours, 2014). Dir. Pr. Philip Whyte. 11e section du CNU.
- Simon Deschamps, « Franc-maçonnerie et pouvoir colonial dans l’Inde britannique (1730-1921) » (Université Bordeaux-Montaigne, 2014). Dir. Pr. Cécile Révauger. 11e section du CNU.


Prix Bardolph 2014 (thèses soutenues entre le 30 juin 2011 et le 30 juin 2013) :

Président du jury : Gilles Teulié, vice-président de la SEPC.

Lauréate : Marie-Bénédicte Rey, « La destinée asiatique de l’Australie » (Université Paris-Sorbonne, 2012). Co-tutelle Pr. Franck Lessay et Pr. Robert Edward Elson (University of Queensland). 11e section du CNU.


Prix Bardolph 2012 (thèses 2009, 2010, 2011) :

Jury : Gilles Teulié, vice-président de la SEPC (président) ; Claire Omhovère, présidente de la SEPC ; Christine Lorre-Johnston, Martine Piquet, Francine Tolron, Kerry-Jane Wallart et Philip Whyte.

1er prix ex æquo :
- Marilyne Brun, “Playful ambiguities : Racial and Literary Hybridity in the novels of Brian Castro” (Université de Toulouse-le Mirail, 2010). Co-tutelle Pr. Xavier Pons et Pr. Jennifer Rutherford (The University of Melbourne). 11e section du CNU.
- Cécile Perrot, « L’enseignement supérieur en Afrique du Sud (1994-2004) une transformation réussie » (Université Aix-Marseille, 2010). Dir. Pr. Gilles Teulié. 11e section du CNU.


Prix Bardolph 2009 (thèses 2006, 2007, 2008) :

Président du jury : Richard Samin, secrétaire général de la SEPC.

Lauréate : Mathilde Rogez, « La Frontière dans les romans de Mark Behr et de J. M. Coetzee » (Université Paris 10-Nanterre, 2008). Dir. Pr. Claire Bazin. 11e section du CNU.

2e prix : Suhasini Vincent-Prabakar, « Ecritures métafictionnelles : la fiction anglo-indienne mimétique des écrivains des communautés indiennes et internationales » (Université Sorbonne-Nouvelle - Paris 3, 2006). Co-tutelle Pr. Marta Dvorak et Pr. Chitra Krishnan (University of Madras). 11e section du CNU.

3e troisième prix : Estelle Castro, « Tradition, création et reconnaissance dans les littératures aborigènes australiennes des 20e et 21e siècles » (Université Sorbonne-Nouvelle - Paris 3, 2007). Co-tutelle Pr. Marta Dvorak et Pr. David Carter (University of Queensland). 11e section du CNU.


Prix Bardolph 2006 (thèses 2004, 2005) :

Président du jury : Richard Samin, secrétaire général de la SEPC.

Lauréate : Kerry-Jane Wallart, « La poétique du trickster dans le théâtre de Derek Walcott : la référence en jeu » (Université Paris Sorbonne, 2005). Dir. Pr. Elizabeth Angel-Perez. 11e section du CNU.


Prix Bardolph 2004 (thèses 2002, 2003) :

Présidente du jury : Marta Dvorak, présidente de la SEPC.

Lauréate : Marie-Jeanne Gauffre, « Tissage et métissages : dualité et totalité dans l’œuvre poétique et romanesque de Kojo Laing » (Université Toulouse 2, 2003). Dir. Pr. Christiane Fioupou. 11e section du CNU.


Prix Bardolph 2002 (thèses 2000, 2001) :

Présidente du jury : Marta Dvorak, présidente de la SEPC.

Lauréat : Guillaume Cingal, « La dualité dans l’oeuvre de Nuruddin Farah » (Université de Bourgogne, 2001). Dir. Pr. Jean-Pierre Durix. 11e section du CNU.

2ème prix : Laurent Batut, « L’Église de Rome, entre intégration, nationalismes et multiculturalisme : l’exemple du diocèse de Toronto (1842-1930) » (Université Paris 3, 2000). Dir. Pr. Jean-Michel Lacroix. 11e section du CNU.


mise à jour le 13 septembre 2021