Clesthia >> CLESTHIA >> Activités scientifiques

Recherche

Opération "Grammaire et genres de discours brefs"

Responsables: Behr Irmtraud CEREG, EA4223 et Lefeuvre Florence CLESTHIA, EA 7345

Le genre bref dans l’espace public 2019 – 2020

Le séminaire de recherche fait partie des activités du réseau de recherche international "Le genre bref dans l’espace public / Brief genre in public space", soutenu par l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, l’Université Aoyama Gakuin, Tokyo, et l’Université de Pau et des pays de l’Adour.

Objectifs du séminaire
Depuis longtemps, la tradition humaniste de la linguistique a privilégié l’étude de textes
longs. Or, on constate que les pratiques de la langue et des textes évoluent vers des usages de plus en plus brefs ; et ce pour des raisons multiples parmi lesquelles l’augmentation de la présence de l’écrit dans l’environnement discursif et la complexité croissante de la vie urbaine (linguistic landscape), les avancées technologiques. Dans l’examen de ce genre bref, les membres du réseau adoptent un point de vue original en liant l’examen des formes linguistiques et sémiotiques à des questions énonciatives, grammaticales et pragmatiques.
Une des questions centrales est celle de savoir si les genres de discours brefs impliquent une grammaire particulière. Cette question se pose en effet en raison de la spécificité du genre bref qui se distingue par une série de paramètres s’ordonnant autour de l’idée de contrainte: contrainte spatiale ou temporelle du support (panneau, message sur répondeur), contrainte du nombre de mots (SMS, tweet, sous-titrage). La présence d’un
bornage fort peut prendre plusieurs formes: limites du support, espace vide, traits, silences, etc. Ces contraintes expliquent pourquoi les genres de discours brefs s’appuient régulièrement sur d’autres éléments qui viennent aider à la compréhension du sens: appel à la situation de communication dans le cas par exemple des SMS, où le locuteur ou l’interlocuteur ne sont pas forcément nommés ; présence de l’iconicité qui permet de comprendre ce qui est dit (affiche, publicité, panneaux de signalisation) et qui aboutit à un objet sémiotique complexe qui se situe sur deux niveaux, iconique et verbal; sans oublier l’insertion dans l’environnement physique de la situation de communication. Si les genres de discours brefs sont soumis à des contraintes quant à leur longueur, ni les supports matériels, ni les constellations énonciatives, ni les caractéristiques stylistiques ne sont prédéfinis. Néanmoins, des régularités linguistiques se dessinent qui restent à confirmer. Les chercheurs impliqués dans ce projet travaillent sur plusieurs langues (français, allemand, anglais, espagnol, japonais).

 
Le séminaire accueillera cette année Frank Liedtke, Professeur de linguistique pragmatique de l’université de Leipzig, qui a récemment publié avec Astrid Tuchen "Handbuch Pragmatik", Stuttgart, Metzler, 2018, et Agnès Levitte, qui a soutenu une thèse à l’EHESS sur la "Perception des objets dans l’espace urbain" et qui a publié "Regards sur le design urbain. Intrigues de piétons ordinaires", Paris, Le Felin, 2013.

Le séminaire se tient en principe dans les locaux de Censier, de 14h à 16h. Il est ouvert aux chercheurs intéressés, aux doctorants et étudiants en master.

Dates:
  • Le colloque "Lexique et genre", Bayonne, 10-12 octobre 2019, a accueilli une session
  • "Genres brefs dans l’espace public"
  • Vendredi 6 décembre 2019 après-midi: Frank Liedtke (Leipzig) et Irmtraud Behr (approches pragmatiques, titre à préciser)
  • Vendredi 31 janvier 2019 après-midi: Agnès Levitte (approches visuelles, titre à préciser)
  • Vendredi 13 mars 2020 après-midi: France Dhorne (Tokyo) (onomatopées dans les genres brefs japonais, titre à préciser)
  • Vendredi 5 juin 2020 après-midi: à venir

Équipe: C. Aubanelle, B. Bosredon, G. Cislaru, A.-L. Daux, F. Dhorne (Aoyama Gakuin, Tokyo), M. Krylyschin, Y. Kurihara, L. Patrukhina, F. Siaugues, A. Seona (Nancy), E. Vayssière.


mise à jour le 14 octobre 2019