Accueil >> Université >> Présentation >> Portraits

Portrait de Nicolas Allard, professeur agrégé, doctorant et romancier

le 12 mars 2015

Professeur agrégé de lettres modernes, Nicolas Allard actuellement en thèse à la Sorbonne Nouvelle a publié son premier roman en mai 2014. Il présentera ce dernier lors de l'événement Créatifs pendant la thèse : ils l'ont fait !

P1020319.JPG
  • Pouvez-vous vous présenter ? 

Je suis professeur agrégé de lettres modernes, et enseigne à la Sorbonne Nouvelle depuis l'année 2011. Originaire de Megève, j'ai quitté la Haute-Savoie à dix-huit ans afin d'entrer en classe préparatoire littéraire au lycée Lakanal, à Sceaux. J'ai ensuite poursuivi mes études à la Sorbonne Nouvelle, en obtenant une double Licence lettres modernes - langue et littérature italiennes, puis un Master de lettres modernes et enfin l'agrégation. Je suis actuellement en troisième année de contrat doctoral à la Sorbonne Nouvelle.

 

  • Quel est l'objet de vos recherches et sur quoi porte votre thèse ?

Je consacre ma thèse à l'étude du récit court dans l'œuvre de Stendhal. La Chartreuse de Parme est mon roman de prédilection, et je souhaitais depuis longtemps mieux connaître les textes de l'écrivain grenoblois. Après un mémoire de Master 2 sur la nouvelle stendhalienne, je voulais poursuivre les réflexions nées de mes recherches. Stendhal est souvent présenté comme un romancier, alors qu'il fut également un nouvelliste de talent. Ma thèse a notamment pour but de montrer l'intérêt du récit court stendhalien, et les liens forts entretenus entre textes brefs et textes longs dans son œuvre.
 

  • Pouvez-vous nous dire quelques mots sur la genèse de votre premier roman, publié en mai 2014 ?

J'écris des textes fictifs depuis le lycée, mais je n'avais jamais eu le temps de mener à bien un projet d'envergure. J'avais depuis plusieurs années une histoire en tête, qui a beaucoup mûri et évolué au fil du temps. Pendant l'été 2012, j'ai commencé à écrire Projet Cosmogonia, d'abord de manière épisodique, puis de manière plus régulière. Je l'ai achevé au début de l'année 2014. En écrivant ce premier roman, je voulais proposer un texte formellement différent. Je me suis pour cela inspiré des réseaux sociaux et de l'univers des jeux vidéo : je crois en effet que la littérature peut poursuivre sa nécessaire évolution en s'inspirant intelligemment des nouveaux modes de communication. Projet Cosmogonia est un roman épique et futuriste, dans lequel prennent place des réflexions politiques et philosophiques sur notre rapport à l'autre et à la mortalité.
 

  • Vous êtes sur le point de publier un deuxième roman et avez commencé l'écriture du troisième : pouvez-vous nous en dire plus ?

Mon deuxième roman raconte l'histoire d'un sportif de haut niveau qui vient de prendre sa retraite. Alors qu'il est encore jeune, il n'a déjà plus la nécessité de travailler, ayant gagné suffisamment d'argent pendant sa carrière. Il est alors confronté à un vide existentiel, contre lequel il essaie de lutter. Trouver une échappatoire s'avère toutefois compliqué. Mon troisième roman est en cours d'écriture. Il s'agit d'un conte philosophique, qui s'intéresse à la question de la mémoire et de l'identité. Ce texte devrait être le plus poétique de tous ceux que j'ai écrits jusqu'à maintenant.

 

  • Comment conciliez-vous vos activités de recherche et votre casquette d'écrivain ?

Je pense que ces deux types d'activités sont parfaitement compatibles. Il convient simplement de bien définir les moments consacrés à la recherche et ceux consacrés à l'imaginaire. Écrire des textes fictifs pourrait sembler entrer en contradiction avec mes activités de recherche, mais il n'en est rien. Je dirais même que j'effectue mes recherches avec plus d'efficacité depuis que j'ai une activité d'écriture régulière.
 

  • Quels sont vos projets ?

Je viens d'être nommé professeur de lettres modernes en classe préparatoire. Enseigner en classe préparatoire était mon objectif, et je suis donc ravi de cette nomination, d'autant qu'il est rare d'obtenir ce type de poste avant trente ans. Je compte terminer ma thèse dans les mois qui viennent, puis me consacrer au mieux à mes fonctions en CPGE, tout en poursuivant mes activités d'écriture. Je vais également connaître une nouvelle expérience professionnelle cette année, en devenant membre du jury du CAPES externe de Lettres.

 

  • Quels conseils donneriez-vous aux étudiants de la Sorbonne Nouvelle ?

Je pense qu'il est très important pour eux de comprendre que les professeurs de la Sorbonne Nouvelle sont là pour les aider dans leur parcours et leur orientation professionnelle. Je ne peux donc que les encourager à être le plus attentif possible aux différents conseils dispensés tout au long du semestre. Les professeurs de la Sorbonne Nouvelle ont de grandes qualités intellectuelles et humaines, et leur parole doit de fait être écoutée avec une réelle attention. Je profite du reste de cet entretien pour remercier tous les professeurs qui m'ont accompagné pendant l'ensemble de ma scolarité dans cette université. Leur bienveillance et leurs excellents conseils m'ont beaucoup apporté toutes ces dernières années. Il serait malheureusement trop long de tous les citer ici, mais je sais qu'ils se reconnaîtront dans mes propos. Qu'ils soient assurés de toute ma gratitude et de toute mon amitié.


Type :
Portrait
Contact :
Sous-direction de la Communication

mise à jour le 10 septembre 2015