Clesthia >> CLESTHIA >> Activités scientifiques

Opération "Pratiques langagières en milieu urbain"

Responsable: Michelle Auzanneau

  • Contexte
Les pratiques langagières des citadins sont liées tant par leurs formes que par leurs symbolismes aux caractéristiques et à l’organisation sociale des villes et à leurs dynamiques sociolinguistiques. La diversité et mobilité culturelle, socio-économique et relationnelle, certaines formes de regroupements des locuteurs, l’importance des contacts langagiers sont, par exemple, autant de spécificités urbaines (Agier, 1999). Les études de sociolinguistique urbaine qui se sont particulièrement développées ces deux dernières décennies ont montré que les pratiques langagières des citadins sont à la fois révélatrices et productrices de certaines réalités urbaines (Calvet L.-J. et A. Moussirou-Mouyama, 2000, Eckert, 2004) et de dynamiques plurilingues (Mondada et Nussbaum, 2012).
Notre projet s’inscrit dans le prolongement d’études réalisées dans ce domaine par les membres de l’équipe, portant sur les pratiques langagières de groupes de citadins réunis autour d’activités particulières, au sein d’espaces sociolinguistiques divers, en France, ou en Afrique (Auzanneau, 2009, Auzanneau, 2002, Auzanneau et Juillard, 2012, Auzanneau, Juillard, Leclère, 2012, travaux ANR Gadet et al. (coor.) 2010-2014, Candea 2012). Il s’agit d’approfondir les descriptions et analyses qui mettent en évidence l’interrelation entre la ville, les regroupements de locuteurs, les espaces et la construction discursive du sens dans la dynamique interactionnelle et plurilingue. Adoptant le point de vue du locuteur en train d’agir avec la langue et optant pour une démarche ethnographique, nous nous intéressons à l’exploitation et à production interactionnelle de ressources langagières formelles et symboliques, incluses au sein d’ensembles signifiants plus vastes, pour produire du sens.
Notre attention se portera donc sur la façon dont les locuteurs emploient leurs ressources lexicales, syntaxiques, morphologiques, phonétiques et prosodiques, discursives et non verbales dans la dynamique interactionnelle. La variabilité, du point de vue de la divergence mais aussi de la convergence des pratiques nous intéresse. Les processus discursifs et interactionnels de production/reproduction de frontières sociolinguistiques -donnant à entendre, notamment, des "variétés", "des styles", des "parlers" et fondant la différenciation et la catégorisation sociale- ou encore leur effacement au travers des phénomènes de contacts dans la langue ou entre les langues (alternances, mélanges) sont notamment au coeur de nos interrogations.
Notre réflexion s’inscrira dans le cadre de travaux de terrain -en cours ou en projet- portant sur la variabilité monolingue ou plurilingue de pratiques langagières de locuteurs regroupés au sein d’espaces d’activité divers, en France.

  1. Nous prolongerons ainsi l’étude des pratiques langagières de locuteurs réunis au sein de groupes de jeunes pairs urbains en Ile de France, montrant l’interrelation entre l’environnement plurilingue et pluriculturel urbain, les espaces de regroupements et les formes et significations de la variabilité langagière en interaction.
  2. Nous déclinerons, la thématique du parler plurilingue dans les espaces professionnels en France avec celle de la participation et nous montrerons les relations entre parler plurilingue, organisation de la participation et multimodalité.
  3. Nous examinerons, enfin, les pratiques langagières plurilingues sous une perspective développementale grâce à l’observation ethnographique des processus de socialisation langagière dans les réseaux sociaux de jeunes enfants plurilingues scolarisés dans un milieu monolingue français et à la prise en compte des perceptions enfantines de la variation intra- et interlinguistique.
 
Ces diverses descriptions et analyses constitueront ainsi le fondement d’une réflexion d’ordre épistémologiqueconcernant des questions vives en sociolinguistique et plus généralement, en linguistique concernant lesprocessus langagiers envisagés.
 
  • Livrables
Articles à soumettre dans des revues internationales à comité de lecture. Communications à des colloques nationaux et internationaux à partir de 2014.

  • Équipe
Michelle Auzanneau, Maria Candea, Luca Greco, Anna Ghimenton (membres), Alexandre Duchêne (Université de Fribourg), Malory Leclère-Messebel, Aurélie Nardy (Univ. Pierre Mendes France – Grenoble 2)

mise à jour le 5 février 2018