Clesthia >> CLESTHIA

Opération "Quelles catégories pour quelles(s) sémantique(s)?"

Responsables: Bernard Bosredon, Georgeta Cislaru, Dominique Legallois

La question du sens est transversale à de nombreuses problématiques linguistiques et reste tributaire de la diversité des approches théoriques l’abordant (Tamba 2005). La présente opération vise à apporter des éclairages nouveaux en confrontant les retombées des recherches menées en analyse de discours, linguistique de corpus, sémantique des affects, etc. aux catégories opératoires de la sémantique comme le sens commun, la catégorisation, l’identification, le figement...

Le projet s’organise autour de plusieurs objets empiriques et théoriques:

  • Poursuivre la réflexion concernant les manières dont s’articulent dans les processus de nomination/catégorisation des opérations conçues comme contradictoires: d’une part, des opérations d’identification permettant de distinguer un référent unique par son nom, d’autre part des opérations permettant le regroupement des référents sous un même terme unique (par caractérisation ou classement). On sera amenés à confronter les systèmes de catégorisation et d’identification des entités uniques en opposant des ensembles construits et normés à des processus de productions spontanées. On posera la question de savoir si le champ dénominatif peut être ou non l’objet d’une théorie unifiée.
  • Le concept de sens commun condense la question de l’intercompréhension, centrale en sémantique. Sous ses diverses lectures possibles –co-construction, cliché, convention, intersubjectivité, partage, présupposé communautaire, socialisation, etc., mais aussi préconstruit, adaptation, ajustement, pertinence (appropriateness) –le sens commun évoque l’expérience du partage du sens et des interprétations, de la mise en commun de significations, sur un large spectre allant des équivalences sémantiques au contexte de l’échange linguistique. Il devient dès lors utile de tenter une modélisation opératoire du sens commun tout en précisant son périmètre.
  • Enfin, on interrogera le périmètre des catégories et objets d’analyse sémantique, entre continuum et traits prototypiques: quels paramètres linguistiques permettent de considérer (ou non) les noms ou les verbes d’affect comme des catégories sémantiquement homogènes? Quelle est la part de la sémantique dans la définition de catégories comme les préfabriqués ou les préconsrtuits? Quelles sont les conditions pour appréhender la sémantique des unités autres que lexicales, en l’occurrence les schémas syntaxiques?


Livrables

  • Journée d’étude 2017, Approches linguistiques du sens commun, Université Sorbonne nouvelle et Université Paris Diderot.
  • Colloque international, 2019 ou 2020, Quelles catégories pour quelle(s) sémantique(s)?

 
Publications

  • Bosredon Bernard, en préparation, Catégorisation, identification, dénomination.
  • Cislaru, Georgeta, Nyckees, Vincent (éds), à paraître, Le partage du sens. Approches linguistiques du sens commun. Londres, ISTE Editions.
  • Legallois, Dominique, à paraître, Sémantique de la construction transitive en français. Londres, ISTE Editions.

 

Collaboration

HTL (Université Paris Diderot), IEL (Université de Campinas, Brésil)

Équipe: B. Bosredon, G. Cislaru, D. Legallois (membres) ; C. Aubanelle, F. Farzanegan, Tag Mohamed Khaled, Y. Kurihara, T. Roungtheera, M. Sfeir, K.-M. Shim (doctorants)


mise à jour le 28 janvier 2018